Ludovia pour faire bouger l’éducation

Ludovia, un temps de rencontre pour le numérique à l’école. Si vous ne connaissez pas, je vous laisse lire le billet de Bruno Devauchelle, qui donne une bonne idée de l’ambiance et l’organisation, et de la diversité des activités, qui donne sa richesse à l’événement. Bruno a d’ailleurs fait un travail d’animation remarquable pour le débat d’ouverture « numérique et éducation, entre consommation et création, articulée autour de la traduction de la Khan Academy en français (Jean François Cerisier, participant à cette table ronde nous fait d’ailleurs un retour sur son point de vue), la présence de Dominique Cardon a permis de faire la part belle à la dimension de production et de coopération . Pour ce qui s’est dit dans les différentes tables rondes, mes amis blogueurs ont fait un superbe travail de prise de notes que vous pouver retrouver sur le site.

Le rôle de blogueur à Ludovia est d’ailleurs particulier et passionnant. Nous sommes plusieurs, du primaire à l’université, à être invités pour mixer des rôles d’animateur, de contradicteur, de relais vers les réseaux sociaux, et de synthèse ! Pour ma troisième participation à cette manifestation, je me suis attelé plus particulièrement aux tables rondes en assurant l’animation de deux d’entre elles (Apprentissages sur une planète 3.0, comment peut-on intégrer la culture numérique et éviter la fracture numérique ? Et Mobilité et ENT « Apprentissages et supports mobiles individuels : quelle place pour l’ENT ? » ) et en participant à une troisième (MOOCs, LMS et média d’apprentissage, entre consommation et création ?).

Le thème cette année était la culture numérique. J’en ai d’ailleurs demandé une définition aux intervenants de la première table ronde que j’ai animée. En synthèse, c’est l’ensemble de savoirs et savoirs faire nécessaires nécessaire pour vivre dans une société numérique. Cela se rapproche de ce que disait Jean-Louis Durpaire lors du colloque EcriTech’5 qui a eu lieu en avril :

« Vivre le numérique à l’Ecole, c’est traiter la question de l’éducation tout court (au lire, écrire, compter, créer…) qui désormais se pose à l’intérieur d’une société du  numérique, celle que les élèves habitent. On y retrouve d’ailleurs les mêmes questionnements dans les deux événements. »

Une telle manifestation permet de prendre le pouls du système éducatif, et de faire se croiser Ministère de l’éducation nationale, établissements, inspecteurs, enseignants, périscolaire, collectivités territoriales, universitaires, débutants et experts du numérique. J’y ai noté cette année une évolution des mentalités – on parle de mutualisation, une peu plus difficilement de coopération entre enseignants. Mais toujours sous contrôle, l’horizontalité et l’ouverture si elle souhaitable pour la coopération et demandée par beaucoup, n’est pas encore admise par les inspecteurs ou le ministère.

Au niveau des ENT, le discours évolue puisque l’on parle maintenant d’outil pour la communauté d’un établissement. Coté mobilité, cela évolue également. Les retours d’expérience démontrent l’intérêt d’utiliser des équipements comme des tablettes (et autres) pour apprendre dans et hors la classe. De manière intéressante, les utilisateurs sont tous allés au delà de ce qu’ils pensaient au départ, découvrant de nouveaux usages, et des détournements utiles. Mais on reste étonné par la distance entre les besoins exprimés par ces retours d’usages, les cahiers des charges et autres schémas directeurs qui sont bien trop figés, et les éditeurs de solutions d’ENT qui ont l’air d’avoir bien du mal entre les outils généralistes du web, et des exigences complexes, pas toujours issues du terrain. Il y a encore trop de distance entre les enseignants, les donneurs d’ordre que sont les collectivités territoriales, les cadres proposées par le ministère, et les éditeurs. Trop complexe en tout cas pour accompagner l’innovation (pédagogique et technique) de manière efficace. Il semble ainsi que des besoins comme travailler de manière déconnectée soient mail pris en charge, et que l’accessibilité soit une grande oubliée alors même que les équipements mobiles permettraient des progrès dans ce sens.

Et pourtant, tous sont de bonne volonté, dans les échanges informels, j’ai eu des échanges fructueux avec des membres de la Direction Numérique pour l’Enseignement, j’ai découvert un principal, Jamel El Ayachi, qui a décidé d’intégrer son collège dans les réseaux sociaux, j’ai longuement discuté avec un prof d’EPS, Martial Pinkowski, qui développer et propose des solutions adaptées aux enseignants et aux élèves en mobilité. J’ai enfin rencontré en direct certaines personnes avec qui j’échange depuis plus ou moins longtemps : Bruno Devauchelle qu’on ne présente plus, Muriel Epstein qui anime le transiMOOC, seul MOOC pour collégiens, Lyonel Kaufmann autre « blogueur ». J’ai eu le temps et le plaisir de mieux faire connaissance avec le très actif Michel Guillou.

Chose nouvelle, au delà de l’annonce de la refonte des programmes, on voit poindre des questionnements autour de l’évolution du système éducatif. Il y a urgence si on prend le point de vue du Tsunami numérique défendu par Emmanuel Davidenkoff. Et pourtant, il est clair qu’il ne sera possible d’évoluer qu’en laissant le temps aux acteurs d’apprivoiser le numérique. Chacun doit progresser dans sa zone de confiance. Il me semble que cette évolution ne sera possible que si l’encadrement accepte de lâcher prise. La coopération est à ce prix, on l’explique aux enseignants en leur expliquant qu’ils doivent passer du rôle de transmetteur à celui d’accompagnateur des apprentissages de ses élèves. Il est indispensable que l’institution comprenne que cela s’applique également à elle, et à son corps d’encadrement (inspecteurs et chefs d’établissement), qu’elle est elle-même une organisation apprenante.

Par ailleurs, la présentation de MOOC et de cartographie de savoirs dans une même session a suscité bien des réactions et des questions, autour du partage de cours, et de l’ouverture des apprentissages. Les échanges finaux portaient alors sur les rythmes des cycles d’enseignement et les questions de validation, avec les badges et autres dispositifs. Mais il semble encore trop tôt pour faire un sujet de table ronde sur l’évolution du système éducatif par le numérique.

Cela renforce ma conviction que les axes de recherche identifiés lors de l’école d’été sur les MOOC sont en phase avec les besoins d’évolution du système éducatifs, et c’est la bonne nouvelle de la rentrée. J’y reviendrai.

En conclusion, au niveau classe et périscolaire, on est passé de l’outil aux usages. Au niveau des programmes, le principe de culture numérique (et celui de savoir coder) est acté. L’établissement se pense maintenant en tant que communauté, qui peut s’ouvrir, et cela est très positif. Bref cela bouge. La gestion des ressources reste compliquée, et le contrôle, lié notamment aux programmes semble encore s’imposer. Il n’est pas sûr que les associations comme Sésamath ou autres se diluent dans Canopé, qui évolue, mais sans doute encore trop selon un modèle de média, sans intégrer pleinement la coproduction. Reste également à l’institution de trouver des degrés de souplesse pour pouvoir évoluer, intégrer l’évolution permanente qui est constitutive de la société numérique.

Conférence : Nomadisme, mobilité – utiliser les Equipements Numériques pour apprendre

J’ai été invité par l’Université de Brest (dite de Bretagne Occidentale) a faire une présentation sur ce qu’apportent l’usage des mobiles à l’université. La présentation aura lieu en centre ville à l’université Victor Segalen en salle B001 à 14 heures. (Mise à jour 13/02/2013 : vous pouvez retrouver l’enregistrement vidéo en ligne)

En résumé :

L’usage des mobiles rend possible de nouveaux modes d’apprentissages. La mobilité n’est ainsi pas que spatiale, mais ouvre aussi de nombreuses autres dimensions : temporelle, thématique, sociale, informative, technique. Comprendre le champ des possibles de ces nouveaux outils permet de les intégrer dans ses apprentissages pour les étudiants, et dans sa pédagogie pour l’enseignant.

L’immense majorité des étudiants disposent aujourd’hui d’équipements personnels, PC portables, smartphones, voire tablettes qu’ils utilisent au quotidien. La fracture numérique ne se situe plus au niveau du matériel, mais bien au niveau des usages. En permettant à nos étudiants de tirer parti de ces équipements au cœur de nos établissements, nous inversons nombre de logiques d’enseignements qui permettent de renouveler nos pédagogies, de valoriser l’étudiant et de réduire la fracture des usages en leur permettant d’acquérir une littératie numérique indispensable au XXIème siècle.

Au travers d’expérimentations réussies, nous explorerons quelques pistes d’usages au sein d’enseignements ou la participation devient le cœur de la pédagogie.

Pour les curieux et ceux qui ne pourront se joindre à nous voici le diaporama.

jnum12 : innovation numérique et équipements mobiles des étudiants

Le 28 mars, je ferai à Paris Descartes aux Jnum12 une présentation que nous avons nommé : « aborder l’innovation numérique à travers l’environnement mobile des étudiants ». Il parait que ce sera en amphi Vulpian. Ce sera exemplifié au travers de 2 cours que j’ai eu la joie d’assurer avec deux de mes collègues @cecilebothorel et @garlatti .

J’en ai profité pour tester Prezi, ce qui m’a pris beaucoup de temps pour un résultat que j’ai du mal à juger à chaud, on verra. Vous pouvez me donner votre avis.

Le résumé envoyé aux organisateurs était le suivant :

Thème 3 : Les outils et applications mobiles, des supports à l’apprentissage ?

La formation des ingénieurs est aujourd’hui face à trois défis sociétaux liés au numériques qui correspondent à trois niveaux différents dans la révolution du numérique [1] : la maîtrise des usages des environnements numériques, la maîtrise de la science informatique, et la capacité d’innover. Le premier concerne la littératie numérique [2], qui se développe au travers d’un usage maîtrisé d’Internet et des médias sociaux [3]. Le second impose des enseignements intégrant l’informatique en tant que discipline. Le dernier se développe notamment en encourageant un esprit critique mêlant initiative, créativité et curiosité, mais aussi au travers de technologies propices à l’innovation comme les Fablabs [4,5] et les mobiles. Nous présentons deux dispositifs qui ont été conçus dans cet esprit et proposés à nos étudiants.

Le premier dispositif se déroule sur une semaine bloquée. Sur un mode projet, nous proposons à nos élèves de découvrir les technologies mobiles (au travers d’Android) [6] ou électroniques (au travers d’Arduino [7]) pour développer par les élèves leur idée d’application. Ces technologies sont délibérément choisies pour être proches des étudiants, et pour permettre de donner à voir des résultats, y compris en les emmenant avec soi. Vu la popularité des ces enseignements (choisis parmi une longue liste variée d’enseignements), nos étudiants affirment leur intérêt sur ces technologies.Ce non-cours démarre par une phase de prise en main, suivie d’une phase d’échange et de validation d’idée, avant de prendre le temps de développer sur un mobile ou sur une carte électronique Arduino. La semaine se clôture sur une exposition des réalisations dans un lieu de passage détourné, où les étudiants assurent des démonstrations courtes.

Durant toute la semaine, les étudiants sont invités à utiliser leur matériel (PC portables comme base d’information et station de développement, ordiphones comme cible pour l’application), ce qui permet de passer facilement du lieu de développement, à la zone d’exposition, et de continuer les développements au delà des heures programmées. Des équipements restent bien sûr disponibles, si nécessaire. Par ailleurs, l’encadrement est mixte entre enseignants-chercheurs, développeurs professionnels et pairs. Cet accompagnement est orienté sur de l’accompagnement technique.

Le second dispositif concerne un cours d’informatique, sur le web social, mobile, pervasif et sémantique, dans lequel les étudiants abordent les notions développées dans le cours au travers de questionnements proposés par les enseignants sur le blog du cours (disponible ici : http://molene.enstb.org/fipC0320A_Cours/ ). Les étudiants développent une activité collaborative de recherche et de synthèse d’informations. Ils rédigent leurs conclusions de manière collaborative. Le résultat de leur recherche permet l’échange entre pairs et avec l’enseignant. L’enseignement mêle compréhension des usages et concepts techniques sous-jacents. Au travers d’une analyse des évolutions, des expérimentations en cours, et des nouvelles technologies émergentes, les étudiants sont invités à proposer de nouveaux services dans des domaines comme la formation, le tourisme, les réseaux sociaux d’entreprise, l’Internet des objets …

Ici aussi, les étudiants sont invités à apporter leurs propres équipements mobiles en salle, tant pour la recherche, le travail collaboratif, ou l’utilisation de technologies informatiques. Le rôle de l’enseignant alterne entre tuteur accompagnant les réflexions des étudiants, et référent reprenant les résultats au travers d’intervention de restructuration. Les mobiles sont ici à la fois sujet d’étude et outils de travail. Le travail en groupe avec des outils collaboratifs est plébiscité, tant comme moyen d’apprentissage, que comme future pratique de leur métier d’ingénieur

Parmi les motivations qui ont sous tendu la mise en place de ces enseignements, nous avons cherché à nous rapprocher de démarches projets équipées d’outils mobiles, qui correspondent à une part importante de l’activité des ingénieurs dans les activités d’innovation. Il nous semble également important de sensibiliser nos étudiants aux problématiques du développement de l’identité numérique.

Au delà de ces expérimentations s’ouvrent des questions liées à la généralisation. Nous en identifions deux qui découlent directement de notre expérience. La première est de savoir s’il est possible et comment de diffuser plus largement de telles approches dans la formation.

La seconde adresse les modes d’intégration du numérique dans la classe, que ce soit au niveau de l’environnement d’apprentissage personnel [8] en complément à l’ENT, ou au niveau de l’équipement des étudiants (démarche AVAN pour « Apportez Vos Équipements Numériques » [9]) plutôt que systématiquement dans des salles dédiées. Une approche centrée étudiants présente plusieurs avantages. Elle permet d’intégrer les outils mobiles naturellement, de mieux lier les apprentissages au sein de l’institution et les usages externes que ce soit dans des cadres d’apprentissage ultérieurs, professionnels ou d’innovation.

références :

[1] rapport de l’association Pascaline (2011) : économie numérique, innovation et enseignement : quelles conséquences ?

[2] Gilster, P., Ed. (1997). Digital Literacy, Wiley.

[3] Franklin, T. and M. Harmelen. (2007). « Web 2.0 for content for learning and teaching in higher education. », from http://ie-repository.jisc.ac.uk/148/1/web2-content-learning-and-teaching.pdf.

[4] Mangels J. (2009) Fabrication labs let student and adult inventors create products, solve problems et

[5]Fing 2008 Faire émerger et connecter des fablabs en France

[6] Bothorel C., Gilliot J.M (2011) CodeCamp : un non-cours pour apprendre à programmer sur un mobile

[7] Mellis, D. A., M. Banzi, D. Cuartielles und T. Igoe (2007) Arduino: An Open Electronics Prototyping Platform. In: CHI 2007, San Jose, USA, Apr. 2007. ACM Press.

[8] Chatti, M. A., M. Jarke, et al. (2007). « The future of e-learning: a shift to knowledge networking and social software  » International Journal of Knowledge and Learning 3(4/5): 404-420.

[9] Gilliot J.M. (2012) Equipements à l’école. Et si on jouait à l’AVAN ?

Ajout 30 mai : le lien vers la vidéo de la présentation à Paris Descartes

Ces cours qui ne pourraient pas se faire sans une posture AVAN

Si certains se posent encore de l’intérêt de pousser les étudiants à venir en cours avec leurs propres équipements numériques, il est des cours que nous n’aurions pu proposer sans dire à nos étudiants : Apportez Vos Appareils Numériques (AVAN).

Premier exemple, avec un collègue nous avons proposé pour la seconde année des « cours » basés sur des questions, des problèmes nécessitant des recherches en groupe. Aller trouver de l’information sur Internet, croiser les définitions, écrire en groupe des synthèses, des présentations, sont les activités de base sur lesquelles nous rebondissons pour démontrer l’intérêt du web sémantique, social, pervasif, construire collaborativement les modèles sous-jacents, et explorer les outils informatiques de développement. Certes, nous pourrions investir une salle de TP informatique, mais les postes y sont prévus pour accueillir 2 élèves par poste, et les tables sont fixes, ce qui ne permet pas la confrontation en groupe de plus de deux. De plus, en incitant les élèves à apporter leurs propres équipements, nous les incitons à utiliser des services collaboratifs dans leurs environnements propres, et à installer des logiciels techniques sur leurs propres machines, ce qui permet de démystifier cette étape pour les moins geeks d’entre eux. Bien sûr, nous assurons de pourvoir un équipement à qui n’en posséderait pas. Cette année cela concernait 2 élèves : un, le premier jour, qui avait laissé sa machine chez lui, et le second dont le PC portable était en panne. Précisons qu’il s’agit de cours en dernière année d’ingénieurs.

Le second exemple concerne deux cours en parallèle d’introduction à des technologies du moment : une initiation à la programmation sur mobiles et l’autre sur la découverte des arduinos dans un contexte de fablab. On est ici typiquement dans des cours choisis, dans lesquels les élèves viennent parce que cela les intéresse, et où certains ont déjà des projets en tête.

Les outils de développement sont disponibles sur toute plate-forme (logiciels libres), et largement diffusés. Il est probable que les élèves continueront après les cours, et c’est quelque part l’objectif de développer chez eux le goût du DIY, qui a conduit à ces technologies. Et qui sait s’ils ne créeront ou ne rejoindront pas une startup en se basant sur ces technologies qui permettent le prototypage rapide, le déploiement d’idées à un coût toujours plus faible.

Dernier point, il est très difficile d’équiper un laboratoire complet avec des équipements comme des smartphones. L’administration est réticente à faire de tels achats, car ces équipements ne sont pas considérés comme des cibles de développement. En plus la rapidité d’obsolescence obligerait à en racheter plus souvent que ce qui se fait pour des PCs pour être en phase avec l’état du marché. Sans parler de l’intendance pour éviter toute perte d’équipement dans la salle.Bref, cela coûterait cher pour un résultat peu satisfaisant. Il est donc beaucoup plus logique de demander aux élèves de venir avec leur parc qui donne une bonne base de travail et de le compléter avec les équipements que nous avons acheté pour divers développements spécifiques.

Pour la petite histoire, si la diversité des équipements peut parfois poser un problème de configuration pendant les phase de mise en œuvre, elle évite par contre d’avoir une salle entière bloquée par un problème non identifié avant la mise en place (et comme chacun sait, histoire adore se répéter).

En résumé, encourager les élèves à venir avec leurs propres équipements simplifie l’organisation d’une classe participative, permet une plus grande implication, améliore et simplifie l’intendance. Tout cela permet de libérer les énergies pour mieux apprendre et explorer de nouvelles voies.

 

 

Ont-ils l’air moins intéressés ?

Certains affirment que les élèves sont distraits lorsqu’ils ont un équipement numérique devant eux.

Ce n’est semble-t-il pas toujours le cas !

C’est Aymeric Poulain-Maubant qui leur dévoilait les principes de développement pour Android. Si certains sont tournés vers leurs machines, ils n’ont pas l’air pour autant de s’y endormir, ils sont plutôt soit en train de regarder les transparents, soit en train de tester une fonctionnalité en direct.

Le mot d’ordre d’un tel cours : Apportez Vos Appareils Numériques ! Ici PC portables et mobiles !

Equipements à l’école. Et si on jouait à l’AVAN ?

Depuis l’avènement du Web, beaucoup plus de services sont disponibles au grand public que ce que l’on peut trouver dans les entreprises. Seules les stations très techniques, équipées de logiciels spécialisés (simulation, …) restent inaccessibles au grand public. Par contre, toutes les fonctionnalités promues par le web sont en retard au sein de l’entreprise : accès et recherche de l’information, outils collaboratifs, apprentissage … Connaissez vous Charlène traduit par Isabelle Drémeau traduit parfaitement cette inversion, en montrant les limitations que cela entraîne. Cette tendance s’est encore amplifiée avec les équipements mobiles, l’accès à ces services devenant possible partout, tout le temps, dans toutes les situations.

Il y a donc un mouvement de fond, venant des personnels les plus mobiles pour disposer dans le cadre de leur travail du même type d’outils que ceux qui leurs sont accessibles de manière privée, et cela pour être plus efficaces. Poussant à bout cette logique, certains proposent d’utiliser leurs propres équipements pour travailler AVOP : Apportez Vos Outils Personnels ! Les principes AVOP sont simples :

  • On fait confiance aux utilisateurs pour choisir les outils qui correspondent le mieux à leurs attentes ;
  • Ils utilisent les mêmes outils dans leurs activités professionnelles et personnelles ;
  • Les outils sont achetés, assurés et maintenus par les collaborateurs ;
  • L’entreprise participe au financement de ces outils ;

Comme condition de réussite, il semble que cela doit être basé sur le le volontariat. Il semble que cela fasse partie des éléments qui peuvent séduire les digital natives. Les freins principaux concernent la sécurité des données, et les équipements dédiés (stations de travail), mais de fait ces contraintes peuvent s’intégrer dans une telle démarche, sauf cas extrêmes.

Dans le cadre de l’école, il serait tout à fait possible/souhaitable/urgent d’adopter le même principe. Cela correspond même aux deux premières des  12 tendances de l’année selon Mindshift.

Premier intérêt, l’élève pourrait utiliser ce qu’il connaît et découvrir comment utiliser ces outils pour apprendre, chercher des informations, développer sa curiosité …. et de comprendre la diversité de ces outils qui ne sont pas limités au jeu ou à la communication entre proches. Ceci pourrait être un vrai facteur de réduction de la fracture numérique des usages.

Deuxième intérêt, cela déplace le positionnement de l’équipement numérique dans la classe. Il n’est plus cantonné dans des salles dédiées (dans lesquelles on se déplace pour faire de l’informatique), au bureau de l’enseignant (avec son TBI accroché) ou au fond de la classe (pour une recherche complémentaire, comme si c’était le dictionnaire de la classe). Il se retrouve sous la main de chaque élève. Ce n’est plus l’équipement magique, que le conseil général ou régional a pu acheter exceptionnellement, mais bien un équipement qui suivra l’élève chez lui et durant sa scolarité.

Troisième intérêt, cela permet de suivre l’évolution des équipements de manière plus naturelle. l’équipement devenant mobile, il est d’ailleurs de plus en plus illusoire de penser que l’école les fournira. Nombre d’établissements en restent au PC fixe ou cherchent des câbles de sécurité pour les PC portables.

Quatrième intérêt, cela donne de l’autonomie, de la responsabilité à chaque élève. Cela pose Une question de confiance avant tout, comme le décrit Jacques Cool.

Question économique, cela permet des économies en réduisant notamment la maintenance. Ce qui permet de mieux concentrer les investissements dans les équipements purement techniques liés aux domaines disciplinaires qui le nécessite. Coté élèves, le nombre de personnes disposant d’équipement suffisant ne cesse d’augmenter. Leur laisser venir en classe avec devrait contribuer à les réconcilier avec l’école. Plutôt que de s’interdire cette posture, tant que tout le monde ne pourra disposer d’un équipement, posons nous plutôt les questions de comment résoudre les problèmes qui pourraient se poser :

  • A partir de quel âge est-il raisonnable d’inciter les élèves à venir avec de tels équipements ? Sans doute pas en crèche, ni en maternelle. À l’âge où l’on demande la calculette ? Avant ?
  • Doit-on commencer par le supérieur, puis le généraliser, ou au contraire démarrer par une classe d’âge et les laisser avancer dans leur scolarité ;
  • Comment préparer les enseignants pour qu’ils puissent tirer parti d’une telle opportunité ? Sachant que le volontariat s’applique aussi aux enseignants, qui ont toute liberté pédagogique pour proposer des activités s’appuyant sur cette opportunité, ou pour proposer d’autres activités ne nécessitant pas l’utilisation d’équipements numériques ;
  • Comment aider ceux qui pourraient avoir des difficultés financières ? Par prêt d’un équipement ? Par une aide financière ? En tout cas, cela ne reviendrait pas plus cher que les politiques actuelles ?
  • Dernier point, quel type d’équipement quels usages pourraient faire l’objet d’une telle démarche ?

Notons en passant que les enseignants eux mêmes se sont équipés, sans aide de l’état, que l’on considère normal qu’ils accèdent à l’outil informatique chez eux (en témoigne les courriels officiels qui leurs sont adressés). Mais, il ne semble pas qu’il soit dans les mœurs qu’ils puissent amener leurs équipements, avec leurs configurations à l’école. Et pourtant je me sentirai mal à l’aise si je ne pouvais faire cela dans mon école d’ingénieurs.

Comment pourrait-on appeler cette démarche ? Aux États-Unis, cela s’appelle BYOD pour Bring your Own Device. Vous pouvez lire l’article de Jacques Cool pour en comprendre le jeu de mot.

Un court échange sur twitter nous permet de proposer AVAN : Apportez Votre Appareil Numérique. Formulation positive, qui ne préjuge pas de la nature de l’équipement.

Et chiche si on faisait confiance à nos jeunes, et qu’on allait de l’AVAN ?

crédit photo : Connected, Connected  Korea par zachbardon – licence CC-by-nc

Le mobile à l’école : le couteau suisse de l’étudiant ?

Le téléphone mobile, qui maintenant est souvent un smartphone, est souvent interdit à l’école. C’est dommage :

  • Un mobile est une calculatrice. Veut-on interdire les calculatrices à l’école ?
  • Un mobile est un dictionnaire de poche. Les dictionnaires sont-ils des livres interdits ?
  • Un mobile est un traducteur. Il me semblait pourtant qu’un dictionnaire de langue faisait partie des fournitures souhaitables pour les élèves.
  • Un mobile permet de prendre des photos, ou des films. N’est ce pas intéressant de conserver une trace d’un objet qui nous a interpellé (le résultat d’un cours d’arts plastiques par exemple).
  • Une classe équipée de mobiles peut proposer des synthèses ou faire des votes, répondre à des QCMs, bref peut augmenter les interactions.

Pour ceux qui pensent que des usages de ces outils peuvent faire sens, voici le lien d’un dossier venu de suisse qui pourrait bien leur permettre de reconsidérer cette interdiction : Des téléphones mobiles à l’école ? (découvert via NetPublic).

D’autant qu’aujourd’hui dès le lycée, il est clair que ces téléphones sont bien les équipements les plus diffusés, bien avant les ordinateurs. C’est un équpement qu’ils utiliseront quoiqu’il arrive. Et ils remplissent maintenant nombre de fonctions autrefois dédiées aux ordinateurs, Et permettent bien plus.

 

Crédit photographique : « Kid’s Swiss Army Knife » par CitySkylineSouvenir licence CC-by-nd-2.0

%d blogueurs aiment cette page :