Ludovia pour faire bouger l’éducation

Ludovia, un temps de rencontre pour le numérique à l’école. Si vous ne connaissez pas, je vous laisse lire le billet de Bruno Devauchelle, qui donne une bonne idée de l’ambiance et l’organisation, et de la diversité des activités, qui donne sa richesse à l’événement. Bruno a d’ailleurs fait un travail d’animation remarquable pour le débat d’ouverture « numérique et éducation, entre consommation et création, articulée autour de la traduction de la Khan Academy en français (Jean François Cerisier, participant à cette table ronde nous fait d’ailleurs un retour sur son point de vue), la présence de Dominique Cardon a permis de faire la part belle à la dimension de production et de coopération . Pour ce qui s’est dit dans les différentes tables rondes, mes amis blogueurs ont fait un superbe travail de prise de notes que vous pouver retrouver sur le site.

Le rôle de blogueur à Ludovia est d’ailleurs particulier et passionnant. Nous sommes plusieurs, du primaire à l’université, à être invités pour mixer des rôles d’animateur, de contradicteur, de relais vers les réseaux sociaux, et de synthèse ! Pour ma troisième participation à cette manifestation, je me suis attelé plus particulièrement aux tables rondes en assurant l’animation de deux d’entre elles (Apprentissages sur une planète 3.0, comment peut-on intégrer la culture numérique et éviter la fracture numérique ? Et Mobilité et ENT « Apprentissages et supports mobiles individuels : quelle place pour l’ENT ? » ) et en participant à une troisième (MOOCs, LMS et média d’apprentissage, entre consommation et création ?).

Le thème cette année était la culture numérique. J’en ai d’ailleurs demandé une définition aux intervenants de la première table ronde que j’ai animée. En synthèse, c’est l’ensemble de savoirs et savoirs faire nécessaires nécessaire pour vivre dans une société numérique. Cela se rapproche de ce que disait Jean-Louis Durpaire lors du colloque EcriTech’5 qui a eu lieu en avril :

« Vivre le numérique à l’Ecole, c’est traiter la question de l’éducation tout court (au lire, écrire, compter, créer…) qui désormais se pose à l’intérieur d’une société du  numérique, celle que les élèves habitent. On y retrouve d’ailleurs les mêmes questionnements dans les deux événements. »

Une telle manifestation permet de prendre le pouls du système éducatif, et de faire se croiser Ministère de l’éducation nationale, établissements, inspecteurs, enseignants, périscolaire, collectivités territoriales, universitaires, débutants et experts du numérique. J’y ai noté cette année une évolution des mentalités – on parle de mutualisation, une peu plus difficilement de coopération entre enseignants. Mais toujours sous contrôle, l’horizontalité et l’ouverture si elle souhaitable pour la coopération et demandée par beaucoup, n’est pas encore admise par les inspecteurs ou le ministère.

Au niveau des ENT, le discours évolue puisque l’on parle maintenant d’outil pour la communauté d’un établissement. Coté mobilité, cela évolue également. Les retours d’expérience démontrent l’intérêt d’utiliser des équipements comme des tablettes (et autres) pour apprendre dans et hors la classe. De manière intéressante, les utilisateurs sont tous allés au delà de ce qu’ils pensaient au départ, découvrant de nouveaux usages, et des détournements utiles. Mais on reste étonné par la distance entre les besoins exprimés par ces retours d’usages, les cahiers des charges et autres schémas directeurs qui sont bien trop figés, et les éditeurs de solutions d’ENT qui ont l’air d’avoir bien du mal entre les outils généralistes du web, et des exigences complexes, pas toujours issues du terrain. Il y a encore trop de distance entre les enseignants, les donneurs d’ordre que sont les collectivités territoriales, les cadres proposées par le ministère, et les éditeurs. Trop complexe en tout cas pour accompagner l’innovation (pédagogique et technique) de manière efficace. Il semble ainsi que des besoins comme travailler de manière déconnectée soient mail pris en charge, et que l’accessibilité soit une grande oubliée alors même que les équipements mobiles permettraient des progrès dans ce sens.

Et pourtant, tous sont de bonne volonté, dans les échanges informels, j’ai eu des échanges fructueux avec des membres de la Direction Numérique pour l’Enseignement, j’ai découvert un principal, Jamel El Ayachi, qui a décidé d’intégrer son collège dans les réseaux sociaux, j’ai longuement discuté avec un prof d’EPS, Martial Pinkowski, qui développer et propose des solutions adaptées aux enseignants et aux élèves en mobilité. J’ai enfin rencontré en direct certaines personnes avec qui j’échange depuis plus ou moins longtemps : Bruno Devauchelle qu’on ne présente plus, Muriel Epstein qui anime le transiMOOC, seul MOOC pour collégiens, Lyonel Kaufmann autre « blogueur ». J’ai eu le temps et le plaisir de mieux faire connaissance avec le très actif Michel Guillou.

