Le portail et la plateforme MOOC de France Université Numérique

Ca y est France Université Numérique est lancée, en grande pompe avec trois ministres : la francophonie, le numérique et l’enseignement supérieur. C’est le coktail adéquat pour démarrer un tel programme. En tout cas il a beaucoup été question de MOOC. Une petite vidéo peut vous faire comprendre rapidement les objectifs de ce programme.

Après plusieurs mois de travail de fond, le 2 octobre permet enfin de faire le point sur le lien entre MOOC et France Université Numérique (FUN). Évidemment l’ambition de FUN couvre tous les aspects du numérique au sein de l’enseignement supérieur, mais les MOOC en sont le premier chantier, symboles d’ouverture et d’innovation numérique et pédagogique. Pour les acteurs autour des MOOC, une offre de ce type est aussi très structurante dans l’écosystème qui se met en place. Regardons-y donc de plus près.

Une plateforme et un portail différentiés

FUN a bien compris la différence en installant une plate-forme qui permet d’accueillir des cours, et en proposant un portail qui affiche les MOOC de cette plate-forme et des MOOC hébergés sur d’autres plate-formes. Techniquement, cette plate-forme a fait le choix du logiciel de edX, qui cumule les qualités de logiciel libre, et de communauté active.

Cela permet de rendre visible et de fédérer tous les efforts de mise en ligne de MOOC et cela est une excellente chose. Cela permet par exemple d’afficher dès à présent des MOOC comme ITyPA « Gestion de Projet » ou FOVEA sur l’anatomie, qui ouvrent immédiatement, et de reconnaître les équipes déjà engagées.

Les contenus

22 premiers sujets variés sont proposés à l’ouverture de la plate forme ( sans oublier 3 externes référencés), et ils seront rejoints rapidement par d’autres. Sur ces 22, peu sont provinciaux, mais Télécom Bretagne en pilote 3 pour le compte de l’Institut Mines-Télécom et la région Bretagne : Introduction aux réseaux mobiles, Principes des réseaux de données et Fabrication Numérique.

Rassembler les établissements de l’enseignement supérieur français

Nombre des établissements français ne pouvaient démarrer leur mue sans que le cadre et un signal fort soient donnés (ce que constitue clairement l’initiative FUN). Impossible pour la plupart dans le contexte français de proposer des cours sur des plate-formes privées, et cela aurait été une incroyable occasion manquée si chacun développait son offre sur un hébergement local.

Bien que pionnier sur cette nouvelle forme d’offre de cours en ligne que sont les MOOC, nous (au sens ici de l’Institut Mines-Télécom) militons depuis un an pour une initiative qui regroupe les acteurs de MOOC. Le portail FUN s’est imposé dans le cadre de l’enseignement supérieur. Il est clair que ce cadre est indispensable pour que les universités se mettent en ordre de marche.

Une structure articulée

Le ministère a fait le choix technique de regrouper 3 opérateurs institutionnels pour mettre en place la plate-forme. CINES, Renater et Inria gèrent donc respectivement hébergement, réseau et logiciel pour proposer une plate-forme et un portail.

Pour piloter cette structure technique, deux comités opérationnels, l’un technique pour piloter les choix opérationnels, l’autre sur les contenus et usages, pour organiser l’accompagnement à la conception. Il y a également un comité d’orientation stratégique qui délivre des avis pour l’ensemble de FUN.

Avancer en marchant

Catherine Mongenet, qui pilote ce projet FUN, s’est donnée comme objectif de rendre le dispositif opérationnel au plus tôt. Tout n’est donc pas réglé a priori, mais au contraire les questions sont traitées au fur et à mesure, tout en gardant présents les grandes orientations de ce projet.

La place de la pédagogie

Il y a deux semaines, nous avons eu une première réunion de référents et de correspondants de sites pour lancer une communauté des acteurs universitaires autour des MOOC. Il faudra sans doute un peu de temps pour que celle-ci trouve son rythme, mais les premiers échanges ont été variés, en se basant sur les expérimentations déjà réalisées et ont fait émerger les nombreuses questions que se posent les uns et les autres. En tout cas la pédagogie et l’évolution des enseignants sont au cœur des objectifs de FUN.

De nombreuses questions devant nous

FUN, en nous proposant un cadre national, va nous permettre de nous fédérer et surtout nous permettre de traiter des questions qui ne font sens qu’à ce niveau. J’en ai deux à l’esprit en écrivant ces ligne :

  • Comment développer une offre ? Dans le cadre de FUN, le gouvernement a prévu d’ouvrir des postes ciblés sur le numérique et la pédagogie, et un fond pour des appels à projets de MOOC innovants ;
  • Comment articuler cette initiative avec le reste de la francophonie et l’Europe : le numérique passe facilement les frontières. Il faudra donc voir comment articuler une offre dans un cadre plus large. Nos collègues francophones, et européens eux aussi développent des cours qui intéresseront nos étudiants et le grand public. Comment les rendre les plus accessibles possibles ? La présence de Yamina Benguigui, ministre de la francophonie montre bien que la question fait partie du périmètre.
  • Comment s’articulera cette offre de MOOC avec nos cursus ? Certes ces MOOC sont ouverts à tous. Mais peuvent ils être proposés au sein de cursus universitaires, y compris dans des établissements qui ne sont pas à l’initiative d’un cours donné ? Et comment ?

Bref, nous avons maintenant un cadre pour l’enseignement supérieur. Reste à y accueillir des participants et à leur permettre de mieux apprendre.

About these ads

26 Réponses to “Le portail et la plateforme MOOC de France Université Numérique”

  1. Claude Coulombe Says:

    En tant que Québécois, on peut saluer l’initiative de nos amis Français, mais FUN (!) pour France Université Numérique et MOOC (ou « moc » comme ils prononcent) alors qu’il existe un équivalent CLOM (Cours en Ligne Ouverts aux Masses) me fait sourire!

    Sur le plan technique, le choix de se baser sur la plateforme en logiciel libre edX est excellent! On évite ainsi de réinventer la roue tout en contribuant à une communauté active.

    Claude Coulombe
    doctorant Téluq
    Montréal
    Mon blogue de recherche: http://goo.gl/t28L9

    • Jean-Marie Gilliot Says:

      FUN est semble-t-il parti d’une idée d’acronyme accrocheuse, et quand certains ont regretté que celui-ci ait une consonnance anglophone, ou fasse penser à une radio jeune bien connue chez nous, il était trop tard.

      Pour MOOC ou CLOM, c’est pareil le pli est pris. Il me semble que de plus, pour ce cas précis nous nous positionons dans un mouvement international. Difficile de renommer, d’autant que la traduction ne fait pas l’unanimité. CLOM n’est pas spécialement élégant, ni évocateur. J’avais fait un article sur ce sujet l’année dernière.

      • Ramone Says:

        MOOC n’est pas plus élégant et n’évoque rien. Il n’est jamais trop tard pour corriger le tir et imposer CLOM ou autre chose, ce n’est qu’une question de volonté qui apparemment vous fait défaut.
        En Islande par exemple dès qu’un mot étranger est « importé », un équivalent est proposé et en quatre-cinq ans finit par le remplacer. Mais il est vrai que les islandais ont une conscience plus aiguë de ce que représente la langue dans leur culture et leur identité…et il ne viendrait à l’esprit d’aucun d’eux de dire « oh ben c’est trop tard,c’est comme ca ».
        Au lieu de tenir ce discours faites, expliquez plutôt pourquoi il est important de défendre le francais.

        Il est regrettable en effet que les universités et écoles aient systématiquement tendance à utiliser des anglicismes car comme on peut le comprendre dans votre réponse,ca « fait mieux, ca sonne mieux ».

  2. Forums de sensibilisation à internet en Poitou-Charentes | Le Blog des NTIC en Poitou-Charentes Says:

    […] avec la somme de contenus en ligne (les MOOCs lancés par France Université Numérique, wikis et autres partage de connaissances), vous avez les moyens de faire par vous-mêmes des […]

  3. Jean-Paul Debeuret Says:

    Vous trouverez ci-dessous un retour d’expérience suite à l’organisation du premier MOOC de l’entrepreneuriat http://www.passeportpourentreprendre.com par http://www.tvdesentrepreneurs.com, télévision de formation sur internet qui propose l’accès à 1000 formations enregistrées en vidéo par 300 experts et accessibles par abonnements,
    Pour organiser un MOOC, il faut:
    -des ressources pédagogiques adaptées principalement des contenus en rich media ( vidéo+textes+tableaux) et non des copies de livres mis en ligne
    -une plate forme pour gérer les inscriptions, les relations avec les apprenants, les examens
    -des questionnaires pour faire passer les examens
    -de l’animation au quotidien pour ne pas que les inscrits s’arrêtent en chemin
    En conclusion des investissements relativement lourds que nous n’aurions pas pu mobiliser si http://www.tvdesentrepreneurs.com, n’avait pas les ressources pédagogiques et l’expérience de la formation à distance.
    Mais cela ne suffit pas:
    -il faut communiquer en amont, convaincre les personnes intéressées à s’inscrire. Dans notre cas cela c’est fait sans le soutien de Pôle Emploi (40% des créateurs sont des chômeurs), sans celui de l’APCE ( sûrement jalouse de n’avoir pût monter ce MOOC) , sans celui de F Pellerin ( qui veut créer une école de l’entrepreneuriat)
    -réussir à trouver un business modèle car par principe un MOOC est gratuit.

    http://www.passeportpourentreprendre.com a été une réussite: des milliers d’inscrits, des participants satisfaits et une expérience acquise pour les organisateurs qui sera mise à profit dans le futur.
    http://www.passeportpourentreprendre.com sera réorganisé 4 fois en 2014 et http://www.tvdesentrepreneurs.com organisera 3 autres MOOCs pour couvrir toute la vie de l’entreprise: http://www.passeportpourgerer.com, http://www.passeportpourdevelopper.com, http://www.passeportpourtransmettre.com

    Apparemment la plate forme FUN sera réservée aux universités. Nous le regrettons. De plus comme le processus sera subventionné il va créer de la concurrence déloyale avec les entreprises privées.

    • Jean-Marie Gilliot Says:

      Bonsoir,
      je trouve curieux que vous trouviez le besoin de communiquer votre retour d’expérience sous forme de commentaire dans un blog (le même que sur un article de journal semble-t-il).

      Cela dit tout retour d’expérience est bienvenu, et il est bon de dire que la réutilisation de ressources est un plus pour créer de nouveaux cours. Je regrette néanmoins que les chiffres du nombre d’inscrits et de satisfaits soient si peu précis contrairement aux autres chiffres que vous annoncez.

      Quant au fait que FUN soit une concurrence déloyale, je n’y crois pas trop, sauf à dire que les universités dans leurs missions d’enseignement créent une concurrence déloyale avec le privé.

  4. Theodore Lavil Says:

    J’ai suivi des cours du CNAM en FOAD mais ce n’est pas du direct et ce n’est pas aussi interactif.

  5. montenon Says:

    Bonjour,
    j’attendais avec impatience l’ouverture du MOOC Français. Mais petit problème voilà ce qui m’arrive : La version de votre navigateur n’est pas supportée car trop ancienne. Nous recommandons vivement d’utiliser Firefox ou Chrome

    De plus je suis en  » pleine cambrousse  » avec un débit internet dit  » bas débit étendu » ?! Quid des cours en ligne ?
    Donc je vais essayer de tester.

    NB : mon navigateur est IE9 donc je vais tenter de « uploader » la version 10 …. si le débit de 500 ko ne plante pas la mise à jour !!!!!

    Le numérique c’est pas encore l’EGALITE pour TOUS !!!!

  6. webalim Says:

    Avec toutes ces abréviations, FOAD, MOOC, FUN il faut savoir de quoi on parle, le non-initié va se perdre.

    • Ramone Says:

      surtout que tous ces acronymes ne sont que des « anglicismes » ce qui rajoute à la confusion….mais apparemment il faut que le paquet se vende bien auprès de djeunes donc il faut lui donner un air branchouille quitte à poignarder encore et encore le francais !

  7. GENIUS Says:

    Mais, est ce que ceci rentre vraiment dans un cursus ? Des examens sont ils prévu pour la compréhension des cours ? Est il interessant de rajouter les cours suivis sur son CV ?
    Beaucoup de questions sont en suspend !

  8. Alain Desmars Says:

    En réponse à ma demande de précisions sur les cours de Philosophie (Se Socrate à Foucault), dont on m’avait annoncé le début pour le 16 janvier, je viens de recevoir un courriel en anglais (!?) m’annonçant que le premier cours était repoussé au 10 février. Ce retard m’a un peu irrité, mais infiniment moins que l’utilisation de l’anglais pour répondre à ma demande. Je partage bien évidemment les réticences de certains sur les acronymes utilisés, mais contrairement à Claude Coulombe je n’en souris pas. Une suggestion : que nos universités françaises et France université numérique s’adjoignent les compétences et la vigilance de collègues québécois dans le domaine linguistique.

    • Jean-Marie Gilliot Says:

      Cher Alain,
      je peux t’assurer que le respect du français est une des priorités de l’équipe qui a mis en place la plate-forme de France Université Numérique. J’ai même cru comprendre qu’il s’agissait d’une obligation légale. Mais comme chacun sait le moteur sous-jacent est anglo-saxon, certains ratés au démarrage sont sans doute inévitables. Il s’agit dans ce cas plutôt de problèmes techniques que de compétences linguistiques.

      Pour ma part, j’ai sur ce sujet un point de vue pragmatique qui me fait utiliser le français autant que possible, les acronymes francophones lorsqu’ils sont élégants comme l’est « courriel », mais qui me pousse à conserver MOOC (que je prononce à l’anglaise, puisqu’il s’agit d’un acronyme anglais) lorsque celui-ci est passé dans le langage courant.

    • Jean-Marie Gilliot Says:

      Bonsoir,
      la réponse qui ma été apportée coté France Université Numérique a qui je viens de relayer ce commentaire est la suivante :
      « Un mail a bien été envoyé en fin d’après-midi à tous les apprenants du cours « Scientific Humanities », cours de Sciences Po en Anglais, dont la date de cours est repoussée, et auquel (je présume) votre contact est également inscrit.
      Ce mail n’était donc ni en réponse à sa demande qui est traitée par ailleurs, et ne concerne pas non plus le cours de Philosophie qu’il évoque.
      Le démarrage de ce cours de Philosophie est toujours programmé le 16/01.

      Les mails concernant les cours en français sont bien envoyés en français.
      En espérant que cela réponde à l’inquiétude de votre contact  »

      Le plus simple est sans doute de les interpeller directement sur la plateforme « FUN ».

  9. Fred Le Brun Says:

    Je ne vois pas en quoi l’usage de l’acronyme Clom, tiré du français « Cours en ligne ouverts et massif », serait plus compliqué que l’anglais Mooc (massive open online course), et je ne souscris pas du tout à l’argument de Jean-Marie Gilliot, selon lequel :
    « Pour MOOC ou CLOM, c’est pareil le pli est pris. Il me semble que de plus, pour ce cas précis nous nous positionons dans un mouvement international. Difficile de renommer, d’autant que la traduction ne fait pas l’unanimité. CLOM n’est pas spécialement élégant, ni évocateur. »

    • Jean-Marie Gilliot Says:

      @Fred,
      je suis d’accord ce n’est pas plus compliqué de dire CLOM que MOOC. Après, je fais le choix d’utiliser MOOC, mais ne suis pas plus gêné que cela quand on me parle de CLOM. En fait, je pense qu’il y a autre chose à débattre de plus intéressant sur ce sujet que le choix de l’acronyme.

      • alexandre Says:

        Bonjour à vous tous,
        le mot MOOC est agréable et ça me parle, tandis que le CLOM je ne connais pas….

    • alexandre Says:

      @le principale c’est que tout le monde puisse se comprendre, MOOC ou CLOM …Je pense que beaucoup de personne comprendront mieux le mot MOOC que CLOM. Lors de l’inscription on nous a demandé de s’inscrire sur le MOOC FUN et pas sur le CLOM.L’objectif est le même pour tous c’est d’avancer dans l’apprentissage..sourire.

  10. Mathieu jean marie Says:

    bonjour
    inscrit depuis janvier
    je trouve plus aucun moyen de me connecter sur aucun des sites FUN
    que se passe t il?
    MERCI DE M’AIDER

  11. Le portail et la plateforme MOOC de France Université Numérique | savinazabolotnii Says:

    […] Le portail et la plateforme MOOC de France Université Numérique. […]

  12. knowledgeProphet Says:

    Le portail FUN est une très belle initiative. Dans la même lignée, j’ai trouvé le site web suivant, sur lequel n’importe qui peut créer un cours en ligne. Ainsi, il y a des cours un peu moins universitaires et plus divers, ce qui permet de bien complémenter le portail FUN : http://www.leornian.net

  13. FADH Thomas Says:

    Je suis très intéressé par FUN pour finaliser avec vous un projet d’études d’une importance capitale. Merci


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 142 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :