le BYOL – Bring Your Own Learning, conséquence du BYOD #AVAN

L’idée du BYOD ou Bring Your Own Device, permettant à chacun d’apporter ses propres équipements au travail, ou à l’école, est une grande tendance du moment. Il en a déjà été pas mal question dans ce blog, avec une traduction en français, AVAN pour Apportez Vos appareils Numériques.

Logiquement, cela donne de l’ autonomie aux personnes, puisque celles-ci deviennent maître de leur équipement personnel, mais aussi de travail et d’apprentissage (ou du moins d’une partie). De plus, cela met en avant l’apprentissage informel, notion qui reconnaît que l’apprentissage se fait également (surtout ? ) en dehors du temps du cours.

Autonomie, personnalisation, mais aussi développement de stratégies d’apprentissage personnelles. Il devient normal que chacun puisse redevenir son propre maître de ses apprentissages.

Jane Hart publie ainsi un article de blog (en anglais) « est-il temps pour une stratégie BYOL dans votre organisation ? », montrant que l’entreprise se doit d’accompagner ce mouvement pour compléter son offre de formation, mais ne peut le contrôler. Elle souligne la prise de distance des personnes par rapport à la formation professionnelle (et en ligne) en montrant que pour les employés celle-ci n’est plus la source unique d’évolution des compétences.

Cette approche est cohérente avec l’idée de Harold Jarche (qui travaille avec Jane Hart) que nous sommes à l’âge de l’apprentissage. L’apprendre à apprendre pourrait devenir réalité, mais ces deux articles constatent bien que les mentalités doivent encore évoluer, et que le plus vite sera le mieux.

Dans la même veine, Harold Jarche nous parle de PKM (Personal Knowledge Management ou gestion de connaissances personnalisées) en tant qu’environnement pour son développement personnel. Dans le domaine de l’apprentissage, on parle de PLE (Personal Learning Environment ou environnement d’apprentissage personnel), mais de fait on recouvre le même phénomène dans les deux cas. Notons que l’apprentissage est ici social et actif dans le sens où il se fait au travers de productions.

La formation tout au long de la vie peut trouver un environnement d’appui appréciable avec ces approches issues du numérique.

Quel impact sur l’enseignement supérieur formation initiale ? Difficile à dire tant pour l’instant ces dimensions de prise en main des apprentissages reste en dehors du focus :

  • Parce que nous délivrons des diplômes qui sont une construction cohérente des apprentissages ;
  • Parce que la structure des formations est basée sur l’offre et non la demande ;
  • Parce que nous craignons que les étudiants puissent faire des choix incohérents ;
  • Parce que nombre des étudiants n’ont qu’une vision très incomplète de leur futur professionnel ;

et pourtant :

  • Qui connaît les métiers de demain ?
  • Développer motivation, autonomie, responsabilité de nos étudiants ne passe-t-il pas par la délégation de leur avenir ?
  • Comment répondre à des demandes émergentes qui ne sont pas issues de la recherche ?

Sans doute la réponse sera dans une ouverture progressive, réconciliant une cohérence de l’offre (les diplômes) et de la demande (prise en compte de la construction de personnalités). On est bien dans la question de la formation d’adultes autonomes, capables de porter ses propres choix.

Au fait, depuis ce matin je me demande comment traduire BYOL (Bring Your Own Learning) en français. AVA pour Apportez Vos Apprentissages me paraît trop court :

  • CAVA pour Choisissez et Apportez Vos Apprentissages ?
  • SAVA pour Soyez Acteurs de Vos Apprentissages ?

Crédit photo : Relaxed Study, Learning Grid, University of Warwick par jisc_infonet licence CC-by-nc-nd

8 Réponses to “le BYOL – Bring Your Own Learning, conséquence du BYOD #AVAN”

  1. E. Erny-Newton (@EmmanuelleEN) Says:

    Et pourquoi pas AVPA = Apportez Vos Propres Apprentissages ?
    Hart et Jarche, ainsi que toute l’équipe du Internet Time Alliance dont ils font partie sont réellement les pionniers dans la façon de concevoir la formation continue dans les entreprises.
    Merci Jean-Marie de faire la promotion de ce type d’idées dans le milieu de l’enseignement : il est essentiel que ce genre d’initiatives se développe conjointement à un mouvement similaire dans l’éducation supérieure ; c’est le meilleur moyen de s’assurer que la transition entre les études et l’entreprise se fera dans les meilleures conditions.
    Je suis régulièrement le #lrnchat qu’anime Internet Time Alliance sur Twitter : http://lrnchat.wordpress.com/ Bien que peu d’enseignants le suive, il est toujours riche en idées transposables à l’univers scolaire.

    • Jean-Marie Gilliot Says:

      la discussion avec @francoisguite, @zecool et @fbocquet essayait de garder le lien entre AVAN et un nouvel acronyme, une vraie contrainte pour stimuler la créativité.
      Apportez nous a fait réagir, car on n’apporte pas son apprentissage. Mais visiblement, nous sommes plus exigeant que ce qui a été fait en anglais.
      Résumé de la discussion ici : http://storify.com/jmgilliot/savan-1
      Reste à conclure.

      Sinon, je suis effectivement épisodiquement ce qui se dit coté « social learning », il y a clairement des choses à creuser. Malheureusement, j’avoue me perdre dans les #edchat et autres. Trop fouilli pour moi.

  2. notfrancois Says:

    Bien que je n’aime pas complètement le terme je préfère pour ma part « consumerization of IT/consumérisation de l’IT » qui est plus large que « device » tout en l’englobant (mes outils sont pour la plupart immatériels dans le nuage – google docs, dropbox, réseaux et medias sociaux…).

    « Consumerization is an increasingly accepted term used to describe the growing tendency for new information technology to emerge first in the consumer market and then spread into business and government organizations. The emergence of consumer markets as the primary driver of information technology innovation is seen as a major IT industry shift »

    http://en.wikipedia.org/wiki/Consumerization

    • Jean-Marie Gilliot Says:

      @notfrancois: on est bien d’accord sur le fait que la problématique englobe les services au delà des les outils d’accès.
      Par contre BYOD vient de 2 idées : permettre l’usage d’outils (au sens consumerization) au delà de ce qui est prévu par les services informatiques des entreprises/ des établissements pédagogiques, mais aussi dans l’environnement de l’utilisateur qui s’incarne dans son équipement (device) personnel. On part bien du device personnel, d’où l’acronyme BYOD (AVAN) et ensuite on travaille dans un environnement ouvert et personnalisé.

      • notfrancois Says:

        Ces deux idées étaient déjà incluses dans la « consumérisation » :
        http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-dossier-consumerisation-de-l-it-quelle-strategie-adopter-dans-l-entreprise-34572.html
        http://www.infoworld.com/t/consumerization-it/hands-it-5-key-technologies-users-must-own-181200

        Je préfère pour ma part le terme « consumérisation » [FR] (consumerization [EN]) parce qu’il ne fait pas appel à un acronyme cryptique, qu’il fait référence à un mouvement plus large et qu’il est bien établi dans les veilles et débats IT (Gartner, Forrester…).

        Après qu’on veuille insister sur le fait qu’on se limite au device de l’utilisateur, pourquoi pas, mais je trouve dommage que le mot « consumérisation » ou « consumerization » ne soit pas trouvable sur l’ensemble de ce blog (que je trouve par ailleurs de grande qualité).

        Avec plusieurs années de retard par rapport au grand public (devices, sevices) la situation est simplement plus tenable pour les entreprises et institutions qui devaient pourtant se battre pour que leurs employés utilisent les nouvelles technologies il y a près de 10 ans.

      • Jean-Marie Gilliot Says:

        OK, mais comme le dit la 2nde référence le BYOD est le facteur déclencheur.
        De plus dans le cadre de l’école (au sens large), un point clé reste de permettre à l’information de pénétrer dans la classe, et pas seulement dans la salle informatique.

        Et je pense que dans ce cadre le terme consumérisation a une connotation négative. Ce terme vient plutôt de l’IT d’entreprise, donc pas vu comme un progrès initialement. Il dessert donc plutôt par rapport à l’idée que je m’en fais.

        De plus comme décrit à la fin de cet article, l’idée était d’avoir quelque chose d’accrocheur, un slogan. BYOD/ AVAN … cela interpelle et passe pas trop mal auprès d’un certain nombre de gens.

        Sinon effectivement, si on veut être complet le terme consumérisation peut s’appliquer, mais cela pose un certain nombre de questions que je ne souhaite pas trop développer dans le contexte de ce blog : la question du consommateur, d’un point de vue économique, mais aussi ce terme consumérisation me parait aller en contradiction avec des idées de Bernard Stiegler. Mais là aussi, on dépasse mon objectif de discours.
        Cela dit je ne crois pas que c’était l’objectif de cet échange.

      • notfrancois Says:

        Deuxième référence : « Most people I talk with conflate consumerization of IT with the bring-your-own-device (BYOD) phenomenon ascribed to the iPhone and iPad users. That’s hardly the case. In fact, the consumerization phenomenon predates the iPhone by many years. »
        Ce que veut dire l’auteur (en tout cas la façon dont je l’interprète) est que le « BYOD » est plus un révélateur de quelque chose de préexistant et moins un déclencheur.

        Concernant les deux chercheurs à l’origine du terme ils disent :
        « During our research into Mobility: Getting Value from Mobile Technologies we discovered a bigger issue that we call ‘consumerization’. Mobility is just one instance of this bigger trend.  »
        http://lef.csc.com/projects/70/researchers#overview

        Quoi qu’il en soit vous avez bien raison de faire bon usage de ce « BYOD », « AVAN », ou « révélateur » ou autre terme🙂

  3. Voila pourquoi il laisser nos élèves venir avec leurs appareils en classe « Techniques innovantes pour l'enseignement supérieur Says:

    […] Ou encore changer la logique des apprentissages ? Certains le prédisent et lui ont déjà trouvé un acronyme en anglais  : le BYOL – Bring Your Own Learning, […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :