Mettre la communauté éducative en réseau

Trois jours d’échanges autour de 3 thématiques : réseaux qu’est ce qui peut nous relier, ressources et pratiques pédagogiques, élargir la participation numérique en éducation. Les deux premières journées nous ont permis de clarifier ce qui pouvait faire lien entre des réseaux ancrés dans le local et des grands réseaux nationaux, les besoins de chacun. Nous nous sommes ainsi compris comme une communauté éducative plutôt qu’un ensemble d’acteurs aux besoins isolés. Ainsi, nous avons pu ébaucher ce que pourrait être un réseau de la communauté éducative.

La session éducation au forum des usages coopératifs à Brest
Trois matinées donc pour partager, pour donner son sentiment, autour de 3 thématiques : réseaux qu’est ce qui peut nous relier, ressources et pratiques pédagogiques, élargir la participation numérique en éducation.  Certains sont venus une des 3 matinées, d’autres ont participé sur les 3 jours, tout en participant aux nombreux autres ateliers qui permettaient de croiser les différents acteurs de la coopération.


Il nous aura fallu 2 matinées pour apprendre à nous connaître, reconnaître l’importance des liens entre le local et le global, la nécessité de l’abondance de rencontres différentes (moins formelles ou dans des tiers lieux), le déséquilibre et le changement induit par la culture numérique dans l’éducation. Il nous aura fallu passer par les ressources pédagogiques pour comprendre le lien entre ressources numérique en général, l’intention pédagogique qui se retrouve liée lorsque la ressource devient pédagogique, et les différentes approches autour du processus de construction suivant qu’on est médiateur, producteur de contenu, enseignant, animateur, parent…
Ce n’est effectivement que le troisième jour quand l’accent a été mis sur le besoin d’aller vers les autres localement que nous avons réellement commencé à construire, à préciser les conditions de la collaboration (transparence, production, pas de hiérarchie), à échanger sur les besoins de chacun, sur l’importance de  tiers lieux, sur les stratégies gagnants pour faire vivre réseaux, associations. Bref, c’est là que s’est forgée la conviction qu’un réseau de lien de la communauté éducative faisait sens.

Difficile de relayer tous les échanges de ces trois matinées, (j’ai eu d’ailleurs beaucoup de mal à construire ce résumé) voici néanmoins quelques éléments saillants.

Des besoins complémentaires autour du partage et de l’échange
Chacun des acteurs autour de l’éducation cherche à bien faire, et souvent s’investit pour essayer de nouvelles pratiques, proposer des nouvelles approches, tester des pratiques pédagogiques et/ou numériques qui lui paraissent pouvoir améliorer le travail de tous au travers de la collaboration.

Mais souvent reviennent les difficultés, l’isolement ressenti. Nombreux des participants se sentent englués dans leurs difficultés et sont confrontés à des murs, en recherche de moyens d’avancer. Localement, que l’on soit enseignant, parent, éducateur, accompagnateur, documentaliste, étudiant, il est courant de sentir un carcan quand on veut faire bouger les choses. Les proches sont campés dans leurs positions, résistent à tout changement.

Certains restent isolés, veulent changer localement leurs pratiques, en proposant par exemple l’utilisation raisonnée de ressources numériques dans leurs pratiques. Cela amène à devoir échanger d’autres localement qui ne prennent pas le temps de comprendre. Ces personnes ressentent un besoin urgent de rencontrer d’autres convaincus, d’échanger sur leurs approches, leurs difficultés, mais aussi leurs réussites. Les réseaux informels comme twitter peuvent être un premier moyen de se connecter, mais encore faut-il en être convaincu et donc sans doute avoir rencontré quelqu’un qui vous en aura convaincu.

D’autres sont organisés en associations qui se mettent au numérique et à la mise en réseau au gré des besoins (communiquer entre les rencontres, capitaliser sur les documents acquis, continuer le suivi dans le temps … ) La question est alors à la fois de permettre à des nouveaux adhérents de rejoindre l’association et de pouvoir profiter des expériences d’autres associations pour se développer de manière harmonieuse.

Les grands réseaux, comme Wikimédia/Wikipédia par exemple, si ils fonctionnent de manière globale, ressentent  pourtant le besoin de rester ancré dans le local en créant des réunions locales entre contributeurs, ou en participant à des événements comme le forum des usages et bien d’autres. Les acteurs de ces réseaux sont d’ailleurs souvent impliqués dans différentes actions. Ce sont bien les gens qui font lien entre les différents réseaux.

Pourquoi parler de communauté éducative ?
Lors des rencontres, nous avions la chance d’avoir un panel très large. Si les enseignants parlaient bien des difficultés de leur métier et de convaincre leurs collègues proches d’explorer de nouvelles pistes, nous avions également des représentants de collectivités locales, d’EPN, de parents, d’éducateurs, des documentalistes, de Wikipédia et autres grands réseaux (Tela Botanica par exemple)  … Nous connaissons également des associations d’étudiants qui semblent animés de la même volonté d’échanger.

Pendant nos échanges, nous étions tous d’accords qu’il est indispensable de pouvoir contourner les barrières que chacun rencontre, d’échanger sur les meilleures pratiques et de mieux comprendre les besoins et les apports de chacun pour pour mieux agir.

Dans le domaine éducatif aussi, on voit bien l’intérêt d’articuler des structures et des événements ancrés dans l’hyperlocal (lieux d’accueil, fablab, copy party au sein d’une bibliothèque …), des associations dédiées qui permettent de répondre à des besoins spécifiques (comme le GREF ou les médiablogs), et des réseaux nationaux comme Sésamath, Wikimédia ou Tela Botanica qui visent à produire et à partager des ressources. L’échange, le partage permettent de renforcer et d’irriguer les 3 niveaux. Il y a donc besoin d’organiser des rencontres au niveau local, et de s’accorder sur des valeurs qui font lien aux autres niveaux.

Permettre aux acteurs de tout bord de se rencontrer pour construire la collaboration
Le constat est donc bien de multiplier les rencontres, les échanges pour permettre à de nombreux projets d’émerger. Nous avons identifié un certain nombre d’éléments pour contribuer à construire un réseau de la communauté éducative :

  • Offrir, relayer des rencontres locales, des événements qui permettent à ceux qui veulent adopter le numérique de se rencontrer, d’échanger et de construire les noyaux qui permettront la diffusion en local. Les tiers lieux, les espaces multimédias,  les lieux de médiation sont des relais pour permette ces échanges. La neutralité permet la rencontre et l’échange ;

  • Proposer des échanges pour permettre l’appropriation de manière neutre des usages numériques, et ainsi proposer des pistes de solutions aux besoins de chacun ;

  • Identifier, partager des stratégies gagnantes pour permettre de convaincre son entourage par petits pas (sur le modèle des wikipatterns ….), les effets de seuil, de levier ;

  • Contribuer à diffuser les bonnes pratiques permettant la collaboration comme notamment l’ouverture, la lise en commun, la transparence dans la gouvernance.

Quel objectif ?
L’usage du numérique, de la collaboration et de ses “valeurs” sont bien les fondements qui permettront de faire tomber les barrières qui empêchent actuellement l’éducation de faire sa révolution pourtant ressentie comme indispensable.
Notre proposition est ainsi de toucher 30% de la communauté éducative  en montant des connexions, en privilégiant une logique de réseaux pour permettre enfin à la communauté éducative toute entière de pouvoir s’approprier globalement le numérique et de nouvelles pédagogies plus collaboratives en éducation.


Compléments :

4 Réponses to “Mettre la communauté éducative en réseau”

  1. fduport Says:

    En fait la mise en réseau pourrait se faire au travers d’un tag, mot clé assez fédérateur, associé à des événements locaux à inventer Laissons les vacances pour murir tout cela.

  2. Jennifer Carré Says:

    Merci Jean-Marie pour cette analyse lucide et compléte ! Un bon point de départ pour notre liste…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :