Ludovia 2016, le temps de la diffusion

Pour prendre la température de la question du numérique à l’école, rien de mieux que de participer à Ludovia fin août, cette université d’été atypique ou se croisent représentants du ministère, défricheurs/blogueurs, professeurs innovants, inspecteurs, chercheurs, entrepreneurs … Impossible de participer à tout, mais le flux de compte rendus, d’articles et d’échanges informels permet de se faire une bonne idée de ce qui se passe. Voici ce que j’ai envie de partager.

La diffusion des pratiques

Evidemment, les Explorcamps, ces séances où chacun peut présenter son dispositifs étaient toujours aussi riches et suivis, suscitant de nombreux échanges. Mais curieusement, nombre de présentateurs se réclament d’un groupe plus large et ne se revendiquent plus d’une expérience isolée. Soit ils font partie d’un réseau départemental, soit d’une association, soit de Canope, soit d’un projet plus large encore (le projet européen de valorisation des collections des musées Europeana.eu a ainsi impressionné le public ).

Mais surtout, ce qui était intéressant, c’était le nombre de collectifs présents basés sur des bonnes pratiques pédagogiques, Twictée, classe inversée (800 participants à leurs journées début juillet), cyber-langues, éducation musicale 2.0 (#edmus). Partenaires à part entière, ceux-ci ont pu travailler sur leurs pratiques, partager avec les autres participants de Ludovia, nous faire partager leur dynamisme (ah les intervalles musicaux!!). Dernier signe de cette diffusion, les initiatives initiales sont inconnues des nouveaux arrivants, ce qui montre bien qu’on est passé à autre chose.

La diffusion des pratiques s’amplifie donc, se structure, gagne sa place dans l’écosystème. Les officiels apprennent à les reconnaître et à admettre qu’ils peuvent avoir leur place dans le développement professionnel des enseignants !

L’irruption de la polémique autour de l’éducation dans les réseaux sociaux

Des réaction polémiques sur les réseaux sociaux, rien de nouveau dira-t-on, c’est le phénomène bien connu des trolls. Ce qui peut paraître préoccupant,c’est que ce phénomène prend de l’ampleur et peut se renforcer de lui-même. Il marque une nouvelle manière d’interpeller sur Internet et peut empêcher d’autres échanges plus constructifs, d’autant qu’il est en phase avec une certaine vision du débat public ou politique. D’après certains il pourrait “ruiner Internet”.

Ce qui est nouveau dans le périmètre de l’éducation, c’est que ce mode de débat semble pouvoir se mettre en place entre enseignants. En étant positifs, on peut espérer que c’est un signe que ceux-ci découvrent le débat public sur les réseaux et sauront rapidement y réinvestir la rigueur de leur métier qu’ils semblent parfois oublier. Oubli d’autant plus regrettable qu’en étant visibles, ils peuvent donner un bien piètre exemple aux autres partenaires éducatifs, enfants, étudiants ou parents. En tout cas, ce phénomène démontre bien que la formation des enseignants au numérique ne doit pas s’arrêter aux pratiques pédagogiques, mais bien englober tous les aspects de la culture numérique. Le sujet est d’importance et doit être traité dans le respect de chacun, et de tous les points de vue, pour que nous puissions avancer dans l’intérêt des élèves. Le risque de cette approche polémique serait de faire taire les personnes les plus ouvertes au dialogue. Certain(e)s s’accrocheront, d’autres ont déjà quitté le débat.

L’évolution des discours officiels

Les représentants du ministère sont très présents sur Ludovia. Ils viennent écouter, échanger, mais aussi faire part des orientations du moment. Il est intéressant de voir l’évolution des discours.

Sujet présent depuis au moins 2012, le BYOD (Bring Your Own Device) ou AVEC/AVAN en français (Apportez Vos Équipements Connectés/Appareils Numériques) semblait ne pas être envisageable dans l’éducation nationale jusqu’à cette année. C’est avec plaisir que nous avons appris qu’il devenait possible dans le cadre des appels à projets pour  l’équipement des collèges, et que nous avons écouté le témoignage de David Cohen, enseignant qui démontre que c’est possible dans un établissement.

On a aussi entendu que le développement professionnel des enseignants ne se cantonnait pas aux formations proposées par l’éducation nationale, mais passait par la consultation de ressources sur le web, et la participation à des collectifs apprenants comme ceux présents sur Ludovia.

Sur ces deux points il s’agit  bien d’une prise de conscience des officiels, liée à la fois à un certain réalisme (contraintes budgétaire pour le premier cas, et impact dans le second cas) mais aussi à leur participation récurrente à Ludovia (du moins on se plait à le croire 😉 ).

Si certains discours évoluent dans le bon sens, il reste encore des sujets en devenir.

Côté lien entre recherche et pratiques, la présence du “Professeur Monteil” démontre bien que le sujet est d’importance. Le constat semble démontrer que les bonnes articulations demandent encore à être identifiées. Et on attend avec intérêt un futur rapport sur les pédagogies actives sur lequel Madame Becchetti Bizot travaille.

Et après ?

L’année dernière, à l’issue de Ludovia, certains blogueurs semblaient se trouver trop en phase avec les échanges, se demandant dans quelle mesure ils pouvaient avoir encore un rôle prospectif, de défricheur. Deux espaces leur ont été proposés cette année pour avancer sur la route du changement. Le premier a été une rencontre “Educatank” la veille de Ludovia qui réunissait blogueurs et chercheurs, ou chacun a pu présenter son “idée pour changer l’école”.  Le second était une présentation sous forme de pecha-kucha en soirée d’ouverture.

Parmi celles-ci, on y retrouve la nécessité de construire ensemble, en cohérence, en confiance. On a aussi vu apparaître la question de la construction de l’individu grâce à ses données, et l’évolution des postures du corps habitant des espaces d’apprentissages.

 

Et bien sûr, on a parlé de PokemonGo !

 

Crédit photo : images publiées par @batier et @moiraud

Publicités

Quelques clés pour la transition de l’école

Transition, le terme est à la mode, il est utilisé pour décrire les transformations en cours induits par la prise en compte des impacts écologiques, le développement de nouveaux modes énergétiques, les nouveaux modes organisationnels, le numérique. Toute la société est en transition. Et l’école est donc évidemment en transition. Elle intègre de nouvelles pratiques, apprend à jongler avec le numérique, et doit préparer le citoyens de demain à un monde en transitions. Je vous propose ici quelques points de synthèse issus de nombreux échanges durant le forum des usages coopératifs 2016.

Une école au cœur d’un écosystème

Autour de l’école, les acteurs sont nombreux : les services d’appui comme Canope, les associations de médiation culturelle et numériques, les politiques (mairie, conseil général, ministère de la culture …) et j’en oublie. Et bien sûr les enseignants et les parents.

De nouvelles écoles se créent aujourd’hui, souvent pour explorer de nouvelles formes de médiation, comme l’école 42 ou Simplon. Ces écoles cherchent à trouver leur place dans l’écosystème, tout en cultivant leur différence. La question centrale est ici la reconnaissance des compétences acquises, de leur certification.

Tous ne se connaissent pas, certains ont l’impression de ne pas avoir leur place (on a pas mal échangé autour des parents : ceux qui n’osent pas retourner à l’école tout en attendant beaucoup d’elle, ceux qui au contraire sont tellement présents qu’ils en sont insupportables, ceux qui trouvent que les conseils de classe sont des espaces de non-discussion, ceux qui ne répondent pas aux convocations). Mais le besoin d’interagir avec les autres acteurs est bien présent.

Et là où la rencontre a lieu, localement, où un projet est mis en place en respectant chacun, les choses se font bel et bien. De nombreux acteurs en témoignent. Pour les élèves, les changements de cadre, de dimension de groupes, de croisements avec d’autres personnes (autres niveaux, acteurs, mais aussi personnes que les élèves vont pouvoir aider) sont des moments d’épanouissement d’autant plus riches s’ils font le pont entre l’école et son environnement.

Mais on sent bien qu’il faut pour cela qu’il n’y ait pas de prise de pouvoir par l’une des parties. Bref, la culture de la coopération reste à mettre en place, à affirmer, à développer.

Un besoin de s’exprimer autour des freins

De l’amertume parfois, une impression de ne pouvoir avancer face à des murs, les témoignages viennent des tripes, tant il est vrai que certains ont une impression d’impuissance et enragent.

Parmi les éléments qui ressortent, la question des moyens est partagée par tout le monde. L’évaluation (la note, le classement) est largement décriée, et si certains veulent rappeler que les approches par compétences visent à faire disparaître ces sanctions, ils ne peuvent nier que les examens (« Le Bac, point de blocage majeur ! ») bloquent le mouvement.

Les programmes surchargés, s’ils pourraient être intéressants pour cadrer les acquisitions, sont souvent une chape de plomb, en bridant l’initiative, en limitant les possibles.

Des jeunes qui changent

L’intervention en plénière de Laurène Castor était un témoignage vécu de ces changements, qui ont été confirmés dans les discussions qui ont suivi. Ceux-ci disposent d’espaces d’expression. Ils ont besoin de sens. Ils n’hésitent pas à être critiques (Vincent Ribaud racontait cette anecdote que ses étudiants en master discutaient ses énoncés de problème). Bref, la question est comme toujours de les comprendre pour mieux tirer parti de leur énergie pour leur permettre d’avancer, d’apprendre.

Le texte récent de Yves Citton « l’éducation de l’attention à l’âge numérique ubiquitaire » va dans le même sens.

Le monde change et continuera à changer

Difficile pour les participants d’exprimer comment prendre en compte le monde de demain. Les participants ne semblaient pas se sentir concernés par ces questions. Il reste que créativité, apprentissage par projet, apprentissage du code, apprendre à apprendre, sont des éléments intégrés dans les discours, mais dont on a du mal à voir la place dans le faits.

En tout état de cause, il faudra être prêt à affronter l’inconnu, et pour cela la description des jeunes que l’on nous fait semble être la meilleure des réponses, aidons les à devenir eux-même. La vidéo TED d’Emilie Wapnick vous fera comprendre le type de profils qu’il va nous falloir apprendre à reconnaître.

Des valeurs à réaffirmer

Dans les discussions, les questions d’ouverture, de collaboration, de respect (mutuel), d’inclusion, de citoyenneté ont été constamment réaffirmés. Ces valeurs sont de l’avis des présents indispensables pour que le monde de demain soit vivable. Si j’adhère complètement à ces valeurs, je me demande parfois si elles sont globalement partagées dans notre société. La réponse est sans doute encore dans l’action et le partage pour pouvoir leur donner corps.

Imaginer un futur désirable

Pour pouvoir s’extraire de la chape qui semble s’emparer de beaucoup d’entre nous, il est nécessaire de se projeter, d’avoir un but qui nous permette d’avancer. Il faut penser des transitions « favorables ». C’est le pari que nous proposent nombre d’acteurs.

La Fing mène un travail appelé FuturEduc pour imaginer l’École pour tous à l’ère numérique. Et si vous voulez prendre les cartes en main, elle a également développé un jeu des transitions pour animer des ateliers de brainstorming. Vous trouverez notamment un exemple pour l’école dans leur cahier des transitions.

Autre moyen d’échanger sur ces futurs, les forums ouverts. Le labschool network nous invite à participer à de tels forums le 26 novembre prochain dans toute la France (Paris, Brest, …), thème : Quelles transitions dans l’éducation pour faire société ?

Un participant a également fait une proposition qui a donné envie à de nombreux participant : Remixer l’école. Le remix est un événement qui croise des publics variés dans l’idée de recréer les espaces (voir biblioremix ou museomix pour se faire une idée). On y reviendra sans doute. Si ça vous tente, n’hésitez pas c’est une superbe idée à mettre en place.

Donner à voir les pratiques

Les enseignants ont entendu beaucoup de discours sur la nécessité de changement, mais ont besoin de se projeter dans leur quotidien. Pour cela, les témoignages de ceux qui font des petites ou grandes choses dans leur « classe » sont indispensables, parce qu’ils sont incarnés, parce qu’on voit comment le faire chez soi, parce que cela rassure. Et plus ces témoignages viendront de contextes différents, plus nous aurons des éléments pour revoir nos pratiques, et plus nous trouverons quelqu’un de proche, par l’approche ou par la discipline.

Là aussi les valeurs du partage, de l’exemple sont indispensables pour permettre d’avancer (et de passer du prescrit au vécu). Dans le secondaire, des associations comme Sésamaths, les Clionautes, Weblettres, ou des sites comme le café pédagogique permettent en partie ces relais, mais méritent plus de visibilité et de reconnaissance. L’université d’été Ludovia est également un lieu de rencontre remarquable la dernière semaine d’août. Dans le supérieur, un site comme innovation-pédagogique ou des journées de rencontres permettent également d’initier ces dynamiques.

Pour ceux qui seraient allés voir un film comme Demain, rappelez vous des visionnaires vous proposent un futur motivant et des acteurs de terrain vous expliquent comment ils agissent au quotidien. C’est bien aux deux niveaux qu’il convient d’agir.

S’engager pour des expériences vivantes

Que nous disent les enseignants qui nous inspirent ? Qu’ils vont vers leurs élèves/étudiants, et qu’ils veulent partager leur passion. Ils créent des situations de rencontre qui permettent de construire ensemble, dans lesquelles exigence rime avec respect. Ils créent de l’empathie pour susciter de l’appétence qui pourra être transformée en compétence. Créativité, coopération, espace d’échange respectant les valeurs des enseignants ET des apprenants, sont des constantes.

Cela ne se décrète pas. Ces témoignages démontrent souvent que l’erreur fait partie de l’apprentissage, que l’imitation, l’adaptation permettent d’avancer, mais surtout que son engagement peut créer de la dynamique avec les apprenants. En synthèse, que l’appétit vient en marchant, pour peu qu’on le veuille et qu’on soit au clair sur ce qui est vraiment important.

Lors des forums précédents, nous avions aussi vu qu’il était plus facile d’avancer quand on peut échanger. Le numérique permet cela tant pour les élèves, que pour les profs. Le « vrai Web » est plein d’exemples et de personnes avec qui échanger.

800px-Transition_éducative

Crédit Image : Les nouveaux apprenants et la transition éducative par Julie Boiveau, licence CC-by-nc

 

PS : je n’ai pas remis ici l’ensemble des débats, autour de la formation des enseignants notamment aux démarches projets, l’éducation aux médias, les études importantes de chercheurs, …. Je n’ai pas cité à nouveau tous les intervenants, si vous êtes un peu curieux, n’hésitez pas à consulter les notes prises pendant les échanges.

Université contributive – état des lieux

Pour une université en phase avec son temps et ses valeurs

La transition numérique modifie l’université de manière plus profonde qu’il n’y parait. Aborder cette transition par le prisme de la contribution permet d’avoir une vision émancipatrice du numérique. Nous allons considérer ici les changements déjà en cours sur le terrain pour montrer qu’ils prennent sens en les articulant au travers de la notion d’université contributive.

« Une université est un établissement qui fédère en son sein la production, la conservation et la transmission de différents domaines de la connaissance » (Wikipedia). L’article cite ensuite Peirce, un philosophe américain, qui a défini en 1891 l’université comme « une association d’hommes […] dotée et privilégiée par l’État, en sorte que le peuple puisse recevoir une formation [guidance] intellectuelle et que les problèmes théoriques qui surgissent au cours du développement de la civilisation puissent être résolus ».

Le numérique transforme profondément la manière dont on produit, conserve et transmet la connaissance, c’est à dire le cycle complet de la vie de la connaissance. L’abondance des informations, leur diffusion ouverte, le partage et la collaboration deviennent la règle. La transition numérique transforme la société et a donc un impact sur l’université. Sur le question de l’évolution de l’université, les rapports (Stranes, Europe)  se suivent mais n’interpellent pas directement les acteurs, que ce soient les étudiants, les enseignants chercheurs ou les autres acteurs de l’université. Et pourtant sur le terrain les choses bougent, la manière d’aborder la recherche, l’enseignement, l’organisation des espaces se modifient en phase avec les attentes des uns et les valeurs portées par les autres. En quoi ces évolutions dessinent elles une université contributive? C’est ce que nous allons essayer d’esquisser ici.

Pour définir “Université contributive”, il n’est pas possible de s’appuyer sur Wikipedia (l’article  “Université contributive” reste à créer à  l’heure où j’écris ces lignes), ni sur quelque moteur de recherche que ce soit, c’est donc clairement un néologisme qui est proposé dans le cadre du MOOC Enseigner et Former dans le Supérieur. C’est Bernard Stiegler qui va nous permettre de démarrer au travers de ce qu’il appelle l’économie de la contribution et sa réflexion sur le travail contributif. Un autre point d’entrée théorique pourrait alors être le travail de Michel Bauwens  (voir par exemple son livre Sauver le Monde, ou un interview «Le « peer to peer » induit que la production émane de la société civile»). Le principe est que tous les acteurs peuvent contribuer, dans notre cas donc étudiants, enseignants chercheurs, mais également tout le personnel des universités, aux différentes facettes de la vie de la connaissance.

Nous allons essayer de cerner la notion au travers de courants qui existent aujourd’hui. Au delà de la théorie, la contribution prend corps à partir du terrain. Tout comme le web est défini par le flux, sans action point de contribution. Dressons donc un panorama partiel des courants et des actions qui relèvent de cette université contributive.

Au niveau recherche tout d’abord, différents mouvements,comme les Humanités numériques, la science 2.0, qui promeuvent de nouvelles approches pour faire de la recherche, en permettant à tous de s’associer à un travail de recherche, en publiant non seulement les résultats, mais en partageant également les données utilisées et le protocole expérimental retenu. Le processus de recherche devient ainsi communautaire. Parmi d’autres, le projet Cesgo, issu du domaine de la biologie, propose une infrastructure de recherche complète (un environnement virtuel de recherche) permettant un travail collaboratif entre chercheurs  en mettant à disposition moyens techniques et humains pour conduire un telle démarche contributive. Ces différents mouvements et initiatives promeuvent une approche ouverte pour les données et les publications, considérant que la connaissance, produite par les universités, est à verser dans le domaine des biens communs. La connaissance doit être disponible pour tous, et est gérée par la communauté.

Au delà du cercle des chercheurs, les démarches de science ouverte proposent d’associer les citoyens à la recherche. Des initiatives en cours de construction comme ”65 millions d’observateurs” visent à permettre à chacun de contribuer. Les chercheurs anglais en éducation qui publient chaque année depuis 2012 un dossier prospectif sur les grandes tendances pédagogiques, ont parfaitement intégré cette dimension dans leur cadre d’analyse. Le rapport “Innovating Pedagogy” de 2013 mettait ainsi en avant la “Citizen Inquiry” au coté de la “Maker Culture”, du “CrowdLearning” et des MOOC (résumé en français ici).

Entre recherche et pédagogie, François Taddei milite pour le développement de démarches collaboratives dans l’éducation, basées sur la démarche scientifique et ouvertes sur le monde.

Coté enseignement l’université contributive va au delà de la simple ouverture de ressource. En termes de pédagogie, elle passe par un accompagnement de la construction de la connaissance par les apprenants, en phase avec les compétences définies par la littératie numérique. Par exemple, certains proposent une co-écriture avec les étudiants des ressources d’un cours. Une telle démarche contributive entre dans le cadre des ressources éducatives libres (REL ou OER en anglais, libre car quel autre statut donner à une telle oeuvre collective). Il devient possible de proposer un cours basé sur les contributions des étudiants.

Dans un certain nombre d’institutions et dans un cadre défini, les étudiants peuvent également proposer leurs sujets de projet ou de recherche. Les productions issues de ces travaux sont d’ailleurs des contributions à la connaissance.

L’évaluation et l’apprentissage par les pairs permettent aux étudiants de contribuer à leur formation. L’évaluation par les pairs a notamment connu un regain d’intérêt dans les évaluations dans les MOOC.

L’étudiant devient ici contributeur de sa formation et de celle de ses pairs. L’enseignant est accompagnateur, garant du processus de construction. Et on le voit ces contributions peuvent porter aussi bien sur le contenu, que sur les sujets d’études ou même l’évaluation.

L’université est également un lieu de vie. Là aussi la logique de contribution transforme les espaces et permet de repenser les événements. Le Fablabs qui développent la culture du faire et de l’auto-organisation fleurissent dans les universités. La conception des espaces est repensée pour intégrer le numérique, encourager les échanges, et mieux accueillir les étudiants.

Un lieu de vie est un espace d’accueil d’événements. Les approches contributives ont depuis longtemps pris conscience de l’importance de rencontres physiques, d’événements qui donnent à voir, et qui amplifient la logique de contribution. Nombre de conférences informelles, d’échanges, de débats se déroulent sur les campus. Citons deux exemples parmi d’autres qui démontrent de nouvelles formes d’échanges sur des sujets trop peu mis au débat.

Le premier exemple est le MOOCamp day, événement national organisé sur 7 sites simultanément, durant lequel la proposition était 1) de proposer des sujets de MOOC, 2) de construire ensemble les scénarios des MOOC retenus, 3) de voter pour son MOOC préféré. La contribution de tous porte bien ici de sur des sujets de cours, de leurs organisations et de leurs contenus.

Le deuxième exemple est la journée Hack’apprendre “2035 idées pour construire l’université en 2035” de l’université de Louvain La Neuve durant laquelle chacun était invité à contribuer en apportant ses idées sur l’université de demain.

 

Et en parlant du renouvellement des espaces et de l’organisation des événements, nous venons implicitement de parler des espaces de conservation de la connaissance, tant les bibliothèques ont été les premiers espaces à se repenser en tant qu’espace de ressources, de travail en groupe, et d’événements, souvent en se rebaptisant learning centers. Les personnels de ces espaces ont d’ailleurs vu leur métier évoluer. Certains se constituent en communauté ouverte pour contribuer à l’évolution de leur métier, comme par exemple au sein de doc@Brest.

On le voit, de nombreux éléments existants contribuent à dessiner l’université contributive. L’acception de cette notion permet de donner corps et cohérence à de  nombreuses initiatives qui dessinent une véritable évolution de l’université. En associant tous les acteurs, et toutes les facettes, elle implique une approche holistique de l’évolution de l’université.

Cette évolution permet de réaffirmer la place de l’université au sein de la cité. Elle modifie nos métiers (d’étudiants, d’enseignants chercheurs, mais aussi on l’a vu au travers de l’exemple des bibliothécaires de tous les autres personnels de l’université). En revisitant la notion de pairs, elle fluidifie les relations. En donnant un pouvoir d’agir à tous les acteurs, elle est plus intégrative. En ne s’interdisant pas de sujet a priori elle permet d’évoluer et d’être en prise avec la société. Et nous pouvons tous y contribuer.  

16466261894_72db523023_c

Postface : beaucoup d’autres exemples pourraient compléter ce panorama, n’hésitez pas à me les faire connaître. Et puisque ce billet est écrit dans le cadre d’un débat proposé par le MOOC Enseigner et Former dans le Supérieur, n’hésitez pas à réagir.

Crédit photo : Global Village au Centre Vie par Telecom Bretagne lience CC-by-nc-sa

Inventer l’éducation supérieure du XXIème siècle

Joli titre. C’est celui de l’axe 4 du récent rapport de la stratégie nationale du supérieur (StraNES) . Cette stratégie a pour ambition de définir des objectifs à 10 ans pour l’enseignement supérieur, et est la conclusion d’un processus sérieux et documenté. S’il touche tous les volets de l’enseignement supérieur, c’est bien ce quatrième axe qui se focalise sur l’éducation proprement dite et qui doit guider l’évolution des enseignements et des cursus. On y trouve sur ce sujet 5 propositions, qui se veulent à la fois ambitieuses et réalisables, parmi les 40 que compte le rapport.

La premier point (ou proposition 16 dans la numérotation du rapport) vise à développer les pédagogies actives, pour proposer 25% d’un cursus sous forme de pédagogie par projet, actives, ou d’apprentissage hors cursus. Dans un cursus de formation d’ingénieurs, c’est un taux largement dépassé, si on considère les différentes activités en pédagogie active et les périodes de stage. Notons néanmoins que pour qu’une telle pédagogie soit effectivement efficace pour les étudiants, il faut un accompagnement de qualité qui repose beaucoup de questions sur la reconnaissance des différentes activités de l’enseignant (et donc les moyens humains correspondants), la formation des enseignants à un autre type de posture (tuteur, accompagnateur, … les définitions sont bien connues mais différemment assimilées suivant les lieux), mais également sur la dynamique d’équipe qui doit être créée et entretenue. En même temps cela ne concerne pas tous les enseignants, il faut donc juste arriver à mobiliser, à motiver une frange du corps enseignant.

Pourquoi pas si on arrive à faire de l’enseignement une activité valorisée du métier de l’enseignant chercheur. Malheureusement, c’est un peu le serpent de mer dans l’enseignement supérieur, le dernier avatar étant le rapport de Claude Bertrand qui n’a pas eu d’impact visible.

La seconde proposition vise à prévoir l’usage systématique du numérique dans la formation et l’évaluation des étudiants. Si l’usage dans la formation est maintenant bien établi, il est intéressant de l’institutionnaliser. L’accès à Internet dans le cadre des examens semble par contre ambitieux, voire en rupture, tant cela oblige à repenser la manière dont on construit l’évaluation.

Là aussi, il y a un cadre à créer mais c’est un très bel objectif. Et pour le coup, j’ai l’impression que nous en sommes tous assez loin. Une question sous-jacente est sans doute la question des moyens de correction qu’il faudra mettre en regard. Autrement dit, pourra-t-on poser des questions qui nécessiteront une réflexion plus approfondie de la part des étudiants sans que l’effort de correction ne soit démultiplié ? Sinon, se posera encore une fois une question de moyens… Bref des beaux débats en perspective, sur la nature des activités d’évaluation, sur la gestion technique de la communication durant les examens (car Internet, ce n’est pas qu’une extraordinaire bibliothèque, c’est aussi un moyen de communication de de co-production), et sur les modes de correction des copies.

La troisième proposition développer les ressources numériques et l’éditorialisation des savoirs, me semble déjà engagée en soi. Elle soulève néanmoins un sous point qui est la question de développer un outil d’aide à la décision des différents acteurs (étudiants, enseignants-chercheurs, administrateurs), permettant de suivre les parcours des étudiants. Le regroupement peut sembler étonnant tant cet outil devrait être un support à la proposition suivante. Espérons qu’il ne s’agit pas de déléguer cette proposition à des services techniques, car il y a des débats citoyens à avoir pour ne pas se faire enfermer dans des choix qui pourraient s’avérer bloquants.

Autour de cet outil, Il y a deux éléments clés : d’une part la gestion des données et l’analyse de celles-ci dans une perspective de big data, et d’autre part la nécessité que ce système soit suffisamment ouvert pour permettre un suivi au delà d’un seul établissement. Deux options sont alors possible : soit l’émergence d’un système centralisé qui risque d’être long à mettre en place et peu souple à l’usage, soit au contraire en profiter pour promouvoir les dynamiques de type self data. Dans ce type de dynamiques, l’individu est maître de ses données, ce qui serait en phase avec la volonté de rendre l’étudiant acteur de sa formation. Une expérimentation en ce sens serait sans doute un premier pas intéressant.

En phase avec la première proposition, la quatrième proposition (ou 19 suivant comment on compte) veut favoriser l’agilité, l’innovation pédagogique et la « culture du Oui », à la fois en reconnaissant à l’étudiant la possibilité d’imaginer un parcours à la carte, et en encourageant l’enseignant à l’expérimentation. J’y vois pour l’étudiant la possibilité de choisir des formations en ligne ou de s’inscrire dans un autre établissement pour y suivre un enseignement qu’il juge plus pertinent. Le numérique joue donc potentiellement un rôle de facilitateur, permettant à l’étudiant de suivre un cours d’une autre université à distance, ou de son université de rattachement (si cette notion fait encore sens) pendant qu’il se déplace sur un site lui permettant de développer un projet dans un contexte favorable.

On est ici dans une rupture équivalente à celle d’autoriser l’utilisation d’internet dans le cadre des examens. Cela semble possible, porteur de potentialités nouvelles, pouvant redéfinir la structure des cursus, mais absolument pas encore envisagé ni par le corps enseignant, ni par l’administration. J’ai même l’impression que cela vient en contradiction avec l’approche majoritaire qui veut pouvoir assurer la formation des étudiants.

La dernière proposition visant à prendre appui sur la recherche pour faire évoluer la pédagogie et les processus d’apprentissage est évidemment citée, et mériterait un article complet sur les raisons d’une telle affirmation, sur la répétition de cet enjeu dans tous les rapports, sur la difficulté de coupler des programmes de recherche et l’encouragement à l’expérimentation, sur la non répétabilité des résultats, sur la question de la diffusion …

Il y a donc 2 avancées potentielles dans ces propositions: l’utilisation d’internet pour les examens et la notion de parcours à la carte. Elles semblent en phase avec la culture du XXIème siècle, et permettent de l’infuser à des points clés de notre système de formation pour pouvoir le faire évoluer dans son entier. Clairement cela ne pourra se faire qu’au travers d’une démarche d’innovation, mais aussi en bousculant les modèles et les structures.

Crédit photo : Free Internet par ToGa Wanderings – licence CC-by

Permettre d’apprendre toute la vie pour une meilleure qualité de vie

À chaque fois que je regarde un jeu de transparents de George Siemens, j’apprends plein de choses. Son dernier diaporama « Exploiting emerging technologies to enable quality of life », commenté sur son blog, n’échappe pas à la règle. Son argument central est que l’employabilité n’est pas la seule finalité de l’enseignement supérieur, mais que la qualité de vie est encore plus importante sur le long terme. C’est d’ailleurs un excellent contrepoint à l’analyse de mon billet précédent.

D’abord ses présentations sont basées sur de multiples sources, de données et de citations. On a cette fois-ci des données sur l’évolution des métiers dans un contexte d’automatisation croissante, des données sur l’augmentation des inégalités de salaires, et quelque citations bien senties, notamment celle du président Truman de 1947, qui pourrait être ajoutée au débat français.

Il pose les bases d’un apprentissage perpétuel et de l’évolution des mentalités. Par rapport aux technologies émergentes (Social media, MOOC, communautés de savoir et vêtements intelligents, ambiant, réalité virtuelle, Internet des Objets) il propose au travers d’un excellent schéma les options de répartition du contrôle de ces technologies, entre les personnes, les institutions et les entreprises (diapos 42 pour une approche actuelle et surtout 43 pour une approche plus émancipatrice). La question des données personnelles est un élément clé de l’approche.

Et puis, évidemment ces analyses sont au service d’un questionnement sur l’évolution de l’éducation supérieure. Sa transition est : « Parce que nous changerons souvent de métier et d’intérêt, nous avons besoin d’un système éducatif flexible » – qui devrait inspirer les décideurs de tout poil – suivie de « Il y aura plus d’universités, pas moins, dans le futur » – ce qui est certes un parti pris, mais qui a le mérite de structurer l’évolution de l’enseignement supérieur, et de permettre la prise en compte de finalités de plus long terme pour la société. L’axe des technologies abordées cette fois-ci concernent :

  • un très intéressant exemple de valorisation des acquis de l’expérience (VAE) venant de l’université Deakin en Australie. Nous pensons en France que la VAE est une de nos forces pour valider l’acquisition de compétences professionnelles et de fait il y a de belles histoires de personnes qui ont pu obtenir des diplômes de l’enseignement supérieur par cette démarche. Le défaut de cette démarche est qu’elle est plutôt lourde. DeakinDigital nous propose une forme de VAE numérique qui semble beaucoup plus flexible. Une belle image de marque pour une université qui monte que de valider des crédits pour le monde entier. Là aussi il y a matière à inspiration de reconnaître au mieux les acquis de chacun dans un monde qui évolue sans cesse ;
  • le passage de cours à des missions (des projets) pour une formation avec des buts (purpose learning), au travers d’un slogan de Stanford 2025 : Missions not majors. On n’évaluerait pas seulement les acquis (qui sont disponibles en ligne), mais aussi l’impact au travers des actions des apprenants. Une définition plus ambitieuse et intéressante de la pédagogie par projets, qui devient une pédagogie de projets de vie, et qui met en valeur l’engagement ;

Son discours est donc que vont se développer à la fois une personnalisation de l’apprentissage, tenant en compte la manière d’apprendre et les acquis d’une part et la reconnaissance de parcours individuels, basés sur des intérêts évolutifs d’autre part.

Sa conclusion, nous allons devenir des apprenants perpétuels créatifs, entrepreneurs, auteurs du futur de l’humanité se base donc sur une analyse aiguë des tendances actuelles et sur le développement d’un système d’éducation flexible.

Crédit photo : extrait de Siemens, G., Dawson, S., & Lynch, G. (2014). Improving the Quality and Productivity of the Higher Education Sector – Policy and Strategy for Systems-Level Deployment of Learning Analytics. Canberra, Australia: Office of Learning and Teaching, Australian Government. Licence CC-by-sa. Retrouvé sur blog Learning Services Teams Blog de l’Université d’Edinburgh.

 

Éducation, dernière frontière avant quel monde ?

Je viens de lire avec intérêt le livre interview de Bernard Belletante « Éducation : dernière frontière avant le monde », directeur de l’EM Lyon. J’apprécie en effet chez les écoles de management une conscience plus affichée des transformations en cours. Le livre blanc de l’école du futur de Jean-François Fiorina, directeur de Grenoble Ecole de Management (GEM) en est un autre exemple. Ces écoles développent une vision prospective qui intègre en plein les pédagogies rendues possible par le numérique.

Le constat est maintenant largement partagé de l’urgence de faire évoluer nos formations, l ‘éducation devenant de manière claire le nouveau domaine impacté par le numérique (voir par exemple le tsunami numérique d’Emmanuel Davidenkoff, ou Game Changers: Education and Information Technologies de Diana Oblinger).