Chose nouvelle, au delà de l’annonce de la refonte des programmes, on voit poindre des questionnements autour de l’évolution du système éducatif. Il y a urgence si on prend le point de vue du Tsunami numérique défendu par Emmanuel Davidenkoff. Et pourtant, il est clair qu’il ne sera possible d’évoluer qu’en laissant le temps aux acteurs d’apprivoiser le numérique. Chacun doit progresser dans sa zone de confiance. Il me semble que cette évolution ne sera possible que si l’encadrement accepte de lâcher prise. La coopération est à ce prix, on l’explique aux enseignants en leur expliquant qu’ils doivent passer du rôle de transmetteur à celui d’accompagnateur des apprentissages de ses élèves. Il est indispensable que l’institution comprenne que cela s’applique également à elle, et à son corps d’encadrement (inspecteurs et chefs d’établissement), qu’elle est elle-même une organisation apprenante.

Par ailleurs, la présentation de MOOC et de cartographie de savoirs dans une même session a suscité bien des réactions et des questions, autour du partage de cours, et de l’ouverture des apprentissages. Les échanges finaux portaient alors sur les rythmes des cycles d’enseignement et les questions de validation, avec les badges et autres dispositifs. Mais il semble encore trop tôt pour faire un sujet de table ronde sur l’évolution du système éducatif par le numérique.

Cela renforce ma conviction que les axes de recherche identifiés lors de l’école d’été sur les MOOC sont en phase avec les besoins d’évolution du système éducatifs, et c’est la bonne nouvelle de la rentrée. J’y reviendrai.

En conclusion, au niveau classe et périscolaire, on est passé de l’outil aux usages. Au niveau des programmes, le principe de culture numérique (et celui de savoir coder) est acté. L’établissement se pense maintenant en tant que communauté, qui peut s’ouvrir, et cela est très positif. Bref cela bouge. La gestion des ressources reste compliquée, et le contrôle, lié notamment aux programmes semble encore s’imposer. Il n’est pas sûr que les associations comme Sésamath ou autres se diluent dans Canopé, qui évolue, mais sans doute encore trop selon un modèle de média, sans intégrer pleinement la coproduction. Reste également à l’institution de trouver des degrés de souplesse pour pouvoir évoluer, intégrer l’évolution permanente qui est constitutive de la société numérique.

Publicités

Quelques ressources en ligne pour aider les collégiens

ainsi que les autres élèves …

Un besoin d’approfondissement, une difficulté passagère, une maladie… Que faire ? Certains parents pourront passer du temps à aider le collégien, mais là aussi des problèmes peuvent surgir : comment les notions sont-elles abordées aujourd’hui ? Quels exercices utiliser ? …

Une réponse finale est souvent de faire appel à des cours privés pour aider l’enfant. Mais est-ce la seule solution ?

En tout cas, un certain nombre d’acteurs essayent de proposer des alternatives gratuites sur Internet pour offrir des solutions qui s’affichent comme des moyens de proposer une éducation de qualité pour tous. Celles-ci méritent aujourd’hui d’être connues car les contenus proposés sont suffisamment riches :

L’ensemble donne largement de quoi aider collégiens et parents !

La suite de l’article est pour les plus curieux…

On peut en effet avoir un second niveau de lecture pour regarder quels usages peuvent être faits de ces ressources. L’académie en ligne et l’ assistance scolaire personnalisée sont en effet soumis au droit des auteurs, il est donc clairement spécifié que seul l’usage privé est possible. A priori, donc impossibilité de réutiliser ces contenus en classe, en groupe, pour expliquer à quelqu’un d’autre… Ce n’est pas très grave pour un travail de rattrapage ou de révision, mais c’est clairement une limitation, d’autant plus étonnante que le Cned est un établissement public. Pour la Maif, cela peut sans doute s’expliquer par les partenariats qu’elle a passé avec des organismes privés pour constituer son offre, mais dans un esprit mutualiste, il aurait pu être intéressant d’être encore un peu plus volontariste et de permettre la libre diffusion des savoirs.

Les associations d’enseignants ont pour leur part adopté des licences dites libres qui permettent la libre circulation des connaissances et des supports. Cette alternative existe en effet et un mouvement mondial milite en faveur de ces choix, notamment pour promouvoir l’éducation pour tous. Le MIT qui propose ses cours sur ce modèle. L’Unesco fait partie de ce mouvement car elle considère que c’est un enjeu majeur pour l’éducation du monde entier.

On ne peut donc que regretter que ces licences qui facilitent le travail de tous ne soient pas retenues par les sites institutionnels, alors même que dans le discours ils encouragent le partage, l’éducation pour tous.
Pour aller plus loin :

%d blogueurs aiment cette page :