QPES : une formule de conférence active

Marier les exigences d’une réflexion scientifique, le recueil de retours d’expériences et la diffusion de bonnes pratiques, encourager la discussion entre chercheurs et praticiens, permettre à des communautés différentes de se rencontrer, de comprendre les enjeux respectifs et d’échanger sur les terrains d’études. Voilà en gros les objectifs contradictoires que les conférences autour de la pédagogie essayent de combiner. Pour cela ces conférences proposent des séquences variées, des activités qui impliquent les participants et encouragent les échanges.

BuzzGroup QPES 2008

La conférence « Questions de pédagogie dans l’Enseignement Supérieurs (QPES) » me semble particulièrement aboutie dans l’exercice. Ainsi l’édition d’Angers s’est déroulée selon les étapes suivantes :

  • en préparation, soumission des articles. Comme dans toute conférence, il y a un processus de dépôt, de revue, et de demande de corrections d’articles. La phase de revue a permis à de nombreux auteurs d’affiner leur argumentaire. Cette année, l’acceptation se faisait sur article complet (ce qui est plus lourd que sur résumé, mais qui permet d’éviter des dérives entre résumé et article final). L’objectif est clairement qu’un maximum d’orateurs puissent participer au débat, mais avec une préparation suffisante. Par ailleurs, l’ensemble des articles fait l’objet de deux fascicules papiers qui sont donnés aux participants au début du colloque ;
  • premier temps, entrer dans le colloque. Après les discours introductifs des officiels (d’ailleurs assez réussis), Jean Jouquan (rédacteur en chef de la revue de pédagogie médicale et brestois de surcroit) nous a invité à échanger avec nos voisins pour nous présenter, échanger sur nos attentes et sur les différentes sessions du colloque. Avec un objectif : celui d’identifier des questions à poser aux intervenants. En fin de cette matinée, nous sommes allés déposer nos questions sur des tableaux aux entrées des salles.
  • Second temps, les sessions. Mais avec une différence de taille avec de nombreux colloques. Plutôt que de subir 3 présentations, avec quelques questions convenues, le temps de présentation est réduit au minimum avec un animateur, ou discutant, qui introduit les articles pour les mettre en perspective et identifier des problématiques communes et/ou des différences intéressantes. Ainsi la majorité du temps se fait sous forme d’un débat « avec la salle », ce qui permet d’élargir le débat. Par ailleurs, chaque discutant apporte sa patte pour permettre que la formule reste variée, et donc non routinière.
  • Troisième temps, les deux conférences invitées. Une conférence est assurée par un expert reconnu autour de la thématique du colloque. Cette année, le thème étant la professionnalisation, l’intervenant était Richard Wittorski. La seconde est assurée par un grand témoin. Jean Jouquan nous a ainsi fait le plaisir d’inviter sa collègue Irène Frachon, qui a dénoncé l’année dernière ce qui est devenu en France le scandale « Médiator ». Ce qui a donné lieu en conclusion a une excellente table ronde sur le thème de l’éthique et de la professionnalisation, et qui faisait clairement écho dans l’assemblée bien au delà de la médecine ;
  • juste avant, une activité en groupes. C’était la nouveauté de cette année. La veille au soir, on nous a proposé de visionner le début du film « Teaching Teaching & Understanding Understanding » et de réfléchir en groupes aux éléments de motivation. La production proposée était un poster présentant une séquence de formation en précisant les éléments facteurs de motivation introduits. Le lendemain matin, Denis Bédard nous a présenté le cadre conceptuel de Roland Viau, et ses 10 conditions pour motiver. Présentation impeccable avec reprise des posters de la veille pour illustrer les conditions en question ;
  • et le soir, comme dans tout colloque, des activités sociales. Visite de la ville, d’un musée, diner de gala, bref des moments pour prolonger l’échange ;
  • n’oublions pas le pré-colloque, qui a réuni une trentaine de participants, sur une approche d’analyse réflexive ou les enseignants participants du colloque étaient tutorés par des étudiants. Étudiants qui ont présenté le résultat de l’expérience devant un amphi de chercheurs/enseignants et autres directeurs de formation. Clairement cette expérience a créé des liens forts entre tous les participants ;

En bref, une alternance de formules variées, signifiantes, cherchant à impliquer, à engager de manière conjointe les différents publics de la conférence, et en cherchant toujours à garantir une haute tenue des débats, et à croiser les disciplines présentes. Cette communauté a l’immense qualité de s’appliquer les principes qu’elle cherche à promouvoir. Les 10 conditions de Rolland Viau y sont intégrées !

Publicités

2 Réponses to “QPES : une formule de conférence active”

  1. La révolution du Mooc a commencée « Techniques innovantes pour l'enseignement supérieur Says:

    […] de formation, et donc nos évaluations, et par rebond nos méthodes pédagogiques (avec au centre motivaion et alignement pédagogique). (Je note ici pour souvenir une petite liste de 10 capacités […]

  2. L’amphi dont vous êtes le héros « Techniques innovantes pour l'enseignement supérieur Says:

    […] cette formule de concertation en groupe était inspirée du buzz amphi de démarrage de la conférence QPES. Son fonctionnement est basé sur la technique d’animation de buzz group dans lequel on nous […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :