Quelques MOOC qui sortent du lot

Je vais assumer complètement un parti pris et une non exhaustivité de ce qui se passe dans le domaine. J’ai juste croisé quelques sujets qui ont attiré mon attention.

Sciences Tag : Les médiations culturelles et scientifiques à l’ère des réseaux sociaux” nous vient du monde de la médiation scientifique. Il parcourt les différentes dimensions de la littératie numérique du point de vue du médiateur. Le travail est  pro, et il sera parfait pour mes étudiants de l’UbO. En terme de bons goût, le teaser est remplacé par une simple animation très design. Un collaboration entre des pros de la médiation et l’équipe de Mooc et Compagnie, cela devrait être le must de la rentrée

Pour le titre, pour son sujet, j’ai coché “L’innovation pédagogique dont vous êtes le héros”. Ou comment aborder des sujets de fond en gardant une certaine distance. L’auteur principal, Bruno De Lièvre a tout compris à la pédagogie moderne. Le contenu du cours a l’air à la fois pratique et basé sur des références bien choisies. Sans nul doute un bon cours sur le sujet. En effet, même si on a l’impression qu’il y a déjà beaucoup de cours sur les sujets de la formation et de la pédagogie, celui-ci devrait pouvoir trouver sa place.

Comprendre l’économie collaborative” n’est pas le premier cours non plus sur la transition numérique et ses impacts. Celui-ci se dégage d’autres par la pluralité des points de vue, la place est en effet donnée à de nombreux acteurs et réels experts de ces questions. Les participants sont de premier ordre et d’horizons variés. Les clés du cours doivent permettre à chacun de faire la part des choses et de comprendre les différentes dimensions du débat.

D’autres sujets peuvent retenir votre attention : le MOOC de Tela botanica remet la botanique à l’honneur, et démontre l’intérêt de créer des communautés pour dynamiser ce genre de sujet. Dans la même veine, le mouvement Colibris va rejouer son MOOC “Concevoir une Oasis” en novembre. Ou comment concrétiser ses rêves 🙂 Si vous ne connaissez pas ces 2 associations, je vous invite à aller regarder de plus près.

 

Mais avant de vous inscrire, assurez vous de pouvoir y consacrer le temps qu’ils méritent.

8573233746_55b5dd281c_o_d

Crédit photo : Say MOC one more time par Audrey Watters licence CC-by-SA

Publié dans MOOC. Étiquettes : , , . Leave a Comment »

Un cercle d’apprentissage pour échanger dans la vraie vie entre pairs autour d’un MOOC

Très chouette article la semaine dernière d’un étudiant du Master EdTech du CRI de Paris sur les #LearningCircles de la P2PU. L’idée semble-t-il est de proposer et d’animer des séances de cours autour d’un MOOC existant. Ils appellent cela des cercles d’apprentissage. Cela créé du lien, de l’inclusion et rend les apprentissages du MOOC beaucoup plus attractifs.

Cuppa MOOC

La P2PU est une association qui cherche à faciliter l’apprentissage en dehors des murs des institutions. Elle promeut l’apprentissage entre pairs, la communauté et l’ouverture. Elle propose des cours ouverts en ligne, et développe des initiatives toujours intéressantes. L’initiative « Learning Circles » est proposée avec la bibliothèque publique de Chicago. Sur le site de la P2PU, on vous propose de vous inscrire à un cercle existant ou de créer le vôtre. Sympathique. L’initiative peut avoir un vrai impact social.

Et de fait, on en parle depuis la création des MOOC. Lors du premier MOOC francophone, Denis Cristol avait déjà organisé un tel cercle d’apprentissage dans son entourage pour créer une saine émulation et cela a semble-t-il très bien marché. Lors de la seconde édition d’ItyPA, nous relayions systématiquement les groupes, les sites ou les institutions qui proposaient de telles rencontres, qui prenaient différentes formes suivant les cultures locales. C’était complètement bricolé, mais cela a attiré et motivé des publics peu habitués à échanger en ligne.

Cette idée a souvent été suggérée ici et là par quelques pionniers des MOOC , notamment en direction des bibliothèques ou de la ville de Paris, sans grand succès jusqu’ici. La P2PU joint à son site de partage de cercles un mode d’emploi pour le futur facilitateur. C’est clairement un élément qui doit faciliter le développement des telles initiatives.

Si on creuse un peu, l’idée n’est donc pas vraiment nouvelle. Denis Cristol continue à promouvoir et à essaimer de tels cercles à travers la France pour les publics de formateurs tentés par la collaboration. La communauté reste petite mais active, soudée et ouverte. Il cite une chouette association canadienne Percolab. On trouve également une entrée cercles d’apprentissage dans le recueil d’Imagination4People (projet qui cherche à trouver des solutions concrètes contribuant au mieux vivre ensemble), et d’autres entrées, mais qui restent discrètes. Proche de cela, on trouve l’idée de cercles d’études qui semble très développée en Suède, en touchant la moitié de la population. Bref, il y a du potentiel, mais qui n’a pas encore trouvé de débouché profond.

Il semble qu’il manque quelques ingrédients pour que cela émerge par chez nous. Une mise en œuvre concrète qui attire l’attention, un relais par un organisme, une association qui diffuse et puisse être un interlocuteur vers les lieux d’accueils potentiels, et sans doute un habillage qui rende le concept attractif pour tous (par tous je pense d’abord à tous les publics, car l’objectif premier est d’être inclusif). Le terme fablab a bien plu et réconcilier les jeunes avec la bidouille, le bricolage. Cercle d’apprentissage me paraît moins vendeur, il manque un volet com’. Vos suggestions ? On travaille dessus à l’occasion d’un Camp ?
Cet article a été initialement publié sur Medium.

Crédit photo : #edcmooc Cuppa Mooc par S B F Ryan licence CC-by

 

Intégrer des MOOC dans une formation

Le MOOC est un formidable levier d’ouverture des enseignements à l’extérieur de l’enseignement supérieur. Mais pour nombre de collègues enseignants se pose la question de l’utilisation de ces formations au sein de nos institutions. Cela peut être un complément à des cours existant, mais c’est aussi une occasion de revisiter les cursus proposés à nos étudiants. Le colloque de pédagogie QPES qui a eu lieu en juin à Brest a été l’occasion d’aborder ces questions de deux manières.

Nous avons en effet proposé un papier sur les différents modes d’intégration réalisés à Télécom Bretagne qui couvre les différentes options d’intégration de tels cours dans un cursus, et qui démontre qu’il est possible de faire évoluer une maquette de formation simplement en y intégrant des MOOC selon différentes modalités.

Cela a également été l’objet d’un atelier lors du précolloque durant lequel les participants ont pu réfléchir aux différentes options d’intégration possible et à s’intéresser aux modalités d’intégration pour s’assurer d’une expérience pédagogique réussie. Non seulement cela a été l’occasion de débats intéressant, mais il s’avère également que c’est un bon point d’entrée pour les enseignants qui n’ont pas toujours une vision claire de ce qu’est et peut être un MOOC.

Gérer la nouvelle d’un attentat dans un MOOC

Un MOOC est un espace public, géré par une équipe d’enseignants, et à ce titre un enseignant peut se trouver à devoir réagir publiquement à des événements aussi extrêmes qu’un attentat. Nous en avons eu un malheureux exemple cette semaine dans le cadre du MOOC sur l’écotourisme coorganisé par des collègues de l’Université de Sousse. Si je suis sensible à cet aspect, c’est que j’avais rencontré Samiha KHELIFA lors d’une session de formation que j’animai pour l’AUF sur l’animation d’un MOOC.

Je pense donc avec émotion à mes collègues, mes amis tunisiens qui se retrouvent embarqués dans des événements qui attaquent et remettent en question leur pays et ses valeurs. Au delà de l’émotion, j’ai appris l’existence de l’attentat de Sousse au travers de leur message suite à l’annulation du webinaire qui était prévu en soirée. J’étais en effet en déplacement et le courriel était ma seule liaison d’information :

« Chers apprenants

Comme Vous avez pu le constater, il nous a été impossible d’établir la connexion pour le 3ème webinaire compte tenue des évènements (attentats) en France et en Tunisie

Nous nous excusons auprès de Vous et nous vous donnons rendez-Vous pour la semaine prochaine à la même heure avec nos invités

Merci pour votre compréhension

Samiha KHELIFA »

Sobriété et transparence étaient de rigueur. On est ici dans la gestion de la crise, et la réponse rapide pour maintenir informée la communauté est bien ce qu’il y a à faire directement.

Par la suite, plusieurs scénarios étaient possibles :

  • la communauté des apprenants interpellait les enseignants, par des messages de sympathie, ou par des questionnements sur l’effondrement du tourisme suite à un tel attentat, et forçait à aborder le sujet ;
  • l’équipe enseignante se saisissait de cet événement pour susciter le débat par rapport au sujet du cours, l’écotourisme, et l’étudier suivant les dimensions abordées dans le cours ;
  • le cours continuait comme s’il ne s’était rien passé, pour ne pas perturber son déroulement, dans un souci de la continuité de l’enseignement.

C’est ce dernier scénario qui a été choisi. Les réactions restant absentes, il était effectivement possible. Il a sans doute fait l’objet de discussions au sein de l’équipe pédagogique. Il serait d’ailleurs intéressant de voir si on constate une évolution des participants suite à cet événement.

Il me semble qu’il élude une question de fond, qui est sans doute à aborder dans une enceinte différente de celle d’un cours, mais qui est aussi un véritable enjeu de société. Reste donc à trouver comment l’aborder pour envisager le développement d’un écotourisme dans une société confrontée au terrorisme. Ce pourrait être une suite d’un tel cours dans un environnement plus adapté au débat.

J’espère que je ne vais pas trop loin ici, mais l’exemple d’Irène Frachon nous pousse à nous poser la question du rôle citoyen de l’enseignant dans l’exercice de son métier. Des sujets comme l’écotourisme ou la gestion des risques amènent les enseignants à être confrontés avec l’actualité. Il est de leur rôle de garder une certaine distance pour permettre l’analyse, mais ils sont nécessairement interpellés par la société civile qui attend justement des éléments d’analyse pour pouvoir surmonter les simples faits.

Venez travailler avec nous sur l’architecture des MOOC du futur

À Télécom Bretagne dans l’équipe de recherche 3S, nous sommes persuadés que les prochains outils pour l’apprentissage permettront de mieux accompagner les apprenants à développer des interactions entre apprenants et à travailler en groupe, notamment en développant des outils permettant aux apprenants de savoir où ils en sont, et aux encadrants d’avoir des retours sur la communauté. C’est le principe des dashboards.

Nous croyons aussi que l’apprentissage continuera à se faire au travers de différents outils du web, et non pas sur une plate-forme unique. L’objet de base est donc l’Environnement d’Apprentissage Personnel (EAP) de l’apprenant. Et il est donc nécessaire de permettre l’agrégation des informations entre les différents outils et les plate-formes de MOOC.

Nous cherchons également à mieux comprendre comment valoriser les parcours d’apprentissage. Rendre visible ses apprentissages doit permettre de donner aux internautes la main sur leur formation tout au long de la vie. C’est le principe de l’empowerment cher à la transition numérique.

En participant à 2 projets de recherche, Hubble, qui vise à proposer la création d’un observatoire pour la construction et le partage de processus d’analyse des traces e-learning massives, et MOOCtab qui vise à développer une nouvelle génération de plate-forme de MOOC, nous cherchons deux personnes passionnées par l’informatique et l’éducation :

  • un(e) doctorant(e) qui travaillera à la fois avec nous et nos collègues de Laval (France) sur des dashboards dynamiques. (Voir fiche détaillée) ;
  • un(e) ingénieur de recherche qui maîtrisera les aspect du web sémantique pour développer des outils liant les services web et proposant des outils d’accompagnement aux apprenants (Voir fiche détaillée).

N’hésitez pas à prendre contact pour en discuter (avec les personnes indiquées sur les fiches ou avec moi). Nous comptons rencontrer les candidats en juin. Nous clôturerons donc tout début juin.. Il est également probable que nous aurons un autre poste d’ingénieur à proposer d’ici la fin de l’année pour renforcer cette équipe.

Nous travaillons évidemment dans un contexte international, explorons les solutions nouvelles pour la gestion des données personnelles dans une perspective sociale, et encourageons les échanges d’idées. Télécom Bretagne a été pionnière dans le mouvement des MOOC et reste leader dans la production et l’utilisation de MOOC dans ses formations… Nous vous proposons de continuer ensemble.

Crédit photo : Learning Analytics Diagram – George Siemens par TheXplanation licence CC-by-nc-nd

FlotRisCo et Ecotourisme, des MOOC qui éclairent les questions territoriales

Le MOOC FlotRisCo présente les résultats de travaux scientifiques au service de la gestion des risques côtiers, permet de comprendre, voir de mettre en œuvre une politique de gestion de ces risques côtiers. C’est une question centrale pour les habitants et tous les services du littoral.

Le MOOC Ecotourisme, nous permet quant à lui d’aborder une problématique de développement des territoires

l’Université de Bretagne Occidentale et l’université de Sousse, au travers des équipes qui ont développé ces MOOC démontrent ainsi une proximité avec les questions territoriales, ou plus généralement de société, bref une belle ouverture d’esprit. On est bien loin ici d’universités enfermées dans leurs tours d’ivoire.

Il se trouve que j’ai pu travailler avec un certain nombre d’acteurs de ces deux MOOC, et dans tous les cas j’ai été passionné par la profondeur de leurs questionnements tant pédagogiques, que scientifiques et sociétaux. Dans les deux cas, ces MOOC se sont construits avec un collectif nombreux de partenaires. Si cela a clairement été plus difficile pour développer le cours, et la valorisation des travaux de chacun, il semble que c’était indispensable pour aborder ces problématiques qui sont systémiques et ne peuvent se réduire à un simple exposé didactique.

Ainsi le mouvement des MOOC permet aux enseignants-chercheurs d’aller à la rencontre des publics concernés par leurs travaux et d’échanger pour mieux avancer. Il y a d’ailleurs toujours une dimension forte d’activités collaboratives dans leur conception. Avec le MOOC @ddict (un « MOOC collaboratif sur nos usages du numérique ») proposé il y a quelques mois par l’université de Nantes, nous avons ici un courant de cours d’un genre nouveau qui cherche à se développer entre cours pour étudiants et formation professionnelle, qui cherche un autre mode d’élargissement de la formation tout au long de la vie au service du citoyen.

Si vous aimez les bords de mer, ou un tourisme authentique, n’hésitez par à vous inscrire à ces 2 MOOC, vous y découvrirez comment gérer ces aspects, et peut être y développerez vous une vocation.

L’écotourisme : Imaginons-le ensemble

FlotRisCo : les sociétés littorales face aux risques côtiers

Crédit photo : Tempête par -Philippe- licence CC-by-nc-nd

Quelques innovations pour plus de social dans les MOOC

Vous aimez les MOOC ? moi aussi. Mais ce qui m’intéresse plus particulièrement ce sont les innovations qu’ils permettent. Voici donc quelques nouveautés que j’ai pu relever. À vous de me compléter, en commentaire ici ou en contribuant à mooc.fr. Vu le nombre de cours proposés, il est en effet indispensable de s’organiser une veille collective 🙂 Voici donc quelques innovations qui ont retenu mon attention.

Une communauté ouverte, c’est une communauté qui se renouvelle

Le MOOC ITyPA, pour Internet Tout y est Pour Apprendre en est déjà à sa 3ème saison automnale. Doyen des MOOC francophones, il prolonge son exploration des modes d’apprentissages sur le web. Le format, le site, les contenus, la communauté, les personnalités invitées ont tous été renouvelés. Plus original, même l’équipe d’animateurs/concepteurs a été complètement changée. Les pionniers de la première saison ont pu/su laisser la place à une équipe totalement nouvelle, et super motivée, faite de participants des années précédentes. Les personnes changent, mais l’esprit reste. C’est assez rare pour être mis en avant.

Des partenariats pour des prolongements dans des tiers lieux

ITyPA toujours proposait déjà l’année dernière à des associations, ou à qui voulait de relayer des événements, des regroupements locaux pour permettre de prolonger l’apprentissage en présentiel. La formule a donné des formes de propositions très variées, en phase avec les actions dans les territoires. L’opération est renouvelée cette année, avec 6 propositions pour l’instant, toujours aussi variées.

Le MOOC l’entrepreneuriat qui change le monde proposé par l’ESSEC a une approche plus structurée en proposant des rencontres complémentaires, des échanges, et même un concours pour récompenser les meilleures propositions des participants. Il y a ici une vraie cohérence dans le dispositif pour susciter des créations d’entreprises. La structure qui a monté le MOOC joue parfaitement les synergies entre partenaires. Allez visionner la vidéo à la une du site de l’Institut de l’innovation et de l’entrepreunariat social de l’ESSEC, elle semble plus complète.

Dans les deux cas, il y a une synergie claire entre dispositif global et relais locaux. Des initiatives à suivre donc.

Des MOOC qui s’intègrent dans les cursus

Yves Epelboin revient de la grande conférence Educause, et nous fait part de ses dernières observations. Le mot clé MOOC semble avoir disparu, mais selon lui c’est parce que l’approche est devenue si naturelle pour les universités qu’on parle désormais d’online-learning pour parler de MOOC. Le phénomène se banalise, pour mieux s’intégrer dans les formations.

Plus de social dans un MOOC

La rupture la plus impressionnante semble encore une fois revenir à George Siemens et à son équipe. Ils nous proposent en effet toute une série de dispositifs pour encourager l’apprentissage et les échanges dans un MOOC. Le point de vue plus technique est proposé dans EduGeekJournal.(joli nom, n’est ce pas?) L’idée principale est sans doute de chercher à associer nos fameux xMOOC et cMOOC pour en faire un dispositif plus riche. En quelques mots :

  • Une fonction « Quick Helper » qui permet de trouver un participant pour échanger directement quand on rencontre une difficulté, pour inciter les participants à aider leurs pairs ;
  • La création intelligente de groupes à la volée autour d’une question, pour engager la conversation avec d’autres participants présents qui partagent un même intérêt. Cette possibilité de construire dynamiquement des groupes, et de trouver à toute heure des gens avec qui échanger sont le genre de fonctionnalités qui font sens, faciles à mettre en œuvre dans un MOOC qui typiquement n’ont aucun sens dans des systèmes moins ouverts ;
  • La construction d’un profil étudiant persistant à partir de ses productions sur le web. Au delà des lettres quotidiennes déjà proposées dans les approches connectivistes, cela permet de rendre visible le parcours de chacun, et d’encourager les échanges. L’outil utilisé s’appelle ProSolo, se définit comme un logiciel social basé sur les compétences, dont il me tarde de trouver des informations sur ses fonctionnalités ;
  • La mise en place de la persistance des ressources pour que la communauté puisse se prolonger au delà du cours (NdA : Je ne sais plus si je l’ai déjà indiqué sur ce blog, mais la persistance de l’accès à l’information qui a été utile pour apprendre, me paraît intéressante pour retrouver facilement ce qu’on a déjà appris, c’est même le principe de base des révisions). C’est une nouvelle forme d’ouverture qui fait également sens tant le MOOC peut être vu comme un outil de création de communauté, comme l’a d’ailleurs prouvé ITyPA ;
  • Et finalement, l’équipe nous propose une fonctionnalité d’adaptivité en permettant de sélectionner son niveau de difficulté de question au travers d’une banque d’évaluation, sur le modèle bien connu de DS106, un cours qui propose aux visiteurs un challenge différent chaque jour.

Bref, beaucoup d’options qui sont censées donner du sens aux apprentissages et permettre de trouver son chemin dans un domaine complexe, tout en donnant de l’autonomie et en encourageant les échanges. À suivre donc. Le cours commence le 16 octobre et s’appelle Data, Analytics, and Learning (#DALMOOC https://www.edx.org/course/utarlingtonx/utarlingtonx-link5-10x-data-analytics-2186). C’est d’ailleurs un sujet important pour les MOOC.

L’heure est à l’hybridation, et c’est très bien comme çà. N’hésitez pas à vous inscrire à ces MOOC, ne serait-ce que par curiosité, c’est ouvert 🙂

Et merci d’avance à ceux qui feront part de leurs propres découvertes.

 

 

Crédit image : tiré de http://www.edugeekjournal.com/2014/05/04/designing-a-dual-layer-cmoocxmooc/  article écrit par Matt Crosslin – licence CC-by-nc-nd

 

Quand les chercheurs s’emparent du connectivisme pour construire avec le public

Les chercheurs sont des gens passionnés. Sur un certain nombre de sujets, échanger avec le public fait sens, pour mieux cerner les préconceptions, pour mieux converger vers une connaissance commune, voire pour définir des axes d’actions.

C’est le cas par exemple de la gestion des risques dans la société littorale. Un projet, Cocorisco pour Connaissance et compréhension des risques côtiers, porté par le Labex Mer a justement choisi de porter dans sa phase de diffusion un tel sujet sous forme de MOOC. Il associe toute une communauté de chercheurs et s’élargira à d’autres perspectives, historiques notamment. Nous avions eu un séminaire sur le sujet l’année dernière, ainsi que diverses réunions de travail autour du rôle du chercheur dans un tel dispositif. Le projet a connu une phase de sommeil, mais redémarre sur les chapeaux de roue, notamment grâce à l’appui de l’IUEM et de l’UeB C@mpus. Un projet qui a toute sa place en Bretagne, mais qui peut intéresser de nombreuses régions côtières de la Francophonie. L’objectif central est de constituer une communauté d’intérêt ouverte autour de cette problématique.

C’est également le cas d’un collectif de chercheurs nantais qui s’intéresse à la question « Addiction et numérique : quels impacts sur la vie psychique ». Là aussi le séminaire préparatoire est un outil de mobilisation des chercheurs. Il aura lieu mardi 21 octobre à 14 heures. Là aussi, la constitution d’une communauté par le MOOC, qui contribuera à la construction de savoirs et qui se prolongera au delà de l’événement est un enjeu majeur. Le terme de recherche-action au sens construction participative semble être le pivot de leur réflexion.

Je suis très intéressé par cet échange car il me permettra de comparer les démarches des deux collectifs, et j’espère de nous faire progresser collectivement. Peut-être un travail à approfondir…

Invité en tant qu’intervenant, je compte parler de la transformation du numérique, de mon expérience de MOOC connectiviste, de l’importance de la collaboration et des processus de recherche qui se mettent en place autour des MOOC. Un premier jet de mes transparents est d’ores et déjà disponible. Tous les commentaires sont les bienvenus.

En tout cas, il y a une proximité entre Brest et Nantes sur les questions de MOOC.

Publié dans MOOC. Étiquettes : , , . 2 Comments »

Mon « indigeste » bilan de l’école thématique CNRS « MOOC et EIAH »

Durant 6 jours, une cinquantaine de personnes se sont réunies pour échanger autour des problématiques de fond sur les MOOC. L’ambiance a été particulièrement constructive, et la diversité des participants a donné une grande richesse à tous les échanges informels.

Les thématiques abordées intégraient :

  • Une introduction par George Siemens démontrant en quoi le numérique peut permettre d’activer des capacités latentes de partage de la connaissance
  • Marcel Lebrun nous a proposé de revisité le dispositif pédagogique MOOC au travers de la question de la présence dans l’apprentissage ;
  • Des retours d’expérience de plusieurs pionniers de la création et de l’animation de MOOC dans des contextes très divers : Jean-Marie Gilliot, Rémi Bachelet, Matthieu Nebra, Thierry Curiale. Le questionnement était bien évidemment le lien entre créationde MOOC et recherche et démontre qu’il y a effectivment convergence entre une approche de terrain et la nécessité d’analyser et de développer des outils adaptés.
  • Bruno De Lièvre nous a présenté ses résultats sur le tutorat et propose de qualifier le tutorat de social ou « social tutoring » dans les MOOC, ce qui permet de requalifier les interactions dans ce type de dispositif ; Des premiers outils et modèles d’analyse sous forme de recherche action par Pierre André Caron et Maryline Rosselle. Présentation qui s’est prolongé sous forme d’un atelier ;
  • En termes d’éléments complémentaires :
    • L’annotation de vidéos pour la construction de scénarios au travers d’un atelier animé par Camila Morais Canellas, Olivier Aubert et Yannick Prié ;
    • Une prise en main d’un outil de gestion de traces animé par l’équipe d’Alain Mille
    • Une incursion dans des exemples de dispositifs de réalité virtuelle au travers d’une visite du CERV guidée par Ronan Querrec ;
    • Un atelier sur la génération semi-automatique d’exercices animé par Nathalie Guin et Marie Lefèvre
  • Une introduction aux données d’apprentissage (learning analytics) au travers d’un exposé passionnant de Mathieu D’Aquin, complétée par une approche plus algorithmique présentée par Zachary Pardos ;
  • En prolongement, nous avons abordé les questions de recommandation au travers d’un autre exposé lumineux intitulé « de l’observation aux recommandations » de Mathieu D’Aquin, et d’une table ronde regroupant en plus de Mathieu d’Aquin, Vanda Luengo, Serge Garlatti et Alain Mille ;
  • tous les participants ont également été conviés à échanger au travers d’une séance de posters , et d’un barcamp terminal durant lequel un certain nombre de sujets non explicitement traités ont émergé. Parmi ces thèmes : un groupe a choisi d’approfondir les modèles liés au pilotage, à l’adaptation et à la personnalisation dans une MOOC, un groupe s’est penché sur les jeux d’acteurs et le cadre d’action pour intégrer ses dispositifs dans le système de formation, un autre a abordé le lien entre MOOC et collectif/communauté d’apprentissage, un dernier a questionné la place de la technologie dans la recherche sur l’apprentissage à « l’ère du web ». Le bilan à chaud de l’école a été un dernier temps d’échange très positif.

 

Les différentes productions de l’école ont été capitalisées sur un site ouvert, et incluent supports de présentation, prise de notes collectives et billets de blog. Les différentes interventions ont été retransmises en direct sur le web, relayées sur twitter, et seront également rendues disponibles sur le site dès que possible. Notons que ce site est une instance de Claroline Connect, plateforme de MOOC développée par un consortium incluant l’université de Lyon 1, l’Université Catholique de Louvain la Neuve.

D’un point de vue de l’organisation et de la richesse scientifique, l’organisateur que je suis a été comblé, notamment du fait de la mobilisation des personnes du comité scientifique, du comité d’organisation et de bien d’autres (avec une mention spéciale à l’incontournable Christophe Batier même s’il n’était pas présent avec nous).

Par rapport à mes propres préoccupations, je retiens quelques éléments clés.

Commençons par des éléments de contexte :

  • On a beaucoup parlé de la question de l’éthique, Zachari Pardos nous a ainsi présenté Asilomar, une convention récente sur les données pour la recherche en éducation ;
  • Sur la question des données, nous avons beaucoup insisté sur la nécessité de disposer de données ouvertes. Cette notion inclut non seulement la publication (après anonymisation) , mais la possibilité d’interrogation au travers d’API ouvertes type « linked data » pour les rendre réellement exploitables et interopérables, condition nécessaire pour pouvoir développer des services pertinents. L’Open University est d’ailleurs exemplaire à ce sujet ;
  • Retenons également que le développement de tableaux de bord à tous les niveaux (apprenants, enseignants, institutions…) peut fournir de précieuses informations, pour autant que l’on en fasse des analyses pertinentes (quelques exemples d‘analyses erronnées)
  • L’analyse d’impact de modalités, autour de l’animation notamment, nécessite de pouvoir piloter en parallèle des cohortes distinctes de participants. Il serait donc intéressant de disposer d’une fonctionnalité à inclure dans les plateformes permettant de les piloter indépendamment et de visualiser l’effet du test entre ces cohortes. Cela devient effectivement possible dans des environnements massifs ;

 

Plus fondamentalement, la question de la publication des cartes de connaissance est ressortie assez clairement. Dans les systèmes actuels, l’institution ou des sites de cours peuvent publier des telles cartes (on en trouve sur OpenClassrooms ou Khan Academy) proposant ainsi des menus standardisés (qu’on appelle des formations). Si l’on veut adopter une vue distribuée, permettant à chacun de rendre disponibles ses propres savoirs, on passe à une notion de carte, de graphe de connaissances personnelle (ou Personnal Knowledge Graph). Cette publication, selon George Siemens permet d’activer des connaissances latentes. Activables car visibles. Selon lui, c’est cette visibilité qui permet de développer des nouvelles formes de services participatifs sur le web, comme Uber ou Airbnb, et donne un pouvoir plus important aux utilisateurs. Traduit dans un cours, cette visibilité des connaissances disponibles permet de développer des interactions très différentes de celles basées sur l’hypothèse que seul le prof est détenteur de savoirs. Les médiations se trouvent enrichies , les recommandations deviennent possibles, les interactions entre personnes sont encouragées. Cette notion de graphe (ou carte) de connaissances personnelles permet d’ouvrir de réelles perspectives innovantes. Mathieu D’Aquin nous a ainsi présenté un outil konnektid faisant le lien entre carte de connaissances et carte géographique issu du projet européen linkedup qui va dans ce sens.

