Apprendre avec le téléphone mobile, y réfléchir ensemble ?

J’ai donc lu Pourquoi et comment utiliser le téléphone cellulaire à des fins pédagogiques ? par Alexandre Roberge Sur Thot grâce au tweet de @W2YDavid « : RT @tjeanbaptiste: http://t.co/a8O2bXb /via @thot une lente évolution de la perception du téléphone portable dans l’enseignement #eduipm ». Et cela me donne envie de rebondir.

Il n’y a pas tant d’article que ça sur le sujet du mobile pédagogique en France. J’en parle de temps en temps sur mon blog (voir le tag « mobile learning »). Et pourtant de l’autre coté de la Manche le « mobile learning » est un sujet de recherche à part entière, et la dynamique st telle qu’elle mérite qu’on s’y intéresse. J’ai par exemple fait un résumé en français d’un wiki sur « apprendre avec les mobiles publié selon l’ALT » qui montre bien le recul de nos amis anglais.

Alexandre Roberge, donc nous explique que les choses bougent. Il est peut être donc temps de faire une collecte de ce qui se fait ça et là. Qu’en pensez-vous ?

Dans son analyse, je retiens que quelques commissions scolaires autorisent l’usage des mobiles pour des fins pédagogiques. Il serait donc super intéressant de disposer d’informations à ce niveau pour permettre à d’autres de trouver les levier de pression. En effet, il relève que souvent cela se fait sous le manteau, les enseignants se sentent seuls face à leur administration.

Il paraît donc intéressant de pouvoir faire une collecte, même anonyme dans un premier temps, pour avoir une idée de ce qui existe, de ce qui est intéressant, de ce qui marche, de ce que cela peut apporter pédagogiquement. Ce travail est d’autant plus important que le mobile souffre d’un a priori très négatif. Alexandre Roberge nous donne pourtant quelques pistes encourageantes d’usages pertinents.

Il y a vraiment beaucoup de choses qui sont possible aujourd’hui avec les smartphones (je préfère à téléphone cellulaire), pleins d’applications qui font sens et qui permettent d’étendre l’apprentissage au delà de la classe. Les capacités de prise de photos, de son, de vidéos permettent d’illustrer des concepts appris en classe. L’accès aux réseaux sociaux permet d’interagir avec d’autres (éventuellement même des enseignants !). La ballado-diffusion permet de réviser dans les transports en commun. Les accès au web permettent d’accéder à la bonne info au bon moment …

Et cela peut même permettre d’interagir dans la classe ! Que ce soit en permettant une prise de position différente, plus aisée pour les timides, ou pour recueillir la compréhension de l’ensemble de la classe au travers de questions ou d’exercices courts.

Connected, connected Korea

Bref, l’avènement des mobiles amplifie encore les possibilités offertes par le web2.0. Que ce soit pour l’apprentissage ou pour le reste. C’est ce que j’essayai de démontrer à mes élèves cette semaine dans ma présentation Pourquoi le mobile est il différent ? qui tendait également à montrer que c’est un domaine d’avenir pour les développements informatiques.

Le fait que le téléphone n’ait pas été plébiscité directement pourrait être un avantage si cela permet d’expliciter comment utiliser ce type d’outil, avant que ne soit imposée une solution technique par défaut qui ne conviendrait pas aux enseignants. Profitons donc du répit pour collecter les usages qui pourraient guider des choix ultérieurs.

Alexandre Roberge lance l’idée de proposer un téléphone plutôt qu’un ordinateur par élève. Cette idée peut être séduisante, mais il faudrait d’abord passer deux « verrous » :

  • Le premier est un problème d’usage. Il s’agit d’être au clair sur les avantages comparés d’équipements différents : téléphone, ordinateur portable, tablette tactile, TBI, et ce qui est possible de faire avec chacun. J’ai bien peur que suivant les différentes matières les choix soient différents et que la conclusion est que l’ensemble serait la seule solution, à moins que notre culture pédagogique basée sur l’écrit n’ignore les fonctionnalités du mobile. Cela dit c’est un exercice qui serait certainement intéressant ;
  • Le second est plus politique. On se demande toujours comment se sont fait les choix d’équipements de portables dans un département ou de tablettes dans un autre, et qui ont été les prescripteurs. On se demande également comment sont associés les enseignants tant au niveau des choix, qu’au niveau de la prise en main de ces machines. Pourtant s’ils ne sont pas moteurs, ces machines aussi belles que ce soit resteront au fond des cartables ou finiront dans les armoires (et l’excuse que cela profite à l’industrie française n’est même plus valable). Ce devrait sans doute être un choix d’équipe pédagogique, comme le choix d’un livre par les équipes disciplinaires, mais je ne sais pas si il a une telle instance au niveau établissement. Il est donc indispensable que la réflexion ait eu lieu en amont des choix politiques

En conclusion, une collecte des initiatives, des usages, des recherches au niveau francophone serait intéressante, voire passionnante. Elle pourrait être également alimentant en allant voir ce qui se fait coté anglo-saxon. Cela permettrait de se faire une idée si un mobile pourrait avoir un véritable intérêt à coté ou dans la classe.

Comme dirait Michel Briand « Juste faisons le … ». Qui trouve cela intéressant ? Pensez-vous que ce chemin vaille la peine d’être exploré ?

En cas de réponses positives, nous pourrions rapidement proposer un espace de collecte. Go ?

4 Réponses to “Apprendre avec le téléphone mobile, y réfléchir ensemble ?”

  1. Tweets that mention Apprendre avec le téléphone mobile, y réfléchir ensemble ? « Techniques innovantes pour l'enseignement supérieur -- Topsy.com Says:

    […] This post was mentioned on Twitter by Lanlau. Lanlau said: Apprendre avec le téléphone mobile, y réfléchir ensemble ?: http://t.co/K3cjUrd […]

  2. Emilie Bouvrand Says:

    Bonjour,

    Ce matin, j’ai lu un court article qui lance des pistes de réflexions intéressantes sur l’usage du téléphone mobile dans l’enseignement, et plus précisément les questions de pédagogie liée à l’usage du mobile.
    L’auteur pose la question : « Où sont les cours spécialement conçu pour les apprenants mobile – à savoir, les apprenants qui sont mobiles – et pas seulement re-formaté pour appareils mobiles. » (http://www.edugeekjournal.com/2010/09/15/mobile-pedagogy-and-mobile-devices/)

    Juste envie de partager cette lecture avec vous.

    Merci pour le partage de vos réflexions et de vos articles très intéressants qui nourrissent les échanges.

    Bonne journée,

    Emilie

    • Jean-Marie Gilliot Says:

      Merci Émilie pour ce lien et ces encouragements.

      J’aime bien le nom du site EduGeek, et tout à fait d’accord que l’apprentissage avec mobiles est plus large que simplement regarder des vidéos, même si c’est un bon point d’entrée.
      Avoir des scénarios et des aides pour apprendre en situation est effectivement là où le mobile prend tout son sens. Les questions que je me pose sont :
      – de savoir si c’est l’application pour démarrer ou si c’est dans un deuxième temps ;
      – est ce que l’on ne peut pas utiliser les mobiles des élèves, tels qu’ils sont aujourd’hui sans penser à rajouter d’autres usages
      – faut-il vraiment reconnecter le mobile au LMS ? Nous explorons une piste plus ouverte, mais là c’est plus technique.

  3. Color 4 Phone Says:

    Maintenant les téléphones sont pour tout le monde il ne faut plus s’en douter qu’ici quelques années les moins de 2ans sera aussi s’y prendre!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :