Quel curriculum pour l’innovation ?

« Qu’est-ce qui doit être enseigné ? Comment en décide-t-on ? Quelles formes cela peut-il prendre ? De nombreux pays accordent de plus en plus d’importance à ces questions, au sein de leurs politiques éducatives. » Cette introduction du dernier numéro de la Revue Internationale d’éducation de Sèvres paraît être une évidence. Sauf que l’on apprend juste après que c’est un outil absent en France. Et que ce qui doit être enseigné ne va pas de soi.

Et effectivement, deux autres articles vus cette semaine montrent bien que même le positionnement ne va pas de soi. D’une part le Monde Diplomatique annonce que « En Europe, (ce sont) les compétences contre le savoir », c’est à dire que le socle minimal doit permettre une employabilité de tous en garantissant « dynamisme et flexibilité ». La réussite de tous est en fait une maitrise minimum, la « surqualification » actuelle est alors une perte d’argent puisque tous n’auront pas besoin d’être qualifiés (ni donc trop payés). L’article cite Claude Thélot, président de la commission du débat national sur l’avenir de l’école, reprit la même thèse dans le rapport remis en 2004 au ministre de l’éducation François Fillon : « La notion de réussite pour tous ne doit pas prêter à malentendu. Elle ne veut certainement pas dire que l’école doit se proposer de faire que tous les élèves atteignent les qualifications scolaires les plus élevées. Ce serait à la fois une illusion pour les individus et une absurdité sociale, puisque les qualifications scolaires ne seraient plus associées, même vaguement, à la structure des emplois (6). »

La « société de la connaissance » ou la « nouvelle économie » resteront réservées à une élite. L’université pourra utilement se poser la question de quelle est la dimension de cette élite. L’école pourrait se poser de la pertinence de développer des enseignements différenciés pour permettre au plus tôt de différencier le bon grain de l’ivraie. Sauf que cela pourrait reposer de manière aigüe le problème de l’équité de l’éducation.

Et en effet, on peut poser le problème du socle commun de manière très, très différente. Emmanuelle Erny-Newton a trouvé un excellent argumentaire dans sa trilogie « la Fabrique de Citoyens : LibertéÉgalitéFraternité » Sa série démarre sur une réflexion de Joel Westheimer [vidéo, en], professeur à l’Université d’Ottawa :

« Imaginez que l’on vous bande les yeux et qu’on vous expédie dans un tout autre point du monde. Pour les besoins de la démonstration, imaginons que rien, dans l’apparence ni le langage des gens, ne vous permette de deviner où vous pourriez être.
On vous emmène dans une classe ; on retire le bandeau de vos yeux, et vous observez le déroulement de la leçon.
À partir de cette observation, seriez-vous en mesure de deviner si vous vous trouvez dans un pays démocratique, ou dans un pays totalitaire ? »

Je vous laisse découvrir la suite, c’est à ne pas manquer.

En fait la question se pose également au niveau de l’enseignement supérieur. Prenons l’innovation, qui est dans tous les rapports. Prenons les exemples donnés à nos élèves ingénieurs. Voulons nous des spécialistes du transfert des découvertes des laboratoires de recherche comme on nous le dit dans un certain nombre de publications récentes (voir par exemple Adapter la formation de nos ingénieurs à la mondialisation) ? Cherche-t-on à développer des as du business qui développeront le prochain Facebook ? Veut-on des citoyens qui puissent répondre aux besoins sociaux, comme le propose l’initiative Imagination for People qui cherche à valoriser ces innovations « disruptives » ?

Ou cherchera-t-on simplement à présenter des possibles pour permettre à chacun de trouver la place qui lui convient et à s ‘épanouir dans une société qui ne l’oublions pas devra être durable ?

crédit photo : Innovation par Seth1492 licence CC-by

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :