Repenser la pédagogie – explorer le potentiel de la technologie numérique pour une éducation de qualité

Lecture. Le Mahatma Gandhi Institute of Education for Peace and Sustainable Development (MGIEP) nous nous propose sous le label de l’Unesco un foisonnant rapport sur le numérique et la pédagogie (Rethinking pedagogy – exploring the potential of digital technology in achieving quality education) dans le cadre de l’objectif 4.7 de développement durable, à savoir une éducation visant la paix, le développement durable et une citoyenneté globale. Je fais ici une synthèse, compacte. Chaque point mériterait un développement, ce qui est fait dans le rapport avec exemples et références, mais qui dépassent le cadre de ce résumé. De mon point de vue, au moins deux axes de lectures en sont possibles, ce qui est en ligne avec les approches de recherche sur les Environnements d’apprentissage (EIAH).

La première lecture est de considérer les conditions pour la mise en place d’une telle éducation. Tout d’abord, les auteurs rappellent la place centrale des manuels dans l’éducation, en tant qu’éléments structurants des connaissances et les évolutions de ceux-ci rendus possibles par le développement du numérique, à savoir notamment les possibilités de remixage qui permettent leur évolution, leur adaptation au contexte local et le développement d’une culture de la participation. Les auteurs se positionnent ensuite sur le débat entre pédagogie et technologie, ils insistent sur le fait que c’est la pédagogie qui doit guider les choix technologiques et non le contraire. Dans le cadre d’objectifs d’apprentissage et de vivre ensemble, la dimension sociale de l’apprentissage, de participation et de collaboration, est ici mise en avant. Le troisième message clé est l’évolution de la place de l’enseignant. Son rôle est souvent éludé lorsque l’on parle de numérique. Il est ici remis au centre, à la fois pour le bon fonctionnement de la classe et de sa pédagogie, mais aussi comme contributeur de l’évolution des ressources pédagogiques dans une logique de communauté de pratique entre enseignants.

Les recommandations du rapport concernant l’enseignant visent à faire reconnaître le caractère collectif du travail de l’enseignant dans ce cadre d’évolution des pratiques. Elles mettent en avant le besoin d’appropriation par l’enseignant des nouvelles ressources et des nouvelles pratiques pour une meilleure efficacité, donc une meilleure réussite des apprentissages. Son rôle intègre donc des aspects de conception, d’animation, de retours vers les élèves, d’analyse réflexive (avec une dimension d’utilisation des outils d’analyse de données et des tableaux de bord associés). Il est membre de groupes locaux, de communautés plus larges, et animateur du groupe élèves. Il est ainsi le garant du déploiement pertinent des technologies numériques dans une perspective de développement durable.

Les technologies numériques ne s’imposent donc pas d’elles-mêmes mais de nombreuses conditions sont ainsi évoquées tout au long de ce rapport. Et c’est un deuxième axe de lecture, à savoir la caractérisation de ce que le numérique doit offrir pour permettre le développement de pédagogies en phase avec les objectifs de développement durable. Comme premier point pour poursuivre sur la place de l’enseignant, notons la nécessité de développer une « science de l’implémentation » qui doit permettre de faire le lien entre résultats de recherche et pratique effective, sur le modèle de ce qui se fait en médecine (p. 62).

8A Affordances ModelComme second point, l’idée que les technologies numériques doivent pouvoir être adaptées au contexte local de ses usages, complétées pour intégrer l’abondance des ressources existantes, et permettre la participation des enseignants et des apprenants. Il s’agit de réconcilier contenu et pédagogie d’une part, acquisition et participation d’autre part. Les auteurs nous proposent un cadre des 8 A (pour Affordance) pour considérer les potentialités des ressources et technologies numériques : apprentissage ubiquitaire, construction active des connaissances, multi-modalité, feedback régulier, intelligence collaborative, apprentissage différencié, métacognition, accessibilité. L’analyse du numérique selon son cadre doit permettre d’identifier les potentialités des ressources numériques mises à disposition des enseignants et des apprenants.

Troisième point, les compétences à développer sont celles d’une culture de la participation, tant pour les apprenants que pour les enseignants (le modèle TPACK est repris ici pour les enseignants).

Par ailleurs, les points de l’équité et de l’inclusion sont régulièrement évoqués au long de ce rapport, tant pour les questions de langues, de diversité culturelles et sociales, en intégrant la notion de fracture numérique (digital divide). La richesse de la gestion de la connaissance en tant que communs est ainsi soulignée (pour voir ce qu’il est possible de faire en utilisant ce cadre, n’hésitez pas à lire l’excellent livre « À l’école du partage : les communs dans l’enseignement » d’Hélène Mulot et de Marion Carbillet). L’expérimentation décrite dans l’encart 4-5 p. 74 démontre qu’un accompagnement simple d’apprenants de pays en développement en les invitant à exprimer leurs attentes peut améliorer leur sentiment d’appartenance et ainsi leur persistance dans des dispositifs tels que des MOOC.

Ce rapport apporte donc une compilation de constats, d’analyses et de recommandations qui visent l’accompagnement de systèmes éducatifs permettant d’atteindre les objectifs de développement durables de l’Unesco, mais aussi de donner une direction au développement de supports numériques permettant de soutenir ce mouvement éducatif, et d’encourager un développement professionnel élargi des enseignants.

Compléments :

  1. Dans le rapport, l’étude de l’influence du système éducatif en place dans un pays influence le développement des ressources et des opportunités proposées aux enseignants. Un message clé est que ces systèmes doivent prendre en considération les éléments précisés dans cette synthèse
  2. le laboratoire EDA de Paris Descartes, qui a participé à l’écriture de ce rapport a mis en ligne une page de références utiles en français sur les manuels et les collectifs associés.

Crédit images : celles-ci sont extraites du rapport publié selon la licence CC-by-nc-sa

FormIdex : innovation pédagogique et numérique

Du 5 au 7 novembre 2019, l’Idex de Grenoble organisait ses journées autour de la transformation pédagogique. Avec Eric Uyttebrouck, nous nous sommes vus proposer de faire une présentation sur la pédagogie et le numérique. Nous nous sommes attachés à rappeler l’importance du numérique dans l’innovation pédagogique, mais aussi à démontrer l’importance de la diffusion des résultats et d’encourager la collaboration pour permettre la pérennité de ces innovations. Mais au-delà de cette présentation, nous avons été impressionnés par la richesse des réalisations proposées dans le cadre de cet Idex, et par la maturité de certaines propositions. Un simple chiffre permet de prendre conscience de l’étendue de la transformation en cours : 32 % des enseignants chercheurs de Grenoble ont été impliqués dans un projet d’innovation pédagogique en 2019.

Pédagogie, numérique et innovation

Telle était donc la commande qui nous avait été proposée, avec la contrainte de mener une conférence à deux, alors qu’Eric et moi n’avions jamais travaillé ensemble auparavant. Le rapprochement s’est effectivement avéré fructueux. Nous avons donc proposé une présentation en trois temps. La première faisait un rapide état des lieux de ce qui se fait à Grenoble et démontre que la moitié des projets se réclamait explicitement de la pédagogie numérique. La deuxième partie visait à montrer que l’articulation du numérique et de la pédagogie se font selon 3 axes : (i) le numérique comme outil et moyen de renforcement de la pédagogie, (ii) le numérique comme objet d’étude, au-delà des disciplines scientifiques et techniques (iii) le numérique comme soutien à la recherche, au travers des learning analytics. La troisième partie posait la question de la réussite d’un projet au prisme de la pérennisation et de la diffusion. Coopération, partage et ouverture faisaient le lien entre ces parties à la fois comme dimensions du numérique et comme vecteurs de réussite.

Mais au-delà de ce qui a motivé mon voyage, je voudrai partager ici ce que j’ai découvert en allant à Grenoble

Des Idex pour révolutionner les universités

Ces trois journées se sont ouvertes sur une série de présentations autour de l’impact des Idex dans 4 universités françaises. En introduction Jean-Claude Ruano-Borbalan, historien au CNAM nous a fait une fort intéressante présentation tendant à démontrer l’impact de la révolution autour de la société de la connaissance sur l’université. Cet impact s’analyse sur plusieurs dimensions : (i) la place des lieux dédiés (l’université) à la production des connaissances dans une société qui parie sur la production des connaissances de manière globale, (ii) la gestion de la standardisation (au travers de la comparaison par des critères qui se retrouvent notamment dans les classements), (iii) l’utilitarisation des connaissances et la professionnalisation des formations, (iv) le positionnement des universités à la fois d’un point de vue international et dans leur écosystème local, (v) les multiples pressions endogènes et exogènes qui s’appliquent sur les établissements. Un discours souvent foisonnant, mais néanmoins très intéressant. Je retiens qu’il nous conseille la lecture d’un rapport Study on innovation in higher education: final report (mais que je n’ai pas encore feuilleté).

Suite à cette introduction, des représentants de Grenoble, Strasbourg, Paris-Saclay et Sorbonne Université nous ont présenté leur Idex. Je retiens simplement qu’au delà des similarités liées à ce qu’est un Idex, la culture de chacune de ces universités apparaissaient clairement dans les présentations.

La pédagogie active reste un sujet d’actualité.

Si il peut sembler dans les milieux dédiés à l’innovation pédagogique que certains sujets sont connus de tous depuis longtemps, la question de la pédagogie active reste toujours présente dans les discours. Critère possible dans les appels à projets, certes. Mais surtout sujet de la conférence de clôture de ces journées menée de manière magistrale par Christelle Lison. Figure incontournable de ce sujet, comme des approches par compétences, Christelle a clairement le talent pour présenter ces sujets et une influence importante dans le domaine.

Une multitude de projets intéressants

Près de 150 projets déposés en 3 ans, avec une grande diversité tant sur les budgets que sur la nature du projet : aménagement de salles, renouvellement de matériel de TP, développement de ressources, de portails numériques, nouvelles maquettes pédagogiques, plate-formes numérique d’enseignement, ouverture vers d’autres publics, et j’en oublie. Il y en a pour tous les besoins, et c’est également une des grandes richesses de de programme. Si de nombreux temps de rencontres et de visites étaient prévus durant ces trois jours, il n’en reste pas moins qu’il est difficile d’avoir une vision globale sur tout ce qui se passe à Grenoble. Je retiendrai ici, de manière tout à fait partiale, quelques rencontres qui m’ont plus particulièrement interpellé :

  • Sur la pédagogie par projets, les projets « Pairs » mis en place à Phelma en filière de physique impressionnent par leur ambition. Les élèves de M1 réalisent un projet technique pour développer leur compétences. Jusque là, rien d’original. Par contre, ils doivent candidater, avec lettre de motivation en anglais pour intégrer un projet. Et ce sont les élèves de M2 qui sont en position de manager de ce projets qui vont recruter, accompagner et manager ces projets. Il semble bien qu’un vrai travail entre pairs d’années différentes soit mis en place pour réaliser les projets. Pour une première expérimentation de pédagogie par projets, nos collègues de Phelma ont réalisé une belle maquette pédagogique.
  • Sur l’ouverture citoyenne, deux beaux projets semblent tous les deux butter sur la question de la prise en charge dans l’université des actions vers les publics locaux. D’un coté un projet vise à soutenir les collèges et lycée de la région pour s’impliquer dans des concours de robotique, connus pour développer l’envie de faire des études scientifiques. De l’autre « CitizenCampus » vise à développer l’esprit critique des étudiants et l’intelligence collective en ayant comme objectif de débattre et d’organiser des débats publics sur les questions autour de la science et société. Si la faisabilité de telles initiatives relève bien d’un projet d’innovation pédagogique, leur pérennisation pose la question de l’institutionnalisation, soit en soutenant les enseignants en charge, soit plus probablement en développant un service dédié au soutien de ce type d’initiative.
  • Sur la formation au code et aux données, des séminaires et des groupes sont mis en place pour apprendre et échanger sur Grenoble. Par ailleurs un projet Data Challenge fait la promotion de la plateforme Codalab qui permet d’organiser des compétitions qui peuvent servir de base à la formation.
  • Sur la formation des doctorants. Un groupe d’informaticiens a fait un travail de fond sur la science reproductible, et propose notamment un MOOC sur le sujet, mettant en avant l’importance de maîtriser les outils de gestion, de calcul et de développement correspondants. Notons que cette exigence de recherche reproductible prend tout son sens dans une démarche d’open science.

Parmi ces projets, deux plateformes semblent plus particulièrement abouties

  • LabNBook met à disposition des étudiants et élèves des cahiers de laboratoire. Le cahier de laboratoire est en effet l’objet central pour les sciences expérimentales, et cet outil permet donc des privilégier une approche d’investigation. Conçu pour des activités de laboratoire, les étudiants/élèves ont à leur disposition des outils pour définir leur protocole expérimental, collecter et mettre en forme leurs données expérimentales, noter et partager leurs observations, et finalement les rendre disponibles à leur enseignant.e. De leur coté, les enseignant.e.s peuvent mettre à disposition les informations qu’ils estiment utiles, annoter les cahiers qui leur ont été remis. Un nouveau projet « Apaches 2 » doit permettre d’aller plus loin dans les fonctionnalités de la plate forme en renforçant ses capacités collaboratives, au travers d’une boîte à outils basé sur les approches agiles.
    Caseine est une plateforme dérivée de Moodle qui permet de proposer des évaluations automatiques d’exercices de code informatique, ou de recherche opérationnelle notamment. Techniquement, la définition de nouveaux exercices est basée sur la définition d’un énoncé, et de scripts de tests qui permettront d’analyser la réponse (j’ai cru comprendre que cette partie était basée sur un outil existant appelé VPL). Par contre pour réutiliser un exercice existant, il suffit de l’intégrer dans son espace de cours. Cela intéresse les enseignants de lycée qui peuvent ainsi choisir et mettre à disposition de leurs élèves des cours leur permettant d’apprendre à programmer. Notons que pour les étudiants plus avancés, un plugin dans Eclipse (un environnement de développement professionnel) est disponible et permet donc de développer et de tester des exercices dans un environnement avancé.
    Par ailleurs, des fonctionnalités de ludification sont proposées pour permettre aux étudiants à la fois de se donner des objectifs, et pour faire des retours facilement sur la difficulté ressentie des exercices. Dans ce cadre, ceux-ci sont d’ailleurs classés selon des niveaux de difficulté : piste verte, bleue ou rouge. Classement que nous cherchons également à mettre en œuvre dans mon établissement, pour permettre aux étudiants de se positionner.
    Pour finir, il est facile de s’inscrire sur le site pour essayer, notamment si vous aves un compte universitaire.

Dans les deux cas, ces plate-formes proposent des supports pour des pédagogies actives pertinentes dans les disciplines visées. Elle évoluent rapidement, et ont chacune agrégé une communauté d’enseignants motivés. Cette communauté permet notamment le partage de bases d’exercices, ce qui est une vraie valeur ajoutée, mais se posera sans doute rapidement la question de comment faire vivre une telle base d’exercices. Par ailleurs, de nombreuses fonctionnalités restent à être identifiées, développées, testées.

En discutant avec ces porteurs de projets, nous avons constaté une vraie envie de partager et de coopérer avec d’autres personnes. Il reste souvent à trouver les modalités qui permettront de mettre en place des collaborations fructueuses, à Grenoble et au-delà.EEv9NdnXoAAcbJX

Ludovia pour faire bouger l’éducation

Ludovia, un temps de rencontre pour le numérique à l’école. Si vous ne connaissez pas, je vous laisse lire le billet de Bruno Devauchelle, qui donne une bonne idée de l’ambiance et l’organisation, et de la diversité des activités, qui donne sa richesse à l’événement. Bruno a d’ailleurs fait un travail d’animation remarquable pour le débat d’ouverture « numérique et éducation, entre consommation et création, articulée autour de la traduction de la Khan Academy en français (Jean François Cerisier, participant à cette table ronde nous fait d’ailleurs un retour sur son point de vue), la présence de Dominique Cardon a permis de faire la part belle à la dimension de production et de coopération . Pour ce qui s’est dit dans les différentes tables rondes, mes amis blogueurs ont fait un superbe travail de prise de notes que vous pouver retrouver sur le site.

Le rôle de blogueur à Ludovia est d’ailleurs particulier et passionnant. Nous sommes plusieurs, du primaire à l’université, à être invités pour mixer des rôles d’animateur, de contradicteur, de relais vers les réseaux sociaux, et de synthèse ! Pour ma troisième participation à cette manifestation, je me suis attelé plus particulièrement aux tables rondes en assurant l’animation de deux d’entre elles (Apprentissages sur une planète 3.0, comment peut-on intégrer la culture numérique et éviter la fracture numérique ? Et Mobilité et ENT « Apprentissages et supports mobiles individuels : quelle place pour l’ENT ? » ) et en participant à une troisième (MOOCs, LMS et média d’apprentissage, entre consommation et création ?).

Le thème cette année était la culture numérique. J’en ai d’ailleurs demandé une définition aux intervenants de la première table ronde que j’ai animée. En synthèse, c’est l’ensemble de savoirs et savoirs faire nécessaires nécessaire pour vivre dans une société numérique. Cela se rapproche de ce que disait Jean-Louis Durpaire lors du colloque EcriTech’5 qui a eu lieu en avril :

« Vivre le numérique à l’Ecole, c’est traiter la question de l’éducation tout court (au lire, écrire, compter, créer…) qui désormais se pose à l’intérieur d’une société du  numérique, celle que les élèves habitent. On y retrouve d’ailleurs les mêmes questionnements dans les deux événements. »

Une telle manifestation permet de prendre le pouls du système éducatif, et de faire se croiser Ministère de l’éducation nationale, établissements, inspecteurs, enseignants, périscolaire, collectivités territoriales, universitaires, débutants et experts du numérique. J’y ai noté cette année une évolution des mentalités – on parle de mutualisation, une peu plus difficilement de coopération entre enseignants. Mais toujours sous contrôle, l’horizontalité et l’ouverture si elle souhaitable pour la coopération et demandée par beaucoup, n’est pas encore admise par les inspecteurs ou le ministère.

Au niveau des ENT, le discours évolue puisque l’on parle maintenant d’outil pour la communauté d’un établissement. Coté mobilité, cela évolue également. Les retours d’expérience démontrent l’intérêt d’utiliser des équipements comme des tablettes (et autres) pour apprendre dans et hors la classe. De manière intéressante, les utilisateurs sont tous allés au delà de ce qu’ils pensaient au départ, découvrant de nouveaux usages, et des détournements utiles. Mais on reste étonné par la distance entre les besoins exprimés par ces retours d’usages, les cahiers des charges et autres schémas directeurs qui sont bien trop figés, et les éditeurs de solutions d’ENT qui ont l’air d’avoir bien du mal entre les outils généralistes du web, et des exigences complexes, pas toujours issues du terrain. Il y a encore trop de distance entre les enseignants, les donneurs d’ordre que sont les collectivités territoriales, les cadres proposées par le ministère, et les éditeurs. Trop complexe en tout cas pour accompagner l’innovation (pédagogique et technique) de manière efficace. Il semble ainsi que des besoins comme travailler de manière déconnectée soient mail pris en charge, et que l’accessibilité soit une grande oubliée alors même que les équipements mobiles permettraient des progrès dans ce sens.

Et pourtant, tous sont de bonne volonté, dans les échanges informels, j’ai eu des échanges fructueux avec des membres de la Direction Numérique pour l’Enseignement, j’ai découvert un principal, Jamel El Ayachi, qui a décidé d’intégrer son collège dans les réseaux sociaux, j’ai longuement discuté avec un prof d’EPS, Martial Pinkowski, qui développer et propose des solutions adaptées aux enseignants et aux élèves en mobilité. J’ai enfin rencontré en direct certaines personnes avec qui j’échange depuis plus ou moins longtemps : Bruno Devauchelle qu’on ne présente plus, Muriel Epstein qui anime le transiMOOC, seul MOOC pour collégiens, Lyonel Kaufmann autre « blogueur ». J’ai eu le temps et le plaisir de mieux faire connaissance avec le très actif Michel Guillou.

Chose nouvelle, au delà de l’annonce de la refonte des programmes, on voit poindre des questionnements autour de l’évolution du système éducatif. Il y a urgence si on prend le point de vue du Tsunami numérique défendu par Emmanuel Davidenkoff. Et pourtant, il est clair qu’il ne sera possible d’évoluer qu’en laissant le temps aux acteurs d’apprivoiser le numérique. Chacun doit progresser dans sa zone de confiance. Il me semble que cette évolution ne sera possible que si l’encadrement accepte de lâcher prise. La coopération est à ce prix, on l’explique aux enseignants en leur expliquant qu’ils doivent passer du rôle de transmetteur à celui d’accompagnateur des apprentissages de ses élèves. Il est indispensable que l’institution comprenne que cela s’applique également à elle, et à son corps d’encadrement (inspecteurs et chefs d’établissement), qu’elle est elle-même une organisation apprenante.

Par ailleurs, la présentation de MOOC et de cartographie de savoirs dans une même session a suscité bien des réactions et des questions, autour du partage de cours, et de l’ouverture des apprentissages. Les échanges finaux portaient alors sur les rythmes des cycles d’enseignement et les questions de validation, avec les badges et autres dispositifs. Mais il semble encore trop tôt pour faire un sujet de table ronde sur l’évolution du système éducatif par le numérique.

Cela renforce ma conviction que les axes de recherche identifiés lors de l’école d’été sur les MOOC sont en phase avec les besoins d’évolution du système éducatifs, et c’est la bonne nouvelle de la rentrée. J’y reviendrai.

En conclusion, au niveau classe et périscolaire, on est passé de l’outil aux usages. Au niveau des programmes, le principe de culture numérique (et celui de savoir coder) est acté. L’établissement se pense maintenant en tant que communauté, qui peut s’ouvrir, et cela est très positif. Bref cela bouge. La gestion des ressources reste compliquée, et le contrôle, lié notamment aux programmes semble encore s’imposer. Il n’est pas sûr que les associations comme Sésamath ou autres se diluent dans Canopé, qui évolue, mais sans doute encore trop selon un modèle de média, sans intégrer pleinement la coproduction. Reste également à l’institution de trouver des degrés de souplesse pour pouvoir évoluer, intégrer l’évolution permanente qui est constitutive de la société numérique.

Retour de l’ENVSN : des formateurs numériques

Accueil très chaleureux ce matin à Saint Pierre de Quiberon.

Les notes ont été prises sur un framapad par différents scribes, et j’ai beaucoup dérivé par rapport au fil original. Cela tenait plus du débat que de la présentation, des séances comme je les aime.

Quelques liens qui m’ont été proposés par l’assistance, lors des débats :

Bref, un public exigeant, affuté, fichtrement sympathique et une super matinée.

Crédit photo : l’étoile par Erminig Gwenn licence CC-by-nc-sa

Être un prof numérique

Mercredi, j’aurai la joie de participer à un séminaire à l’ENVSN, des e-formateurs du ministère des sports. Le titre officiel de mon intervention est «Concevoir et animer un environnement numérique d’apprentissage et/ou de formation», ce qui peut se résumer à  « être un prof numérique ».

Voici un aperçu du diaporama que je présenterai :

Il paraît même que ce sera retransmis en direct. Et qu’il sera possible de réagir sur twitter avec le hashtag #foadenvsn

%d blogueurs aiment cette page :