L’interviewé maîtrise parfaitement les nouveaux modes pédagogiques, encouragés par le numérique, qui permettent de repenser l’unité de temps, de lieu et de personnes qui guide encore nos modèles de formation. Le MOOC n’y est qu’un objet de transition parmi d’autres qui nous permettent de repenser les modèles de formation. Il considère que les écoles vont devenir des assembleurs pour permettre des parcours d’apprentissage différenciés dans un contexte mondial, ou étudiants et professeurs se déplaceront plus facilement. Il intègre l’idée que le savoir ne doit plus être vu comme un stock, mais un flux pour permettre aux personnes d’évoluer dans une logique de compétences. Bref, je partage pas mal d’analyses avec ce livre.

Il voit par ailleurs le développement d’une logique de certification mondiale, qu’il considère nécessaire pour aider les écoles à évoluer. Cette vision reste très fortement marquée par les tendances lourdes d’accréditation des écoles de management. Tendance beaucoup moins prégnante dans les écoles d’ingénieurs, dans lesquelles nous intégrons dans notre réflexion des cadres d’organismes internationaux (ABET et CDIO par exemple), mais qui ne donnent pas lieu à des labels internationaux. Ce qui est intéressant ici, c’est le besoin d’un élément de structuration pour permettre de maintenir une cohérence du secteur de la formation supérieure. Par contre, ce qui m’inquiète dans ce livre est le modèle de gouvernance sous-jacent à une vision très libérale de la société mondiale.

L’entreprise est en effet aux yeux de Bernard Belletante l’unique arbitre, ce qui engendre au niveau de la vision de la position de l’école par rapport aux autres parties prenantes une vision bien manichéenne. L’état (ainsi que l’Europe et les régions) ne sont que des sources de blocage, les professeurs CDI sont des pantouflards, les syndicats bloquent les évolutions des statuts … Certes, une formation aujourd’hui dans une grande école ne se conçoit pas dans un cadre régional, mais cela n’empêche pas de tirer parti d’un ancrage territorial enrichissant. Certes la mobilité des enseignants doit être encouragée en permettant aux enseignants de changer d’école et de participer à plusieurs formations, mais faut-il pour autant la généraliser ? La richesse des formations ne provient-elle pas de la diversité? N’est-il pas intéressant de garantir une continuité dans un établissement ? Certes le statut de l’enseignant doit absolument évoluer pour prendre en compte la diversité et la richesses des stratégies d’action qu’il peut aujourd’hui développer. J’entends bien que ces différentes parties prenantes peuvent parfois faire entendre des voix dissonantes par rapport à une économie de marché sans contraintes inutiles, mais faut-il pour autant les considérer comme hors jeu ? Aux yeux de l’auteur, il semble que sur ces questions il n’y ait pas d’alternatives. Le modèle d’organisation semble s’imposer de lui-même, c’est sans doute dommage si on veut pouvoir encourager une variété, un écosystème des formations. C’est en tout cas gênant pour encourager le débat de considérer de tels aspects comme des évidences.

Cela est d’autant plus important que les générations à venir auront à être porteuses des transitions qui démarrent aujourd’hui : numérique, énergétique, écologique, organisationnelle… Et par rapport à ces transitions, les entreprises ne sont pas demandeuses, elle sont plutôt des freins. Il ne s’agit pas de les mettre hors jeu. Il s’agit bien de multiplier les parties prenantes pour penser les directions à prendre pour développer l’éducation d’un monde qui ne considère pas que le seul environnement est celui de l’entreprise comme seul vecteur d’évolution de la société.

Bref, ce livre nous rappelle que la vision politique sous-jacente est complètement structurante pour la vision de l’évolution de notre système de formation. La qualité de Bernard Belletante est de l’assumer complètement.

Crédit photo : Candle lights on a windowsill on December 8. Photo: Myrabella / Wikimedia Commons licence CC-by-SA 4.0

Intégrer des MOOC dans une formation

Le MOOC est un formidable levier d’ouverture des enseignements à l’extérieur de l’enseignement supérieur. Mais pour nombre de collègues enseignants se pose la question de l’utilisation de ces formations au sein de nos institutions. Cela peut être un complément à des cours existant, mais c’est aussi une occasion de revisiter les cursus proposés à nos étudiants. Le colloque de pédagogie QPES qui a eu lieu en juin à Brest a été l’occasion d’aborder ces questions de deux manières.

Nous avons en effet proposé un papier sur les différents modes d’intégration réalisés à Télécom Bretagne qui couvre les différentes options d’intégration de tels cours dans un cursus, et qui démontre qu’il est possible de faire évoluer une maquette de formation simplement en y intégrant des MOOC selon différentes modalités.

Cela a également été l’objet d’un atelier lors du précolloque durant lequel les participants ont pu réfléchir aux différentes options d’intégration possible et à s’intéresser aux modalités d’intégration pour s’assurer d’une expérience pédagogique réussie. Non seulement cela a été l’occasion de débats intéressant, mais il s’avère également que c’est un bon point d’entrée pour les enseignants qui n’ont pas toujours une vision claire de ce qu’est et peut être un MOOC.

%d blogueurs aiment cette page :