Échanger avec la salle

Conjonctions …

  • Le fil twitter de Ludovia2010 permet de sentir l’ambiance des salles de cette conférence (au moins des lobgueurs « influenceurs » …), dans laquelle on regrette le manque d’exploitation du mur de tweets justement par les orateurs. Et qui m’apar ailleurs conduit à pleins de liens intéressants ;
  • une excellente question extraite du même fil twitter par @marioasselin « RT @MilaSaintAnne: Comment transformer des classes face à des profs en communautés d’apprentissage ? #Ludovia2010 >Excellente question! »
  • la préparation des enseignements de ce début d’année, avec notamment un cours dans lequel nous voudrions faire participer activement nos élèves dans la salle ;
  • un vieux coin de brouillon où j’avais noté pour ne pas oublier les idées de Google Jockeying et de Buzz Group ;
  • on pourrait aussi ajouter le titre d’une formation appelée « comment rendre un amphi interactif ? » ;
  • ou le billet de révision/rappel sur la confiance publié hier sur Framablog !

Allons-y …

Des technologies …

Il y a à peine 4 ans, il y a eu un buzz autour du Google Jockeying, idée qui consistait à proposer à un élève de faire des recherches sur Google (certes on peut prendre un autre outil de recherche) et de projeter les résultats pertinents sur un second écran en parallèle du cours proposé par l’enseignant en guise de complément. On proposait alors que la salle puisse interagir avec cette personne via des SMS, et à l’enseignant inquiet de proposer une liste au cas où l’élève aurait du mal à démarrer.

Aujourd’hui cet élève (ou un assistant, un animateur, un deuxième prof, ou même le premier s’il est vraiment à l’aise …) pourrait devenir un relais de propositions arrivant par un fil de tweets, chaque auditeur pourra alors interagir avec la discussion. Appelons cela le Twitter Jockeying ! De plus cet outil est beaucoup plus versatile : il permet de poser des questions, de réagir, de partager avec tous. Laurence Juin (@fromPennyLane) s’en est fait l’égérie.

Twitter a également la qualité de pouvoir dépasser les limites de la salle, surtout si une retransmission vidéo est assurée.

Les petits boîtiers électroniques de vote permettent d’obtenir des réponses aux questions, et chaque institution se croit obligée de s’en offrir une boite pour faire moderne. J’avais fait un panorama en début d’année dans un article « Interagir avec les élèves en amphi via leurs mobiles » pour proposer à mes élèves d’explorer des solutions plus ouvertes (un résumé de leurs résultats est disponible).

Toutes ces solutions permettent d’obtenir un retour de la salle.

Si l’on veut stocker les liens récoltés, un outil partagé de « social bookmarking comme diigo ou delicious permettra de regrouper tous le liens pertinents dans un groupe, avec tags et annotations pour exploitation ultérieure.

Si on cherche une collaboration plus forte, on peut chercher à faire produire la salle. Un outil comme Etherpad permet de partager un document sur lequel tout le monde peut écrire. Cela peut également se faire autour d’un schéma ou d’une carte conceptuelle (mindmap).

Une petite vidéo « Spiral-TV » (merci à @batier) montre que François Jourde assure la production d’une classe entière en faisant passer un clavier sans fil aux participants. Simple et si élégant !

Avantage de cette production commune en classe, elle crée un objet partagé.

Pour continuer cette collaboration, il peut être intéressant de prolonger au travers de discussions dans un blog, ou par la construction de notes partagées, par exemple sur un wiki.

… qui varient suivant la taille de la salle …

La production collaborative sur un objet partagé ne s’envisage qu’avec un groupe pas trop important. Groupe de travail sur un document réellement co produit, sur une salle de classe si l’on cherche une formulation dans l’exemple de François Jourde.

Twitter semble marcher avec différentes tailles de groupes et peut se prolonger au delà de la salle, que ce soit pour suivre une conférence (je fais cela assez régulièrement) ou pour échanger entre classes (ce qu’on expérimenté notamment Laurence Juin et David Cordina).

Les boitiers électroniques n’ont de sens qu’en amphi à mon avis.

… avec des modalités d’utilisation…

Mettre en place n’importe lequel de ces outils sans l’intégrer correctement ne sert à rien.

  • La première fois que nous avons mis un mur twitter dans une classe, seuls les profs présents ont twitté et se sont bien amusés à voir leurs commentaires affichés ! Et du coup les élèves n’ont pas osé démarrer. Sans compter que l’orateur ignorait superbement ce qui s’affichait sur l’autre mur. Au contraire, je me souviens d’une question que j’ai posée en écoutant une conférence à Lyon, depuis Brest, reprise par l’animateur (@batier encore lui) qui permettait ainsi une véritable interaction avec l’orateur. Laurence Juin dans un interview nous donne un exemple de séquence ou l’utilisation de l’outil est intégrée dans le travail des élèves.
  • il est également « amusant » de voir apparaître dans les amphis de conférence ces boitiers électroniques pour poser des questions, soit disant pour avoir des retours de la salle, alors qu’il y a un mur de tweets (beaucoup plus riche) à l’écran. On a l’impression que l’on se sent obligé de montrer son nouveau joujou. Alors que des questions de compréhension bien posées au fil d’une présentation, en donnant le temps à la réflexion et à l’échange) peuvent prendre tout leur sens. A condition de ne pas en abuser, certains collègues m’ayant avoué qu’au bout d’un certain nombre de questions, des amphis d’élèves ont commencé à répondre au hasard, ou pire…

Il faut donc être clair sur les modalités d’utilisation, leur donner un sens dans l’échange, exploiter les résultats. Bref, construire l’échange ! Cela peut se faire tout seul face à l’audience mais l’exploitation par un duo marchera sans doute mieux.

Et cela peut se faire sans technologie, comme le montre l’exemple du Buzz Group ou en rapprochant les auditeurs, en leur posant des questions pertinentes et en recueillant les résultats de leur réflexion, on peut animer un amphi complet, sans problème de réseau.

…Et des postures adaptées !

Suivant le type d’activité visé, le comportement des intervenants va donc devoir évoluer. François Jourde dans sa vidéo nous dit qu’en faisant passer son clavier dans la classe, il se positionne comme faisant parti du groupe face à l’objet en production (ce qui est à l’écran : notes de cours, définition en cours de construction …). De manière générale, dans une classe en travail de production, l’enseignant va adopter une posture d’accompagnement.

Dans un amphi, si c’est un cours, l’outil d’interaction va permettre de marquer des pauses (le chiffre avancé habituellement est de 15 à 20′), et de vérifier une première assimilation des concepts présentés, par une phase de réflexion ou un exercice d’application simple, et en prenant le temps de sonder la salle.

Pour une conférence, à coté de l’orateur on trouve généralement un animateur qui va pouvoir se faire le relai de la salle. Cet animateur pourra choisir de noter les remarques et les questions jusqu’à la fin de l’exposé pour rester dans un schéma classique, mais il peut également entrer dans un mode plus interactif avec l’orateur (s’il en est d’accord), ce qui peut conduire à un mode de conversation.

Échanger ensemble, construire ensemble des éléments liés à ce qui nous a réuni dans la salle, prolonger l’interaction collaborative, voilà des premiers éléments pour construire des communautés d’apprentissage. En rajoutant là dessus un zeste de confiance, il doit être possible d’obtenir un résultat ….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :