Des prototypes #Edtech alternatifs

Je voudrai partager avec mes lecteurs les 3 sujets de projets que j’ai proposé a nos étudiants de troisième année de Telecom Bretagne, et que certains m’ont fait la joie de prendre à bras le corps. Tous les trois tournent autour des données d’apprentissage.

On présente souvent la edtech comme un monde de startups qui visent à proposer des services “éducatifs”  et surtout en faisant des profits. Ce n’est a priori pas un modèle exclusif tant les modèles libres ou basés sur les communs devraient être des alternatives à considérer lorsque l’on pense éducation. D’autant que c’est une option particulièrement adaptée dans le contexte de déploiement dans le cadre du service public. Il y a évidemment des conditions pour permettre une diffusion suffisante mais ce n’est pas le sujet de ce billet.

Des sujets autour des données donc, mais sans modèle économique lié à l’exploitation des données. La récolte de données reste néanmoins utile, car il est ainsi possible d’envisager des aides à l’apprenant, en lui proposant un suivi, en lui faisant des retours sur ses apprentissages, voire de proposer une évaluation de son activité. Cela est classique et ouvre des perspectives, mais c’est un point de vue de développement au service du métier de l’enseignant. Il me semble encore plus intéressant de se positionner en considérant ce qui devient possible lorsque l’on permet à l’apprenant de disposer de ses propres données pour lui-même. C’est dans cette perspective de données d’apprentissages inversées que j’ai proposé ces sujets, dans la suite des réflexions déjà développée dans ce blog.

Premier sujet : la mise en place d’un portail de partages de mesures, photos, vidéos collectées par mobile pour résoudre ensemble une question dans une démarche d’investigation. Nous avons fait le choix de traduire nquire-it (si vous voulez contribuer, c’est ici mais d’abord un peu technique). L’accueil de l’équipe qui a développé ce portail en anglais a été très bon, et nous espérons pouvoir le mettre en ligne en français d’ici le printemps. Si vous avez une idée de nom de site, nous accueillons vos suggestions avec intérêt. L’idée est ici que l’apprenant est acteur de sa collecte et de son exploitation. Il y a d’ailleurs plusieurs possibilités d’extensions mais cela ferait l’objet d’un billet entier.

Le deuxième sujet est de proposer une alternative pour la récolte des données d’apprentissage. Le monde du e-learning est en train de proposer des nouveaux standards pour permettre de récolter des données d’apprentissage sur des outils variés et de les regrouper ensuite pour permettre un meilleur suivi. Parmi ceux-ci, le standard xAPI est ouvert et permet de regrouper ces données dans des entrepôts (repository) pour exploitation ultérieure. L’idée est de pouvoir regrouper les données pour un même cours (ou plus). nous inversons ici la logique en proposant de définir un entrepôt dans un espace de données d’apprentissage personnelles, l’apprenant pouvant alors croiser ses expériences venant de différents contextes d’apprentissage. Typiquement, nous regardons ce qu’il est possible de récolter lors de l’utilisation du portail La technologie utilisée en termes de données personnelles est celle proposée par Cozy.

Le troisième sujet s’inscrit logiquement dans l’organisation et l’exploitation des ses expériences pour construire son propre e-portfolio sur Cozy. Il s’agit ici d’un prototype pour démontrer qu’il est possible de regrouper différentes sources, de ses apprentissages (sujet 2), de port folios extérieurs, mais aussi de sources de certifications, comme les openbadges. Plutôt que de déposer ses données sur le site de son établissement de formation, de son université, l’idée est ici aussi de récupérer ses données de ses différents parcours d’apprentissage (et professionnels – travailler c’est aussi apprendre) et de les regrouper dans son espace propre pour en avoir la maîtrise dans une approche de self data. Ces regroupements peuvent alors faire l’objet d’un travail de portfolio et de sa publication.

10740658545_97819d5924_z_d

On le voit, remettre en question la logique du flot des données en apprentissage permet d’explorer des voies stimulantes. Ces trois projets d’étudiants permettent d’explorer les aspects techniques de certaines réflexions menées sur ce blog. Si ces projets vous interpellent, je peux vous mettre en contact avec mes étudiants. Et si vous êtes patients, ils se sont engagés à publier leurs résultats sous licences libres à la fin de leur projet en mars.

Si vous êtes étudiant ou développeur, n’hésitez pas à prendre contact.

La prochaine étape sera de tester tout ça. Et pourquoi pas dans un MOOC ? 

 

Crédit photo : Digilant: Above and beyond the data (2) par Charls Tsevis licence by-nc-nd

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :