Retour au port d’attache pour QPES en 2019

28036406630_3b73beae32_k_d

La neuvième édition du colloque de pédagogie « Questions de pédagogie dans l’enseignement supérieur » vient de se terminer à Grenoble dont la thématique « Relever les défis de l’altérité dans l’enseignement supérieur » a suscité des échanges, des retours d’expérience, des propositions particulièrement riches. Au fil des éditions, ce colloque s’avère être un événement incontournable pour les acteurs de l’innovation pédagogique dans l’enseignement supérieur.

Ce colloque a démarré en 2001 à Brest autour d’une équipe locale. Depuis, il se déroule tous les 2 ans et alterne entre Brest et différents lieux particulièrement actifs en pédagogie.

Pour la Xème édition, et ses 18 ans, nous sommes particulièrement heureux d’accueillir à nouveau QPES à Brest en 2019. IMT Atlantique (ex Télécom Bretagne), ENSTA Bretagne (ex ENSIETA) et l’UBO, en tant qu’établissements pivots, apportent déjà leur soutien à cette manifestation. D’autres établissements brestois devraient les rejoindre. L’équipe d’organisation qui est en train de se constituer (bienvenue si vous êtes intéressés) est en plein brainstorming et l’accueil qui sera fait aux conférenciers risque bien d’être à nouveau mémorable 🙂 et en musique.

D’un point de vue scientifique, nous nous sommes promis de travailler dur sur la valorisation et la diffusion des nombreuses contributions qui ont été et qui seront encore faites pour ce colloque (il y en a déjà approximativement 1000). On en reparlera !

Rendez-vous donc en juin 2019 pour un bel événement de la pédagogie universitaire. On compte sur vous.

Crédits photos :

Heure bleue par Yann Caradec licence CC-by-sa

l’accueil du Bagad par Étienne Valois – licence CC-by-nc-nd

Brest 2016 – Bark Europa par Claude Dopagne – licence CC-by-nc-nd

Edumix, les écoles d’ingénieurs s’y mettent

Après le premier Edumix dans un collège à Vénissieux, l’équipe qui développe ce concept passe à l’enseignement supérieur en proposant une session dans une école d’ingénieurs, Télécom Saint Étienne du 11 au 13 octobre.

Pour reprendre le texte sous la vidéo présentant le bilan du premier Edumix, c’est :

Un évènement créatif et participatif pour réinventer lieux et pratiques d’enseignement. Edumix réunit des créatifs, pédagogues, artistes, chercheurs, développeurs, élèves… pour un sprint créatif dans un lieu d’enseignement. Un moment privilégié où tout devient possible, où l’on peut s’autoriser à sortir du cadre, créer des expériences inspirantes et explorer des modes d’action nouveaux.

Dit autrement, c’est l’idée de remixer l’éducation. Bien sûr, il y a d’autres initiatives, comme le hack’apprendre organisée par le learning lab de Louvain la Neuve en 2015 pour imaginer l’unversité en 2035, qui donne la parole aux étudiants, mais il y a un coté design et maker sympathique dans Edumix, sans compter le fait que l’équip est dynamique, et expérimentée pour mener ce genre de défis.

Alors, inscrivez-vous, et on en reparle.

telecom-st-etienne-carnot

Crédit photo : Télécom Saint Étienne sur Wikipedia licence CC-by-sa

Les humanités numériques, cheval de troie pour revisiter la littératie numérique

Les humanités numériques correspondent à une interrogation des domaines de recherche des sciences humaines et sociales sur l’impact du numérique sur leurs métiers. Démarche réflexive, ce questionnement les a amené à réfléchir aux renouvellement des processus de construction et de diffusion des savoirs.

Cette réflexion ancre les différents éléments de la littératie numérique dans les métiers des « humanités ». On y retrouve globalement les éléments de processus de construction de savoirs prônés autour du web, avec néanmoins des spécificités complémentaires intéressantes. Cette démarche épistémologique émanant des chercheurs en humanités eux-mêmes, elle ne peut être taxée de démarche de geeks ou autres technophiles. Elle acquiert ainsi une légitimité qui doit rendre acceptable ces nouvelles compétences et autres méthodes à un public plus large que celui qui est habituellement sensible à l’importance de la littératie numérique. D’un point de vue sociologique, certains y voient un tournant.

Depuis quelques mois, un collectif se crée autour des humanités numérique et de l’éducation. Cette conjonction comporte plusieurs éléments intéressants :

  1. d’abord cela devrait renforcer la réflexion sur l’acquisition de compétences liées au numérique ;
  2. ensuite, de par ses origines, elle permet de promouvoir une démarche d’acquisition de connaissances par la recherche, ce qui est un mode pédagogique pertinent et tirant parti du numérique ;
  3. les pratiques d’analyses critiques et réflexives font également partie intégrante de la démarche ;
  4. les valeurs d’ouverture, de diffusion, de partage, de libre accès se dégagent naturellement d’une telle démarche
  5. la construction se fait dans un espace d’échange interdisciplinaire. Les débats semblent particulièrement riches. De plus un tel processus a également l’intérêt de ne pas produire un cadre prescriptif et définitif comme on peut l’avoir vu dans le passé.

La définition définitive de compétences semble en effet particulièrement difficile dans un contexte technique qui est et restera mouvant. Comme le rappelle Denys Lamontagne, les valeurs d’entraide et de collaboration sont fondamentales.

Pour l’enseignant informaticien que je suis, un des nœuds à résoudre est d’identifier les notions nécessaires à ces nouvelles pratiques issues de mon domaine. Deux supports de cours sont source d’inspiration. L’un cité dans la bibliothèque des humanités numériques de Elie Allouche nous vient de l’UCLA, le cours DH101. L’autre nous vient de l’ULB de Bruxelles.

On y trouve principalement des sujets techniques (numérisation, structuration et bases de données, analyse et visualisation de données ou de réseaux, analyse de textes, espaces virtuels, …) avec un déroulé issu de la démarche scientifique. On y perd sans doute les éléments de cette démarche inductive chère aux humanités numériques (et donc le développement de compétences de type littératie numérique) mais on y trouve en tout cas un corpus technique clair. Reste à y appliquer une méthode pédagogique plus ouverte, peut être sur un mode connectiviste comme ITyPA en son temps.

Remarquons à l’étude de ce corpus que l’on va au delà de la gestion de médias et de techniques de base au sens classique. Les enseignants et chercheurs en EMI (Éducation au Médias et l’Information) ont un temps considéré que la littératie numérique pouvait se ramener à leurs problématiques, en considérant le Web comme un média comme un autre. Le numérique va au delà, l’interrogation des Humanités Numérique permet d’élargir le débat par son approche pluridisciplinaire.

Dans le cadre des humanités numériques, émergent la nature des sources sur lesquelles on fait des recherche, l’analyse et la visualisation de données numériques, l’analyse linguistique, … bref des dimensions plus techniques de construction de connaissances. Si certains aspects peuvent sembler affaire de spécialiste, il y a tout de même une dimension citoyenne Par exemple, dans un monde de données largement disponibles et ouvertes, la capacité d’interprétation, ou au moins de compréhension de ces interprétations devrait faire partie du bagage citoyen. Le développement du data-journalisme en est un autre signal.

Si les Humanités Numériques sont bien un vecteur d’appropriation des processus de construction de connaissance tirant parti du numérique et donc un vecteur de développement de la littératie numérique, elles réinterrogent également le périmètre de cette littératie numérique. Et c’est une bonne nouvelle, tant ce périmètre est et restera mouvant.

17375074978_653052b8b6_z

Crédit photo : Digital Humanities par Brian Solls – licence CC-by

 

Sur des nouveaux outils pour enseigner le langage C en ligne

L’équipe des MOOC sur le langage C (MOOC le plus innovant de l’année) nous a invité à découvrir les outils qu’elle a développés pour améliorer l’apprentissage du langage C. Le principe de base est que beaucoup de choses peuvent s’exécuter depuis ou mieux dans le navigateur, en tout cas tout ce qui est nécessaire pour apprendre, pour rendre la prise en main la plus simple possible pour l’apprenant.

Trois outils complémentaires, élégants et originaux ont été intégrés, tous basés sur du logiciel libre :

  • codecast, qui permet d’enregistrer la voix et l’éditeur du prof, mais en redonnant la main à l’apprenant directement sur le code quand il le désire. C’est un vrai plus par rapport aux screencasts classiques, puisqu’il est possible de pousser le professeur et de faire à sa place. J’adore ;
  • taskgrader, qui permet d’éditer, compiler et valider du code, et donc d’évaluer l’apprenant. Cet outil permet donc à l’étudiant de faire du code et d’avoir un retour sur son code. Là encore, on donne la main à l’étudiant. C’est une technologie que l’on a déjà vu dans d’autres MOOC ou formations en ligne (codecademy, khan academy, mais donc aussi France IOI…), mais ici le compilateur C est intégré ce qui est original. Le choix est également de montrer la différence par rapport à ce qui est attendu plutôt que de laisser un environnement d’affichage libre ;
  • weblinux, permet d’avoir un environnement linux directement dans son navigateur, qui permet de développer du code C et de le tester sur un véritable système d’exploitation.

Bref, il est donc possible d’embarquer dans un navigateur un environnement de développement avec son compilateur (codecast) et sa machine cible d’exécution (weblinux), ce qui rend l’apprentissage plus simple, hors de toute contrainte liée à l’ordinateur sur lequel on apprend.

On doit ces développements à Rémi Sharrock et à l’association France IOI qui promeut l’apprentissage du code et de l’algorithmique, avec Mathias Hiron notamment.

D’un point de vue plus technique, cela a été pour moi une bonne mise à niveau. Un navigateur est bien devenu un système à part entière dans lequel il est possible de faire exécuter ce que l’on veut : un compilateur, un système d’exploitation (tournant lui même sur un émulateur de processeur OpenRisc, c’est le projet libre jor1k) comprenant les outils linux qu’on voudra y adjoindre. Les outils d’évaluation de code sont par contre plus classiquement déportés sur des serveurs cloud, mais là aussi le projet taskgrader est accessible et open source. Par contre, ce code est prévu pour tourner sur des services clouds spécifiques. Il est intégré dans les MOOC via l’interface classique LTI, classique dans ce contexte.

Le couplage d’un outil interactif et d’un enregistreur ne semble pas être très difficile à développer, mais l’idée est très séduisante pour renforcer la capacité d’interagir de l’apprenant. Nos présentateurs ne se sont pas étendus sur la chose.

Après cela vous serez prêts à utiliser un environnement intégré dans votre navigateur comme cloud9, sur lequel les outils ci-dessus se sont inspirés en intégrant des fonctionnalités pour accompagner l’apprenant. Mais si vous êtes débutant en programmation, n’hésitez pas à utiliser ces outils en vous inscrivant sur le MOOC « ABC d langage C »,  les enseignants sont des super développeurs et des super pédagogues.

abc-du-langage-c-1030x625_q85_crop-smart_upscale

 

Quoi de neuf autour de penser l’école de demain ?

Le constat est largement partagé, l’éducation doit évoluer. Et si beaucoup de rapports ont été déjà produits, la dynamique de réflexion se poursuit. Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est de voir à quel point les approches sont finalement typées. Cela correspond à des courants de pensée. Voyons quelques courants

Les collaboratifs. La Fing a produit le rapport final du projet FuturEduc, information relayé par Thot cette semaine. On y trouve une vision ambitieuse qui intègre le numérique comme base d’ouverture, de collaboration respectant et renforçant les parcours individuels. 9 actions sont proposées pour faire évoluer l’école. Parmi ces actions, certaines sont dans le prolongement de de choses qui se mettent en place (je pense à la place des projets, à l’idée d’aller plus loin dans la construction collaboratives de ressources éducatives numériques). Plus intéressant à mon sens sont les propositions qui visent à articuler distance et présences : pouvoir suivre un cours à distance dans le cadre de sa scolarité, proposer d’apprendre dans d’autres lieux. Pour le cours à distance, c’est quelque chose que nous proposons de manière encore timide chez nous, mais qui fait sens. Concernant l’école à distance, j’avais parlé dans ce blog de l’idée d’animer des cercles d’apprentissage, c’est une expérimentation qui mériterait d’être conduite. Dernier point important dans ce dossier, la place des données. La « compétence données » devient une des compétences clés de ce début du XXIème siècle.

Les EdTech. J’ai reçu par courrier au mois de janvier le livre de François-Xavier et Cécile Hussher : Construire le modèle éducatif du 21e siècle. Les promesses de la digitalisation et les nouveaux modes d’apprentissage. Curieusement si les auteurs ont fondé le livre scolaire cité dan le rapport précédent, ils s’intéressent plus particulièrement aux questions d’aménagement technique dans leurs propositions. Si le livre repasse bien les différentes tendances récentes tant en termes pédagogiques, que cognitif, ou de développement numérique en émergence, la préoccupation principale de ce livre est bien la question du financement de l’éducation et du numérique. Les propositions vont donc principalement vers des préconisations de reconnaissance de la place du numérique, de développement d’infrastructure, et de la place des edTech. La raison en est sans doute que le discours du principal opérateur d’éducation en France, l’état, a un comportement pour le moins schizophrène sur ce sujet. Notons dans ce livre un chapitre assez original autour de la prise en charge des troubles d’apprentissage, les « dys ». Cette question mériterait effectivement d’être mieux prise en compte.

Autre approche type edTech vue dans Medium : encourager les enseignants à être innovants, en développant des lieux d’apprentissage et surtout en les mettant en lien avec les entrepreneurs des edTech. La question est ici aussi l’écosystème à développer. Là aussi, un discours gouvernemental clair permettrait à chacun de se positionner. Un débat reste à proposer, qui n’oublie pas les dimensions d’ouverture et permette l’émergence d’alternatives libres.

Les Makers. Penser, c’est bien, faire c’est mieux. Si une vision est nécessaire, le passage au concret reste indispensable pour avancer. Le premier Edumix s’est tenu début février à Vénissieux. Bruno Devauchelle en a fait un intéressant compte rendu dans le café. Là aussi, on est dans l’ouverture des possibles, mais sur le terrain.

Le débat public. Le ministère a missionné François Taddéi a animer un débat autour de Apprendre Demain. La question est ici de penser comment mettre en place le système qui puisse faire évoluer nos manières d’apprendre. Chacun peut contribuer.

Les chercheurs. En parallèle, la communauté des chercheurs travaille à identifier des axes porteurs sur ces questions d’éducation. La démarche est moins visible mais bien réelle. La question que certains d’entre eux se posent, c’est l’articulation avec le point précédent.

La synthèse me semble encore à écrire. Elle sera collective et devra répondre à un certain nombre de points clés, notamment ceux que nous avions identifié l’été dernier. Et comme dans tout écosystème, elle sera multiple.

future-175620_1280

Crédit photo : https://pixabay.com/fr/avenir-oeil-oeil-de-robot-machine-175620/ par thehorriblejoke, licence CC0

Museomix à Brest ? discutons-en

Museomix, c’est une communauté ouverte qui revisite et expérimente sur et dans  les musées.

La vision originelle qui porte Museomix :

  • Un musée ouvert où chacun trouve sa place,
  • Un musée labo vivant qui évolue avec ses utilisateurs,
  • Un musée en réseau auprès de ses communautés.
Dans le cadre du master « Histoire des sciences et des techniques, humanités numériques et médiations culturelles« , le Centre François Viète organise une présentation de Museomix  par Mme Claire Jouanneault dans l’optique d’examiner de manière concrète l’organisation d’une opération de ce type concernant l’histoire et le patrimoine maritime brestois.

Cette présentation aura lieu à la faculté Victor Segalen, 20 rue Dusquesne,  en salle B126 de 9h à 12h le vendredi 9 décembre 2016 . Elle est ouverte à tous et notamment aux chercheurs, doctorants, étudiants et bien sûr tous professionnels intéressés par de nouveaux modes de valorisation du patrimoine.

Une séance de travail complémentaire aura lieu l’après-midi pour celles et ceux qui souhaiteraient s’impliquer dans la préparation d’une forme adaptée à Brest et inspirée du modèle de Museomix.

Merci de prendre contact, éventuellement par un commentaire ci-dessous si vous êtes intéressés.
2663509304_ac323993c3_b_d
Crédit photo : le Muséolab du Centre Erasme par dalbera licence CC-by
Publié dans Prospectif. Étiquettes : , , , . 1 Comment »

ReMixer l’éducation ? C’est EduMix !

Et si on réinventait l’éducation ?

L’idée du remix, c’est de réunir des participants divers pour revisiter un lieu, avec ses pratiques pour proposer des idées nouvelles, des réalisations, qui rendent concrètent la vision, les rêves des participants. Et si on inventait l’école idéale ?

L’idée du remix a déjà été appliquée dans différents contextes. Des exemples ?

Biblio Remix est un dispositif  d’expérimentation, d’invention et de création participatives, autour des services en bibliothèque. L’idée est de réunir des participants aux compétences diverses (bibliothécaires, lecteurs, bidouilleurs, designers, architectes, usagers ou non des bibliothèques…), et de leur proposer d’esquisser leur vision de la bibliothèque idéale, à travers des questions, des problèmes concrets et des projets à réaliser. Le passage dans mon école a permis d’enclencher une transformation complète de notre espace de documentation en un lieu beaucoup plus accueillant. Biblio Remix dans la tradition des événements ouverts publie d’ailleurs sa recette, et ses résultats.

Museomix cherche à remix les musée. Toute une série d’événements accueillie dans des musées a permis d’imaginer de nouvelles expériences de visite.

L’idée de remixer l’école a été évoquée lors du dernier forum des usages coopératifs. J’ai découvert hier qu’il y avait un collectif, réuni autour de Erasme qui a initié Museomix et du Learning Lab Network, qui était en train de travailler sur le concept. Ce projet s’appelle naturellement Edumix !

Il semblerait que ce soit pour l’année prochaine, patience ! En attendant, vous pouvez venir échanger le temps d’une journée le 26 novembre, autour de la question « Quelles transitions dans l’éducation pour faire société ? » à Brest, Montpellier, Strasbourg ou ailleurs.

Mise à jour : ça y est, le premier  sera du 10 au 12 février 2017 à coté de Lyon. Vous pouvez candidater jusqu’au 16 décembre.

lab22

Crédit photo : Labyrinthèque du site de BiblioRemix

%d blogueurs aiment cette page :