Cette approche fait tout à fait écho avec le « social tutoring » pour reprendre la terminologie de Bruno De Lièvre qui tend vers l’idée que les fonctions du tutorat doivent être vues de manière plus horizontales, plus sociales dans un dispositif massif ouvert (un MOOC). Pour aller plus loin, il va être nécessaire de revisiter les différentes fonctions, les différents rôles de l’apprenant et de l’enseignant dans un tel dispositif. C’est ce que l’on constate déjà dans le développement d’équipes d’animation autour d’un MOOC.

Il me semble que l‘architecture Smoople (contraction de Semantic ou Social, MOOC, Pervasive et PLE) sur laquelle nous avons travaillé fournit une bonne base pour la récolte de données nécessaires à la construction de tableaux de bord pertinents et au moissonnage d’informations pour la construction de telles cartes ou graphes de connaissances. Se posent de passionnantes questions sur la maîtrise personnelle de telles données, sur leur visualisation, leur validation et leurs modes de publication d’un point de vue utilisateur final et sur l’exploitation pour accompagner le pilotage de collaborations et d’interactions au sein d’une communauté apprenante.

Bref, nous étions bien dans une école pour chercheurs dans laquelle les échanges ont été particulièrement riches et féconds. Chacun y aura trouvé des points de résonances avec ses propres travaux. En tout cas, j’y ai puisé des axes de travail pour les prochains mois, voire années.

Publié dans MOOC. Étiquettes : , , , , . 4 Comments »

Un MOOCamp pour l’école des communs au Forum des usages coopératifs

Comme mise en bouche pour le Forum des usages coopératifs, nous vous proposons de venir imaginer et scénariser les premiers MOOC autour d’une école des communs le 1er juillet à Brest.

C’est quoi un MOOCamp ?

Tous faiseurs de MOOC : Proposer, imaginer, scénariser des nouveaux MOOC en une journée, c’est l’objet du MOOCamp Day. Sur le modèle des barcamp et autres journées d’innovation, dans lesquelles tous les présents participent, le déroulement de la journée suit un schéma efficace : présentation de sujets de MOOC proposés par des participants et vote par l’assistance, puis ateliers de brainstorming et de construction impliquant tous les participants. La formule a été proposée par SenseSchool qui partage sa méthodologie, et c’est une excellente manière de transformer l’éducation.

La formule MOOCamp a déjà été jouée deux fois avec succès dans le cadre de l’initiative France Université Numérique. Il est donc temps de lui proposer d’autres horizons. Le cadre du Forum des usages coopératifs est naturel pour un telle ouverture, avec son motto « la coopération en action ». Ce Off constituera donc une excellente introduction à la session « L’école contributive » !

Pourquoi l’école des communs ?

Cette formule d’école des communs reprend les valeurs du forum. Autour des biens communs, il y a la notion d’éducation, de partage de valeurs et de savoirs bien de la contribution. Pour imaginer des formations citoyennes, pour proposer des formations accessibles à tous portées par des collectifs, le MOOC, Cours Ouvert à Tous en ligne et Massif est une option qui semble porteuse dans la droite ligne d’une initiative comme l’Université Pair à Pair (P2PU).

Vous cherchez un exemple ? Le MOOC sur les Ressources Éducatives Libres proposé au printemps est d’une certaine manière fondateur. Vous cherchez des thématiques ? Le programme du Forum en regorge. À titre d’inspiration, je vous propose également un point de vue de Christine Vaufrey : Les MOOC d’équipe débarquent ! N’hésitez par à venir partager votre passion et proposer votre sujet, quel qu’il soit, l’école des communs est ouverte.

Un tout petit peu d’organisation.

Vous êtes intéressé ?Vous comptez venir ? Proposer un sujet à explorer ensemble ? Vous pouvez vous inscrire sur ce formulaire en ligne, ou amender la page wiki du MOOCamp.

La journée aura un déroulement classique : rendez-vous 14:00 – proposition de sujets et vote – travail en ateliers de brainstorming puis de consolidation – en fin de journée : présentation, vote et acclamation des sujets travaillés dans la journée – avant de rejoindre l’apéro coopératif de nos régions proposé dans le cadre du forum des usages, et de découvrir le programme de la soirée.

 

Crédit photo : T Shirt clicc par Sylvain Naudin – licence CC-by-sa

%d blogueurs aiment cette page :