Les UNT : des ressources sans étudiants

Les UNT, universités numériques thématiques,  sont des portails de documents pédagogiques, issus d’universités et grandes écoles françaises. Les licences des documents sont clairement indiquées et permettent en général la réutilisation, elles répondent donc stricto sensu à la notion de ressources éducatives libres.

Et pourtant, l’Université numérique ingénierie et technologie UNIT est classée 1 162 903ème site au niveau mondial (68 800 au niveau français,source alexa), coté sciences Unisciel qui intègre depuis peu un réseau social est 973 389 (FR 24 458). A titre de comparaison le site de culture scientifique de l’Inria et du Cnrs Interstices, accessible au travers d’Unisciel, est classée au rang 833 750 (FR 44 874 ?), mais un site dynamique comme Futura Sciences se hisse à la 4 681 place (FR 218).

Ces classements montrent que ces sites sont peu visités, ce qui peut pose question quand on sait que c’est une vitrine numérique de l’enseignement supérieur en France. Unisciel a ainsi organisé récemment des journées sur l’usage de sa communauté. Les vidéos sont en ligne, mais je me suis intéressé plus particulièrement au point de vue étudiant au travers de l’excellent rapport de Master de Cécile Pouliquen « Les documents numériques pédagogiques disponibles gratuitement sur Internet à destination des étudiants scientifiques. Enquête qualitative réalisée pour l’UNT Unisciel, l’Université des Sciences en Ligne »

Elle justifie parfaitement l’idée que nos étudiants « natifs du numérique », ne sont pas pour autant formés à la littératie numérique. Dans le domaine scientifique, ils utilisent principalement les ressources proposées par les enseignants, effectuent des recherche simples et font appel aux forums de discussion ou retournent par habitude sur les sites qu’il connaissent déjà. Ils ne sont pas forcément en demande de plus de numérique, ce qui conforte bien les discussions que j’ai pu avoir lors de journées au CEVPU. Ils ne sont d’ailleurs en général pas très en demande de plus d’informations, puisque la bibliothèque est pour eux une zone de calme, d’ambiance studieuse propice aux révisions, plutôt qu’un lieu d’accès à la connaissance. Accéder à un autre cours d’un autre enseignant n’est perçu que comme une charge de travail supplémentaire, ne permettant pas de mieux remplir leur objectif, à savoir réussir l’examen.

En informatique, ils fréquentent beaucoup le site du zéro (4 658 mondial, 202 français) qui semble plus correspondre à leurs besoins. Pourquoi ? Sans doute parce qu’ils couvrent des aspects techniques moins pris en charge par les enseignants, mais aussi sans doute par le caractère plus interactif du site. Cécile Pouliquen souligne la lecture sélective sur Internet des étudiants en science. Ils consultent les forums pour trouver leur question déjà posée et la réponse :

« Ce qui prime pour l’étudiant dans sa recherche d’information c’est la rapidité, l’accessibilité et la qualité de la réponse, et non pas la quantité »

Pour augmenter la fréquentation des UNT, il semble donc nécessaire qu’ils soient recommandés par les médiateurs que sont les enseignants, ou mieux intégrés à leurs cours, ce qui ne se fera pas naturellement.

Les UNT devraient plus se préoccuper des usages potentiels, par les étudiants, et par rebond par les enseignants, voire encourager des usages collaboratifs. La politique actuelle qui consiste à reverser des contenus en l’état ne sert même pas de vitrine regardée. Pour que cette vitrine soit visible, il faudrait qu’elle soit mieux référencée par les moteurs de recherche, ce qui nécessite qu’elle soit liée au reste d’Internet, par une exploitation qui fasse sens.

Quelques pistes pour améliorer tout cela :

  • proposer des lignes éditoriales : en mettant en avant des contenus, en organisant les différentes natures de contenu. Pour l’instant tout est en vrac, on ne sait même pas quel type de média on va retrouver.
  • assurer une activité par des forums, des réseaux sociaux qui soient animés par des enseignants ou des étudiants ;
  • créer une dynamique entre enseignants qui fassent que les ressources disponibles ne soient pas simplement des traces de cours qui ont déjà eu lieu, qui éventuellement n’existent plus, et qu’il est impossible de reprendre pour les améliorer ;
  • développer des activités de recherche documentaire, par une pédagogie par problèmes qui oblige les étudiants à aller chercher des documents au delà des ressources proposées par les enseignants. C’est à dire les former clairement à des usages de littératie au sens large.

Crédit photo : Le salon de lecture Jacques Kerchache (musée du Quai Branly), par Jean-Pierre Dalbéra, licence CC-by-2.0

4 Réponses to “Les UNT : des ressources sans étudiants”

  1. links for 2011-03-02 | Lyonel Kaufmann blogue… Says:

    […] Des ressources sans étudiants « Techniques innovantes pour l'enseignement supérieur Une enquête récente sur les ENT (environnement numérique de travail) justifie parfaitement l’idée que nos étudiants « natifs du numérique », ne sont pas pour autant formés à la littératie numérique. Dans le domaine scientifique, ils utilisent principalement les ressources proposées par les enseignants, effectuent des recherche simples et font appel aux forums de discussion ou retournent par habitude sur les sites qu’il connaissent déjà. Ils ne sont pas forcément en demande de plus de numérique. Ils ne sont d’ailleurs en général pas très en demande de plus d’informations, puisque la bibliothèque est pour eux une zone de calme, d’ambiance studieuse propice aux révisions, plutôt qu’un lieu d’accès à la connaissance. Il s'agit fort probablement de les rendre plus interactifs et de les intégrer aux cours, ce qui ne va pas de soi. (tags: RevuePresse histoire éducation culture numérique médiaTIC apprentissages) This entry was posted in L'Expresso. Bookmark the permalink. ← Des gens très bien blog comments powered by Disqus /* […]

  2. Veille Antic Says:

    […] Les UNT : des ressources sans étudiants […]

  3. Cactus Acide » L'observatoire du neuromancien » L’observatoire du neuromancien 03/14/2011 Says:

    […] Les UNT : des ressources sans étudiants « Techniques innovantes pour l’enseignement supérie… […]

  4. Frémissements autour d’une Université plus numérique, sociale, collaborative « Techniques innovantes pour l'enseignement supérieur Says:

    […] Autre frémissement dans les réseaux sociaux, cette expérimentation d’usage d’un réseau social pour favoriser l’apprentissage qui vise à créer du lien autour des ressources pédagogiques proposées par Unit. Il s’agit ici d’un axe visant à mixer de manière fine le lien social et les éléments d’apprentissage. Cela a l’immense mérite de tenter de donner une valeur ajoutée, j’ai envie de dire de la vie, aux portails de ressources qui sont aujourd’hui trop figés. […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :